Nous suivre

Open d'Australie 2022

Open d’Australie : les tops et flops du tournoi masculin

Publié le

Open d'Australie les tops et flops du tournoi masculin
Photo Icon Sport

OPEN D’AUSTRALIE 2022 – Le premier Grand Chelem de la saison s’est achevé hier avec la victoire de Rafael Nadal sur Daniil Medvedev. Nouveau sacre pour l’Espagnol, performances des Français mais aussi l’échec de Zverev : Dicodusport revient sur cette quinzaine australienne.

À peine le rideau sur Melbourne vient de se baisser que le temps des conclusions de ce premier Majeur de la saison apparaît. Passage en revue des tops et des flops du tournoi.

Les tops 

Rafael Nadal grandiose

Malgré son âge (35 ans), le taureau de Manacor reste indéboulonnable et résiste aux temps des épreuves. L’année dernière au mois d’août, l’Espagnol décidait de mettre un terme à sa saison après une blessure à un genou. Qui pouvait s’aventurer à miser sur un nouveau titre six mois plus tard ? Alors qu’il a longtemps hésité à participer au premier Grand Chelem de la saison, Nadal s’est finalement lancé dans l’arène. Bien lui en a pris. Jusqu’aux quarts de finale, il n’a rien (ou presque) laissé à ses adversaires. Après, il a fallu batailler pour venir à bout du Canadien Denis Shapovalov. Sur sa route en demies, Matteo Berrettini n’a jamais trouvé les clés pour suffisamment déstabiliser le Majorquin. S’il était dos en mur en finale ce dimanche contre le Russe Daniil Medvedev, il était le seul encore à y croire. Sa résilience et sa manière de se surpasser lui ont permis de renverser le cours du match. Il est désormais le seul recordman au nombre de victoires en GC (21).

Medvedev et Tsitsipas confirment leur statut

Certes, ils n’ont pas gagné. Pour le premier cité, l’histoire aurait pu être magnifique. Devenir l’unique joueur depuis l’ère Open (1968) à remporter ses deux premiers tournois du Grand Chelem de manière consécutive, le défi auquel s’attelait le Moscovite était immense. Pour peu l’exploit n’est pas passé loin. Si la déception est réelle, le n°2 mondial tenait à saluer son adversaire après la finale : « Ce qu’il a réalisé est incroyable. Il est un formidable champion » Qu’il se rassure, Medvedev a prouvé qu’il pouvait s’installer durablement dans la hiérarchie des top joueurs. Victorieux de son premier GC à l’US Open l’an dernier, finaliste malheureux en Australie l’année dernière (déjà), nul doute que le meilleur reste à venir pour lui.

Pour le second, nous pouvions émettre des doutes avant le début de la quinzaine. Irrégulier en deuxième partie de saison l’an passé et décevant à Wimbledon et à Flushing Meadows, le Grec a répondu présent en ce mois de janvier. Sérieux, il a aisément atteint le dernier carré en éliminant Jannick Sinner en quarts, le tout sans faire de détails. Même s’il a du s’incliner contre plus fort que lui en demies (face à Medvedev), le natif d’Athènes n’en est encore qu’aux prémices de sa carrière. Le finaliste de Roland-Garros en 2021 peut nourrir de très grandes ambitions dans le futur, à condition de garder le même rythme.

Les Français performent

Les mots ne sont pas exagérés. Souvenons-nous : le bilan des Français en 2021 a été catastrophique à tout point de vue. En GC, aucun représentant tricolore n’est parvenu à se hisser en deuxième semaine. Là, ils sont deux à nous avoir fait vibrer. Adrian Mannarino a réussi à enchaîner deux exploits. D’abord en éliminant au second tour et en trois sets la tête de série n°10 Hubert Hurkacz, puis en s’offrant la tête de série n°18 au troisième tour et en quatre sets, Aslan Karatsev. On ne pourra pas lui en vouloir d’avoir subi la loi de Rafael Nadal en huitièmes de finale, malgré un premier set qu’il était près d’accrocher.

Gaël Monfils est lui de retour sur le devant de la scène. Son parcours jusqu’en quarts fut une formalité. Face à Berrettini en quarts, il a perdu le match en cinq sets alors qu’il venait d’égaliser à deux manches partout. Néanmoins, les motifs de satisfaction sont nombreux quand on sait que la Monf revient des enfers suite à sa saison l’an passé. Gageons que le premier Français classé à l’ATP garde la même mentalité qu’à Melbourne lors des prochaines échéances.


Les flops 

Alexander Zverev sort par la petite porte

Avec Daniil Medvedev, il était le favori pour le titre. Au lieu de faire respecter la hiérarchie, l’Allemand s’est pris les pieds dans le tapis et s’est fait sortir dès les huitièmes de finale par le Canadien Denis Shapovalov. Pourtant impérial jusqu’à cet échec, Alexander Zverev tombe de haut. Lauréat aux Jeux Olympiques de Tokyo en août dernier et demi-finaliste à l’US Open, le n°3 mondial devra vite réagir pour réenclencher une dynamique positive.

Hubert Hurkacz et Diego Schwartzman font du surplace

Parmi les joueurs qui n’ont pas tenu leur rang, il y a d’abord le Polonais Hurkacz. Prometteur après ses quelques coups d’éclats l’an dernier et notamment à Wimbledon, celui qui ne fêtera que ses 25 ans le 11 février avait certainement les capacités d’aller plus loin dans le tournoi qu’une défaite au second tour. Mais Adrian Mannarino en a décidé autrement.

En ce qui concerne l’Argentin, tout ne s’est pas passé comme prévu. Sa défaite face au local O’Connell qui a obtenu une invitation (wild-card) au deuxième tour témoigne de son inconstance dans les grands tournois. À 29 ans, le n°13 mondial a encore déçu les observateurs.


Journaliste/rédacteur depuis mai 2021 - Coupe de monde de football, Roland-Garros, 24h du Mans autos...Qu'importe la compétition sportive, je vis le sport à chaque instant de l'année. Passionné depuis l'adolescence par son histoire, ses enjeux ainsi que par le milieu du journalisme, c'est en toute logique que j'ai décidé de rejoindre l'aventure Dicodusport. Mon but ? Vous transmettre ma fièvre sur chacune des disciplines.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une