Nous suivre

Cyclisme sur route 2022

Paris-Nice 2022 : Primoz Roglic assoit sa domination au sommet du Turini

Publié le

Paris-Nice 2022 Primoz Roglic assoit sa domination au sommet du Turini
Photo Icon Sport

PARIS-NICE 2022 – Au terme de la 7e étape de Paris-Nice, Primoz Roglic (Jumbo-Visma) a assis sa domination en conservant son maillot jaune au sommet du Turini, tout en s’offrant la victoire d’étape. Respectivement 2e et 3e, Daniel Martinez et Simon Yates n’ont pas réussi à contrecarrer les plans du Slovène. Premier français, Guillaume Martin termine 9e.

Au lendemain du coup d’éclat réalisé par Mathieu Burgaudeau à Aubagne, le peloton de Paris-Nice a pris de l’altitude pour la 7e et avant-dernière étape. Au départ de Nice, les coureurs avaient 155km au programme pour rallier le sommet du col de Turini. Avec plus de 3500km de dénivelé positif et une montée finale usante (14,9km à 7,8%), les prétendants à la victoire disposaient d’un terrain de jeu adéquat pour tenter de faire vaciller Primoz Roglic.

Ineos-Grenadiers et Arkea-Samsic cadenassent l’échappée

Mais avant d’en arriver là, une traditionnelle échappée s’est rapidement dessinée dans les premiers kilomètres. Un groupe de 18 coureurs se détache. On retrouve notamment David Gaudu (Groupama-FDJ), accompagné par Olivier Le Gac et Quentin Pacher, mais également un trio Movistar (Ivan Garcia Cortina, Gregor Mühlberger, Alfred Torres), ainsi que Fabio Felline (Astana), Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) ou encore Franck Bonnamour (B&B Hotels).

Cependant, les équipes Ineos Grenadiers et Arkea-Samsic ne laissent pas de réelle marge de manœuvre à ces hommes, l’écart ne dépassant pas les deux minutes. Cela leur est suffisant pour se disputer les premiers point de la montagne dans la côte de Coursegoules. A l’heure d’aborder le col du Turini, les carottes sont déjà cuites pour eux alors que la bagarre pour le classement général continue à se préparer.

Une sélection rapide par l’arrière sur les premières pentes du Turini

Avant même les premières pentes, un nombre incalculable de coureurs se laisse décrocher. En tête de peloton, le rythme effréné mené depuis le début de l’étape ne faiblit pas. Ainsi, Soren Kragh Andersen (Team DSM), 7e en début de journée, craque de façon logique rapidement tandis que Wout Van Aert (Jumbo-Visma) ne fait pas l’effort pour s’accrocher.

Au passage de La Bollène Vésubie, dernière localité située à 11,5km du sommet, le groupe maillot jaune ne compte plus qu’une vingtaine d’éléments. De son côté, Gregor Mühlberger fait de la résistance à l’avant malgré des espoirs de victoire déjà réduits à néant. A dix bornes de la ligne d’arrivée, suite à une dernière accélération de Nicolas Edet (Arkea-Samsic), la Jumbo-Visma prend le contrôle avec le seul Rohan Dennis pour accompagner Primoz Roglic.

Sans équipiers, Primoz Roglic contrôle ses adversaires

L’Australien fait des dégâts mais saute sur la première banderille décrochée par Adam Yates (Ineos Grenadiers) à 7 bornes du sommet. Désormais esseulé, le leader du classement général ne se démonte pas en allant chercher le Britannique, puis en attaquant ses adversaires. Seul Daniel Felipe Martinez (Ineos Grenadiers) tient sa roue. Les deux hommes collaborent sans créer de réel écart sur un duo composé de Nairo Quintana (Arkéa-Samsic) et Simon Yates (Team BikeExchange-Jayco). La jonction entre les quatre coureurs a lieu à 2,5km.

Malgré plusieurs attaques, personne ne parvient à se démarquer. Joao Almeida (UAE Team Emirates) profite de ces à-coups pour recoller à 200 mètres, mais est trop juste pour participer au sprint. Comme souvent dans ce type d’arrivées, Primoz Roglic se montre intraitable en dominant facilement ses adversaires avec aisance. Daniel Martinez coupe la ligne en 2e position devant Simon Yates et Nairo Quintana. Premier français, Guillaume Martin (Cofidis) termine 9e alors que Pierre Latour, désormais 8e au général, a lui totalement perdu sa place sur le podium. Cela bénéficie à Daniel Martinez, désormais 3e à 1’00 tandis que Simon Yates conserve sa 2e place à 47 secondes, le tout avant l’ultime étape de cette édition Paris-Nice ce dimanche.

À lire aussi

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une