Nous suivre

VTT

La saison 2021 de Pauline Ferrand-Prévot en 5 dates

Publié

le

La saison 2021 de Pauline Ferrand-Prévot en 5 dates
Photo Icon Sport

VTT – Moins dominante que les saisons précédentes, mais toujours aussi régulière, Pauline Ferrand-Prévot a mis un terme à son année 2021 à l’issue de la short-track de Lenzerheide (Suisse), vendredi. Retour en cinq dates sur une saison charnière pour la Rémoise.

7 mai 2021 : PFP ouvre la saison avec une victoire

Un début de saison en boulet de canon ! Passée chez Absolute-Absalon BMC au cours de l’hiver, Pauline Ferrand-Prévot arrive à Albstadt (Allemagne) dans la peau d’outsider, lors de la short-track d’ouverture de la Coupe du monde. Car devant elle, une certaine Loana Lecomte (Massi) a dominé la championne du monde élite sur les courses de préparation en début du printemps. Mais ce jour-là, c’est bien PFP qui l’emporte, en devançant au sprint la Suissesse Linda Indergand. Deux jours plus tard, elle terminera deuxième de la course XCO, derrière… Loana Lecomte. Mais ce week-end allemand reste alors plus qu’encourageant pour la Champenoise.

10 juillet 2021 : Pauline Ferrand-Prévot derrière Loana Lecomte aux France

Entre Albstadt et les championnats de France à Levens (Alpes-Maritimes), Pauline Ferrand-Prévot fait preuve de régularité. Victime d’une lourde chute sur la short-track de Nove Mesto, elle décroche tout de même une 4ème place deux jours plus tard sur la course XCO, avant de ne jamais quitter le top 6 à Leogang et aux Gets, avec en prime une nouvelle victoire sur le format court dans la station haut-savoyarde. Mais devant elle, Loana Lecomte rafle tout sur son passage.

Ainsi, sa cadette de 8 ans, qui est sélectionnée pour les Jeux à ses côtés, arrive alors dans la peau de grande favorite pour les championnats de France. Et la hiérarchie est respectée, la native d’Annecy s’imposant avec autorité devant Pauline Ferrand-Prévot. Cette dernière, titrée sans interruption entre 2014 et 2019, voit le maillot tricolore lui échapper pour la deuxième année consécutive. Mais l’important est ailleurs pour PFP.

27 juillet 2021 : PFP échoue aux Jeux, et pense déjà à Paris 2024

Elle nous le confiait en février dernier : « Je ne vais pas vous – et me – dire le contraire. Oui, bien sûr, c’est une fin en soi. Parce que j’ai tendance à vouloir ce que je n’ai pas et je suis assez têtue, donc… Je veux ce titre olympique plus que tout et je sais que si je ne l’obtiens pas, j’aurai le sentiment d’une carrière inachevée ». Arrivée à Tokyo en forme et dans la peau, là aussi, d’outsider, Pauline Ferrand-Prévot n’a qu’une chose en tête, l’or olympique. Et la Française a mis les petits plats dans les grands, en axant sa saison sur cet objectif, l’ultime titre manquant à son gigantesque palmarès.

Oui mais voilà, sur une course, d’un jour qui plus est, tout peut arriver. Très bien partie dans la roue de Jolanda Neff, Pauline Ferrand-Prévot chute en début de course. Un incident qui mettra fin à ses espoirs d’or, et de médaille. Malgré un sursaut à mi-course, la Champenoise ne parviendra pas à refaire son retard, la faute à une crevaison. Devant, la Suisse s’offre un triplé, avec Neff, son ex-grande rivale, sur la plus haute marche du podium. Déçue mais pas abattue, PFP, finalement 10ème, réagira le lendemain sur les réseaux sociaux, répondant au passage à certains médias très critiques, tout en assurant qu’elle fera tout pour rebondir, à court et plus long terme : « Je pense que c’est une place respectable et honorable. En tout cas, c’est comme cela que je le ressens au plus profond de moi. Donc je suis fière de moi, je garde le sourire, je garde mon rêve d’être championne olympique un peu plus longtemps dans un coin de ma tête, et je vais me battre pour conserver mes titres de championne d’Europe et de championne du monde ». Le ton est donné.

À droite, Pauline Ferrand-Prévot, aux côtés de Loana Lecomte à l'issue de la course XCO des Jeux de Tokyo

À droite, Pauline Ferrand-Prévot, aux côtés de Loana Lecomte à l’issue de la course XCO des Jeux de Tokyo – Photo Icon Sport

15 août 2021 : PFP reste sur le toit de l’Europe

Aussi bizarre que cela puisse paraître, Pauline Ferrand-Prévot a dû attendre 2020 pour décrocher son premier titre européen en élite. Et en ce jour d’août 2021, la Tricolore est bien présente à Novi Sad (Serbie) pour défendre sa couronne. Au terme d’une course maîtrisée, elle s’impose en solitaire pour rester la reine d’Europe. Des paroles aux actes, PFP a donc répondu sur le terrain. Reste désormais à boucler la boucle 15 jours plus tard, aux Mondiaux de Val di Sole en Italie, histoire d’effacer totalement ou presque des Jeux Olympiques qui ne se sont pas passés comme prévu.

28 août 2021 : Pauline Ferrand-Prévot délaisse l’arc-en-ciel pour les étoiles

Elle pensait pouvoir refaire le coup de Leogang en 2020, en partant dès le premier tour pour ne plus jamais être revue. Mais à Val di Sole, dans sa quête d’un troisième titre mondial de rang, Pauline Ferrand-Prévot a finalement dû rendre les armes. Partie en boulet de canon donc, la Rémoise a vu revenir sur elle Evie Richards, 24 ans et phénomène du VTT britannique, future championne du monde. La pilote de 29 ans va ensuite coincer, et terminera 6ème. En 2022, PFP arborera le maillot étoilé de championne d’Europe, à défaut de l’arc en ciel.

Une tunique qu’elle a déjà pu porter vendredi dernier, à l’occasion de la short-track de la Coupe du monde de Lenzerheide (Suisse). Douzième, PFP a finalement décidé de mettre un terme à sa saison, usée physiquement, et aussi mentalement. À 29 ans, la triple championne du monde de la discipline du VTT XCO annonce vouloir revenir plus forte en 2022. Le challenge est grand, car face à la génération montante incarnée par Loana Lecomte, Evie Richards et autres Sina Frei, Laura Stigger et Mona Mitterwallner, la tâche s’annonce ardue. Mais impossible n’est pas PFP, qui maîtrise mieux que personne l’art du rebond.


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une