Nous suivre

Football

Qui est Gianluca Scamacca, la nouvelle cible du PSG ?

Publié le

Qui est Gianluca Scamacca, la nouvelle cible du PSG
Photo Icon Sport

FOOTBALL – Auteur d’une saison pleine de promesses à Sassuolo, l’attaquant italien Gianluca Scamacca, que l’on compare déjà à Zlatan Ibrahimovic, est la nouvelle cible des dirigeants du Paris Saint-Germain, et notamment de Luis Campos, le nouveau conseiller sportif du club. 

À peine débarqué, Luis Campos ne lésine pas sur les efforts et souhaite recruter du lourd cet été. Le nouveau conseiller sportif du Paris Saint-Germain est sur tous les fronts. Si le dossier du milieu de terrain de Porto, Vitinha semble déjà bouclé, le Portugais s’affaire sur d’autres joueurs, comme Renato Sanches, Milan Skriniar, ou encore Gianlucca Scamacca. Et ce dernier est la priorité de Campos pour renforcer l’attaque du PSG. Avec un Mauro Icardi en galère depuis qu’il a officiellement signé chez le champion de France, les dirigeants cherchent un nouvel attaquant pour remplacer l’Argentin, et pourquoi pas s’imposer en tant que titulaire de l’attaque parisienne. Focus sur la nouvelle priorité de Luis Campos, qui serait prêt à mettre de 40 millions d’euros sur la table.

Le gladiateur romain

Né à Rome le 1er janvier 1999, le petit Gianluca est comme un cadeau de nouvel an pour sa mère. Élevé par elle au côté de sa sœur, le Romain grandit dans la ville de Romulus et Rémus où il fait sa formation, d’abord à la Lazio, puis chez l’AS Rome, le club cher à Francesco Totti. Mais lassé de faire les allers-retours entre Fidènes, dans la périphérie nord de la ville, et le centre d’entrainement situé à Trigoria au sud de Rome à 30 minutes en voiture de sa résidence, le jeune Gianluca décide de partir de l’Italie. Malgré les tentatives de Roberto Muzzi, son entraîneur en équipe de jeunes, et Roberto Bifulco son dirigeant, le Romain profite d’une offre du PSV Eindhoven pour s’envoler à seulement 16 ans dans un nouveau pays.

Je veux progresser et mon choix va dans ce sens. Le PSV nous donne une maison et une voiture, en plus d’avoir trouvé un travail à ma mère. Ici, elle avait des problèmes pour m’accompagner tous les jours à l’entraînement avec son boulot. Moi, je suis lassé des trajets qui ressemblent toujours à des voyages. C’est une façon de me concentrer sur le football 24 heures sur 24.

Une expérience ratée à l’étranger

Décrit comme un garçon « en or » et « au caractère affirmé », le gamin s’envole aux Pays-Bas avec sa mère et sa sœur. Mais pour lui tout ne se passe pas comme prévu. Malgré des débuts en professionnel avec le Jong PSV en Keuken Kampioen Divisie (deuxième division) et deux petites apparitions en Youth League, Scamacca ne s’impose pas. Le mal du pays se fait trop ressentir et il revient donc en Italie, du côté de Sassuolo à tout juste 18 ans. Une expérience ratée qui aura forgé le Romain, qui souhaitait découvrir un nouveau pays et apprendre une nouvelle culture et une nouvelle langue.

Quand je suis arrivé au PSV, mes coéquipiers me regardaient bizarrement, confiait-il l’an passé à SportWeek sur son expérience néerlandaise. Eux, ils étaient propres alors que moi, j’avais déjà trois tatouages à 16 ans. Sur le terrain, quand je touchais le ballon avec le talon, on me disait : « Tu veux faire comme Ibrahimovic ? ». Mais moi, j’ai toujours eu ça. Le talon, la semelle : tu apprends ça dans la rue. Mais je ne regrette pas, je voulais élargir mes horizons, apprendre une nouvelle langue et faire une nouvelle expérience.

 

Retour au pays

Il débarque dans la petite ville de Sassuolo, mais évolue d’abord avec les U19, avec qui il remporte en mars 2017 le prestigieux tournoi de Viareggio, qui regroupe chaque année les meilleures équipes de jeunes d’Italie et d’autres pays. Là-bas il explose avec trois buts inscrits, et marque les penaltys décisifs en phase finale. C’est donc naturellement que l’équipe première lui ouvre ses portes, et il dispute ses premières minutes de jeu en Serie A, lors d’un déplacement à Naples, où les Neroverdi s’inclinent 1-3.

