Nous suivre

Hockey sur glace

Préparation Mondial Élite 2022 : Les Bleus impuissants face à la Slovaquie

Publié le

Photo Icon Sport

Préparation Mondial Elite 2022 – L’équipe de France a achevé ce samedi sa campagne de préparation par un sixième revers en huit rencontres. Opposés à la Slovaquie, les Bleus n’ont jamais été en capacité d’inquiéter des Slovaques qui avaient fait la différence au bout de 10 minutes. Malgré les 31 arrêts de Sébastien Ylönen, les Tricolores s’inclinent logiquement 2-0.

Ce samedi, les Bleus disputaient l’ultime rencontre de leur marathon de matchs préparatoires. A six jours du premier match du Mondial Elite, les hommes de Philippe Bozon affrontaient leur futur adversaire, la Slovaquie, moins de 24h après avoir arraché la victoire face à la Norvège. Comme lors des précédentes doubles confrontations, Henri-Corentin Buysse est remplacé devant le filet, par Sébastien Ylönen cette fois.

Une entame de match à oublier

Face à une équipe slovaque très compétitive autour du joueur des Devils Tomas Tatar ou du probable futur Top 5 de la prochaine Draft NHL Juraj Slafkovsky, l’opposition était donc très relevée. D’entrée de jeu, les troupes dirigées par Craig Ramsay prennent le contrôle du puck, et il faut un arrêt magnifique d’Ylönen pour empêcher l’ancien Lyonnais Samuel Takac d’ouvrir le score. Réduits à quatre, les Bleus voient ensuite Tomas Tatar frapper le poteau droit du gardien de Cergy-Pontoise, avant qu’Adam Liska ne bonifie cette situation de supériorité dans les dernières secondes, parfaitement décalé par Samuel Takac (0-1, 5e).

Si les Tricolores réagissent timidement, notamment par le biais d’une belle occasion de Guillaume Leclerc, les Slovaques continuent à jouer sans mettre l’accélérateur. Ainsi, Juraj Slafkovsky fait étalage de son talent pour attirer la défense sur lui avant de servir sur un plateau Jakub Menarik (0-2, 10e). Les Bleus tentent de mettre de l’impact physique, mais cela les pénalise encore plus, à l’image d’une pénalité concédée par Sacha Treille alors que son équipe était en supériorité. Offensivement, il n’y a d’ailleurs pas grand-chose à se mettre sous la dent, à part deux grosses occasions de Guillaume Leclerc et Anthony Rech, tous deux en profitant de rares erreurs adverses.

L’offensive peu tranchante, un problème constant

La deuxième période va être du même acabit. Acculés dans leur camp, les Bleus résistent face à des Slovaques patients. Le bloc défensif reste bien en place, mais souffre face aux assauts adverses. Heureusement, Sébastien Ylönen veille en cumulant 17 arrêts dans la période ! L’offensive est elle toujours à la peine pour contrôler le puck dans le camp adverse, et n’arrive pas à se créer des situations intéressantes. Ce sont même les troisièmes et quatrièmes lignes qui se montrent les plus tranchantes. Dylan Fabre à deux reprises puis Kevin Bozon passent tout près du but à mi match, mais butent sur Tomek, auteur d’une triple parade remarquable. Cela a le mérite de rebooster un collectif jusque-là en grande difficulté. Le premier trio d’Alexandre Texier réalise alors quelques incursions, mais sans porter un réel danger sur des Slovaques en contrôle.

Toutefois, ces derniers se mettent à la faute, et offrent près de deux minutes de double supériorité aux tricolores, à cheval sur les deux dernières périodes. Toutefois, à l’exception d’une timide tentative d’Anthony Rech, l’attaque tricolore est incapable de mettre en difficulté son adversaire. Un adversaire qui gère sa rencontre sans donner l’impression de forcer son talent. Comme tout au long du match, les Slovaques sont patients en zone offensive et font étalage de leur habileté technique. A défaut de pouvoir aller marquer un but, les Bleus sont en lutte constante pour éviter d’en concéder un troisième. Ce qu’ils arriveront à faire grâce à un Sébastien Ylönen appliqué (31 arrêts), mais sans avoir de réelles chances d’éviter le blanchissage. Le score de 2-0 reste même flatteur.

C’est donc sur une sixième défaite en huit rencontres que l’équipe de France achève sa longue phase de préparation avant de s’envoler pour Helsinki. En Finlande, l’objectif maintien sera difficile à obtenir, mais loin d’être impossible. La défense montre certaines garanties, mais il faudra avant tout que l’attaque se montre plus incisive. Avec seulement neuf buts inscrits, et trois blanchissages inquiétants (Italie, Slovénie, Slovaquie), les hommes de Philippe Bozon vont devoir trouver le déclic pour retrouver de l’allant.

Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a été une transition naturelle. Suiveur assidu de basket et de hockey sur glace, je garde toujours un peu de place pour suivre le cyclisme, le football et le maximum de performances françaises.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une