Nous suivre

Football

Pour Strasbourg, la marche était trop haute à Francfort

Romain Delanis

Publié

le

© AFP

La défaite du RC Strasbourg Alsace hier à Francfort (3-0) en barrages de la Ligue Europa marque la fin d’une belle épopée européenne pour les Strasbourgeois. Objectif, revivre ces sensations le plus rapidement possible.

Après la victoire du match aller 1-0 à la Meinau, Strasbourg avait fait le nécessaire avant de se rendre à la bouillante Commerzbank Arena de Francfort. Là-bas, ça respire l’Europe, notamment avec la belle aventure de l’Eintracht la saison passée, demi-finaliste de la C3.

Dès l’entame de match, les Strasbourgeois ont senti l’expérience, le talent, le vice de leurs hôtes du soir. Un vrai match d’apprentissage pour les joueurs de Thierry Laurey qui pour la plupart, découvraient l’ambiance d’un match européen de haut niveau. D’une déviation du tibia, le capitaine Alsacien Mitrovic (1-0 25’) va donner l’avantage à l’Eintracht. Pourtant réduits à 10 suite à l’expulsion de Rebic (44’), les joueurs de Francfort continueront de marcher sur Strasbourg jusqu’à la fin de la rencontre, dans une ambiance délétère contre l’arbitrage et les Strasbourgeois.

L’attaquant de l’Eintracht, Ante Rebic, ne s’est pas arrêté sur Matz Sels et a pris un carton rouge – AFP

Si Lamine Koné a vu sa tête sur corner en début de 2èmepériode passer pas loin du cadre, le carton rouge pour Liénard (55’) est venu enterrer les espoirs d’un Strasbourg qui évoluait en supériorité numérique. Un manque d’expérience qui fait mal à ce niveau de compétition. Dans les 10 minutes qui ont suivi, l’Eintracht Francfort a terminé le travail par Kostic et Da Costa (60’ et 67’).

L’ambiance est par la suite retombée dans les tribunes, redevenant plus festive pour les 50.000 supporters présents, soulagés de la victoire et de la qualification de leurs protégés. Pour Strasbourg, c’est une défaite logique face aux Allemands.

Romain Delanis


Journaliste/Rédacteur depuis novembre 2015 - Capable de passer un samedi après-midi devant la Ligue 2 puis le biathlon sans oublier la finale de l’ATP Rotterdam, j’aime aussi mettre mon réveil pour me faire un Pistons/Bulls qui rappelle de bons souvenirs. Tout cela, j’ai choisi il y a maintenant quelques temps de vous le raconter avec Dicodusport, pour vous faire vivre ma passion parfois inconsidérée pour le sport en général (mais surtout le foot faut se l’avouer).

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une