Nous suivre

Hockey sur glace

Rétro Hockey sur glace : retour sur une année 2020 largement tronquée

Avatar

Publié

le

Rétro Hockey sur glace : retour sur une année 2020 largement tronquée
Getty Images

HOCKEY SUR GLACE – En raison de la COVID-19, la saison 2019-2020 de hockey sur glace a été perturbée. Les diverses ligues et événements ont dû s’adapter pour achever, ou pas, les compétitions. Retour sur les décisions dans le monde.

Ligue Magnus et championnats de France : l’imbroglio

Alors que les saisons régulières ont pu aller à leur terme, ce n’est pas le cas des phases finales. En effet, suite aux recommandations gouvernementales, la fédération française a décidé de mettre un terme à la saison le 17 mars. Ainsi, les championnats se sont arrêtés au beau milieu des playoffs et aucun titre n’a été décerné. Afin de combler la place laissée vacante en début d’année par la liquidation judiciaire des Lions de Lyon, alors en Ligue Magnus, élite française, il a été annoncé que les vainqueurs des saisons régulières pourraient postuler à la division supérieure. De même, aucune relégation n’a eu lieu. Les Brûleurs de Loups de Grenoble, premiers, ont été choisis pour représenter la France en Ligue des Champions. Les Gothiques d’Amiens iront eux en Coupe Continentale, ayant gagné la Coupe de France en janvier, seul trophée décerné en France.

Mais comme un aperçu des prochains mois, un imbroglio est survenu lors des quarts de finale de Magnus. Alors qu’Amiens menait la série 3-2, la préfecture du Haut-Rhin interdisait la tenue du match 6 à Mulhouse à cause des nombreux cas dans le département. La préfecture de la Somme refusant a son tour d’accueillir le match pour éviter une propagation, Amiens est alors reconnu vainqueur et futur adversaire de Grenoble. Mais les appels des Scorpions de Mulhouse auprès du Ministère ont permis de trouver une solution avec un match 6 à la patinoire nationale. Les Alsaciens remportant le match 6, un ultime match est prévu sur la même glace avec le même résultat et la qualification des Scorpions. Les demi-finales n’eurent jamais lieu. Depuis la reprise, peu de matchs, plus ou moins à huis clos en fonction des villes, à cause de report et de cas de virus.


Annulation des Mondiaux

C’est au courant du mois de mars que la fédération internationale a prononcé l’annulation pure et simple de tous les championnats du monde. Ainsi, la Suisse n’a pas accueilli l’élite mondiale, la France n’a pas eu la chance de remonter chez les hommes ou chez les femmes. Les classements sont quand même maintenus, ce qui pourrait avoir des conséquences pour les futures échéances des Bleus en vue des JO notamment (voir ici).

Les équipes de France voient rouge – AFP


La NHL a terminé dans des bulles

Tout comme la NBA, la NHL n’a pas pu aller au terme de la saison régulière. Quand a été décrété l’arrêt des matchs, les équipes n’avaient non seulement pas disputé les 82 rencontres prévues, mais elles n’avaient pas toutes le même nombre de parties jouées. Le 26 mai, le format de la post saison est annoncé. Afin de ne léser aucune des équipes pouvant encore se qualifier mathématiquement en phase finale, il est décidé que les 12 premières de chaque conférence seraient retenues pour aller dans les bulles du tournoi finale. Cette dernière phase était découpée en 3 parties : Les 4 premiers font un mini tournoi pour déterminer les têtes des série. Les 8 autres feront une série en 3 de 5 pour rejoindre le tableau principal. Et retour au format classique par la suite en 4 de 7.

Les particularités de cette reprise sont des matchs à huis clos dans 2 bulles : la conférence Est à Toronto et l’Ouest se retrouve à Edmonton. La finale pour l’attribution de la Coupe Stanley, entre les Lightning de Tampa Bay et les Stars de Dallas, s’est tenue en Alberta. Les Floridiens ont remporté le 28 septembre dernier leur 1er trophée depuis 2004, ce qui a donné la plus belle photo de la saison avec la Coupe sur un Jet Ski dans la baie de Tampa et la parade en bateau de l’équipe victorieuse.

Damien Meunier


Journaliste/rédacteur depuis décembre 2016 - Amateur professionnel de sport, d’abord le football, j’aurais pu en faire mon métier. Mais bon, vous savez les … non, pas les croisés, ils vont bien eux. Juste un manque de talent, de technique et de niveau surtout. Mais cette passion est ancrée en moi telle la pomme dans la tarte tatin. Le côté suiveur/supporter est évidemment important au quotidien, que ce soit un soir de juillet 1998 en banlieue lyonnaise ou de juillet 2018 à Montréal. Car oui, depuis ma France natale, j’ai migré outre-Atlantique, au pays des caribous. Là, le football se joue à la main et non au pied. Et surtout, la religion sportive est plutôt froide et se joue avec une crosse. Non, ce n’est pas le curling ni le Lacrosse, encore que, mais le hockey sur glace. Une autre vision, une autre culture. On troque les crudités devant la télé pour une poutine et on s’installe avec notre chandail pour suivre cela. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ou la vitesse d’un slap shot de McDavid ou un arrêt de la mitaine de Price, j’écris sur de l’actualité par ici mais aussi le sport féminin, pas assez mis en avant.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une