Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA Playoffs : Les Suns et les Clippers égalisent, les Nets se détachent

Mathieu Veillon

Publié

le

NBA Playoffs - Les Suns et les Clippers égalisent, les Nets se détachent
Photo NBA

NBA 2020/21 – Un monosourcil blessé, un trio infernal et un Slovène qui brique aux lancers. Tel est le résumé de cette nouvelle nuit de Playoffs NBA.

Les Suns égalisent, les Lakers inquiets pour Davis

Ce Game 4 entre les Lakers et les Suns pourrait sans doute être le tournant de cette série. Alors qu’ils menaient 2-1, les Lakers ont perdu Anthony Davis sur blessure et ont concédé l’égalisation. On ignore la gravité de la blessure et la durée d’indisponibilité d’AD, mais ce n’est forcément pas une bonne nouvelle pour les Purple and Gold

Pourtant, ce début de Game 4 est plutôt indécis. Les deux équipes prennent la tête chacun leur tour, menées respectivement par Devin Booker et LeBron James. Alors que le rôle d’Andre Drummond se limite encore à des rebonds et zéro défense, Marc Gasol score 5 points en sortant du banc et fait preuve de grinta. De quoi s’interroger sur l’insistance de Frank Vogel à faire démarrer Drummond coûte que coûte.

Pendant ce temps-là, Anthony Davis tourne à 2/9 au tir dont 0/3 derrière la ligne des 3 points. Toujours aussi maladroit à distance, il a semblé jouer sur une jambe dans cette première mi-temps. Chez les Suns, Jae Crowder, qui réalisait jusque-là une série compliquée, prend feu. 10 points, 6 rebonds, 4 passes à la mi-temps, et surtout un AD maîtrisé. L’ancien joueur des Celtics et du Heat apporte enfin son expérience aux Suns dans cette confrontation.

Dans le 2ème quart, Devin Booker continue de mener l’attaque des Suns, avec un Chris Paul qui se contente du minimum syndical. Ce dernier arrive tout de même à gratter des fautes de roublard, à l’image de celle assez bête de Kuzma sur une feinte de tir de CP3. Mais LeBron permet aux Lakers de rester dans le match, notamment lorsqu’il réalise l’action du match (des Playoffs NBA ?) avec Alex Caruso. Sur un rebond, le King se défait de Payne, accélère, donne la balle à Caruso qui la lui repasse en alley-oop sur la planche. Le King s’envole et écrase l’arceau ! À 36 ans, LeBron James reste un monstre athlétique comme il en existe très peu dans l’histoire du sport.

45 % contre 41 % au tir pour les Suns face aux Lakers, qui prennent logiquement la tête à la mi-temps, 54-50.

Des Lakers catastrophiques, orphelins d’Anthony Davis

Au retour des vestiaires, Anthony Davis ne revient pas sur le terrain. Déjà incertain avant le match, l’intérieur s’est également fait mal en fin de 2ème quart-temps. C’est Kyle Kuzma qui prend sa place, malheureusement pour les Lakers. L’ailier offre déjà 3 lancers francs à Crowder en défense, une faute évidente que Frank Vogel tente quand même de challenger, perdant bêtement un temps-mort.

Pendant ce temps, DeAndre Ayton se réveille et inscrit 6 points, pendant que Chris Paul remet la machine en route avec quelques points et assists dans son escarcelle. Devin Booker marque un peu le pas par contre. Un qui marque le pas également, c’est Frank Vogel qui fait une bonne sieste pendant quelques longues minutes. En laissant longtemps sur le terrain une lineup qui ne fonctionne pas, le coach angelinos a permis aux Suns de creuser un écart conséquent. Andre Drummond se fait marcher dessus par Ayton, Kuzma continue à faire tout et n’importe quoi, LeBron ne met pas un panier à distance et Schroder continue sa disasterclass : 3/13 dont 2/6 à distance à la fin du match. Fin du Q3 : 81-65 pour Phoenix.