Malgré quelques convocations, le géant d’1m95 part en prêt en deuxième division du côté de Cremonese. Avec seulement 1 but inscrit en 14 rencontres, il repart aux Pays-Bas en prêt pour une nouvelle expérience au PEC Zwolle. Seulement 10 petits matchs et puis s’en va. Il faudra attendre finalement son passage à Ascoli, en deuxième division, pour voir les prémices de bons débuts en pro.

Ascoli, le déclic

C’est dans la ville du centre de l’Italie qu’il va se révéler comme un atout majeur du club d’Ascoli. Il devient titulaire et marque dès la première journée de Serie B, terminant la saison avec 13 buts en 35 matchs toutes compétitions confondues. Éblouissant, il tape même dans l’œil du sélectionneur des U21, Paolo Nicolato, qui l’aligne lors de neuf des dix matchs de qualification à l’Euro U21. Il inscrit six buts et permet à l’Italie de se qualifier facilement pour l’Euro en terminant première de son groupe. Il devient complice avec un certain Giacomo Raspadori, qui deviendra son futur compère d’attaque à Sassuolo.

Enfin lancé sur sa trajectoire, l’attaquant est une nouvelle fois prêté, mais cette fois-ci en Serie A, du côté du Genoa, où il confirme les attentes placées en lui. Là-bas, il prouve aux yeux du championnat son talent et ses qualités, habile devant le but, capable de jouer en pivot et de faire monter le bloc, mais aussi technique face aux défenseurs. L’attaquant inscrit 8 buts en 26 matches disputés en championnat. Il peut même se targuer de réaliser un record dans l’histoire de la Coupe d’Italie, en terminant deux fois meilleur buteur de la compétition deux années consécutives avec deux clubs différents : Ascoli et Genoa, avec qui il inscrit 4 buts chacun. Il est finalement appelé par Roberto Mancini, qui lui offre sa première sélection avec la Squadra Azzurra le 8 septembre 2021 face à la Lituanie.

Le retour à Sassuolo

C’est tout naturellement que Sassuolo lui fait enfin confiance, et c’est le nouvel entraîneur Alessio Dionisi, qui le lance titulaire lors de la huitième journée face à son ancien club, le Genoa. Une confiance qu’il rend bien, puisqu’il inscrit un doublé en l’espace de 4 minutes et permet à son équipe de décrocher le match nul. Accompagné de Raspadori et Berardi sur le front de l’attaque, le Romain termine la saison avec 16 buts en championnat et se classe cinquième au classement des meilleurs buteurs.

Toujours sélectionné par Mancini, il profite de la reconstruction entamée par le coach italien pour saisir l’opportunité et jouer avec la Squadra Azzura. Lui qui est annoncé comme le futur grand attaquant de l’Italie, profite sûrement de l’absence de véritable buteur décisif en sélection, malgré les bonnes performances en club de Ciro Immobile. En tout cas, pour Roberto Mancini, « il est prêt », et sa titularisation face à l’Angleterre et l’Allemagne en Ligue des Nations ce mois-ci, prouve qu’il a la confiance du coach.

Titulaire au PSG ?

Selon son entraîneur Alessio Dionisi, « il peut encore progresser ». Reste à voir s’il peut s’imposer dans un club comme le Paris Saint-Germain. S’il est recruté, il découvrira alors la Ligue 1, mais surtout la Ligue des Champions. L’italien étant connu pour avoir une grosse force de caractère, arrivera-t-il à s’imposer dans un vestiaire de stars ? En tout cas Luis Campos y croit, que ça soit aujourd’hui ou pour le futur. Du côté de Sassuolo, on n’hésite pas à faire monter les enchères, puisque le club émilien souhaiterait un minimum de 40 millions d’euros afin de lâcher son poulain. Une affaire à suivre dans les prochains jours.


Fan absolu de foot et d'un certain club à l'étoile en bleu et blanc. Amateur de beau jeu et d'Argentins au pied gauche magique. Passionné de sport US (NBA, NFL, MLS) et loyal à la Damian Lillard. Je suis là pour vous apporter tout ce que le sport peut nous donner.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une