En début de 4ème quart-temps, Montrezl Harrell entre sur le terrain comme nouvelle alternative à Drummond au poste 5. À peine 5 minutes de jeu et finalement peu d’impact sur le jeu offensif des Lakers, mais au moins un peu plus de solidité défensive. Malgré cela, l’écart monte jusqu’à 18 points d’avance pour Phoenix dans ce début de dernier quart, et la messe semble dite. Mais LeBron James tente d’insuffler un nouveau souffle aux Angelinos, bien aidé par une défense de Phoenix qui se relâche un peu et un Booker qui peine en attaque. À 3 minutes de la fin, les Lakers sont revenus à 7 points des Suns ! Mais quelques erreurs individuelles des Lakers et une belle interception de CP3 scellent l’issue du match. 101-92. Les Suns égalisent à 2-2 et reprennent l’avantage du terrain, direction Phoenix pour le Game 5 !


Performance all-time du Big Three de Brooklyn

Dans ce troisième match de la soirée, les Celtics ont un temps failli créer la surprise et égaliser eux aussi. Guidés par un Jayson Tatum sur la lancée de son Game 3, les joueurs de Brad Stevens ont fait preuve d’une belle énergie offensive pour essayer de surprendre Brooklyn. Avec 34 points inscrits dans le 1er quart, Boston a prouvé que cette équipe de Brooklyn a des points faibles à exploiter. Surtout que les Celtics étaient privés de Kemba Walker, Robert Williams III et Jaylen Brown sur ce match, trois titulaires en temps normal.

Sauf qu’en face, Kevin Durant et Kyrie Irving avaient eux aussi appuyé sur l’accélérateur d’entrée de jeu. 17 points sur le premier quart pour le snake, 12 pour le platiste, cela permet aux Nets de n’avoir qu’un point de retard à la fin du premier quart. James Harden, d’abord discret, s’est gardé le deuxième quart pour entrer dans le match à son tour. Un step-back 3 puis un gros dunk, et voilà le trio infernal des Nets lancé pour écraser des Celtics au banc trop faible ce soir pour rivaliser. En première mi-temps, KD-Kyrie-Harden 59, Boston Celtics 60. Avec 14 points pour le reste des Nets, l’écart se porte à 73-60 à la mi-temps pour Brooklyn.

La deuxième mi-temps a été du même acabit que la première. 104 points pour les 3 monstres, qui égalent le meilleur total pour un trio dans l’histoire des Playoffs NBA. La marche était donc trop haute pour les Celtics, et il faudra réaliser un exploit à Brooklyn pour espérer survivre dans cette série. Victoire de Brooklyn 141 à 126.


Luka Doncic et les Mavs à la peine, les Clippers s’ajustent

81 points seulement, c’est le total de points marqués par les Mavericks cette nuit. La défense des Clippers s’est enfin ajustée au problème Luka Doncic, qui n’a été que l’ombre de lui-même sur ce Game 4. Il aura ainsi fallu attendre 7 minutes pour que le Slovène débloque son compteur, après quelques tentatives infructueuses. En face, Tyronn Lue a enfin compris qu’Ivica Zubac était un poids mort pour l’équipe, et décide de commencer la partie avec un 5 majeur small ball, avec Marcus Morris en poste 5. Rick Carlisle, en faisant entrer Boban Marjanovic, va l’obliger à remettre Zubac pour défendre sur le géant serbe. Le coup tactique était bien senti, mais le résultat au tableau d’affichage ne va pas valider l’audace, la faute notamment au manque d’adresse des Mavs.

En effet, eux qui avaient été plutôt insolents sur les premiers matchs de la série, vont se montrer assez imprécis. À la fin du match, Dallas totalise 34,9% de réussite au tir, avec 16,7% à 3 points et 63,7% aux lancers francs. Des stats indignes du niveau des Playoffs NBA. Celui qui symbolise cette Bérézina, c’est encore une fois Luka Doncic. Le jeune prodige n’aura réussi que 37,5% de ses tirs, seulement 1/7 à 3 points et 0/5 aux lancers francs. À côté, Shaquille O’Neal est un bon tireur. Un match à oublier pour Luka, mais on ne peut le blâmer tant il porte les Mavs sur ses jeunes épaules depuis le début des Playoffs (et même de la saison).

Évidemment, face à des Clippers plus expérimentés, tant d’erreurs ne pardonnent pas. Ces derniers ont été portés par un Kawhi Leonard a contrario très propre des deux côtés du terrain, et cela permet aux deux équipes de se retrouver à égalité avant le Game 5 à Los Angeles. 106-81 pour les Clippers, qui ont peut-être fait tourner la série en leur faveur, même si Luka Doncic est capable de tout pour rester dans ces Playoffs NBA.


Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une