Nous suivre

Football

Serie A : Juventus – Inter Milan, retour vers le futur pour le derby d’Italie

Publié le

Serie A Juventus - Inter Milan, retour vers le futur pour le derby d'Italie
Photo Icon Sport

SERIE A – Ce week-end, de l’autre côté des Alpes aura lieu un choc très attendu. Un choc surnommé depuis quelques décennies tout simplement le derby d’Italie. Cette rencontre qui met aux prises la Juventus Turin à l’Inter Milan sera très importante en vue du verdict de la saison actuelle. Comme cela en a été le cas à de nombreuses reprises par le passé. Présentation de la rencontre et retour sur certains précédents marquants entre les deux équipes.

Cette semaine, le football italien n’est pas vraiment à la fête. La Squadra Azzura, qui avait rendu fou de joie tout un pays il y a quelques mois lors de son titre européen, a fait de nouveau couler des larmes sur les joues de ses tifosis. Mais cette fois, il s’agissait d’une désillusion profonde, suite à l’élimination face à la Macédoine du Nord en barrages du Mondial. Dov’è la vittoria ?*, comme il peut en être question dans l’hymne national ? Nous n’avons pas la réponse à cette question à l’heure actuelle.

Toujours est-il que l’amertume de l’élimination passée, une grande partie de fans italiens va pouvoir se consoler avec un choc domestique ce week-end. Un choc qui ne laisse jamais indifférent au sein de la botte. Car quand Bianconeri et Nerazzurri s’affrontent, c’est tout un pays ou presque qui se divise en deux camps pour ce derby d’Italie.

Une histoire de l’Italie, l’origine de ce surnom

La rivalité entre la Juventus Turin et l‘Inter Milan ne date pas d’hier. La première rencontre entre les deux clubs a eu lieu pour preuve en 1909. Une éternité donc. C’est au cours de la saison 1967-1968, que le surnom derby d’Italie aura été donné à cette rencontre par l’intermédiaire du journaliste Gianni Brera pour qualifié ce match mettant aux prises les deux équipes dominant le championnat à l’époque. Une rencontre qui bien souvent, aura été le théâtre de faits mémorables.

Les dates clés de ce derby, 1961 l’origine

Avec 242 rencontres disputées entre les deux clubs, quelques lignes ne suffiraient pas pour évoquer cette rivalité. Mais de manière concise, voici quelques matchs qui sont véritablement rentrés dans l’histoire. 6 ans avant que Brera ne baptise donc la rencontre avant les deux clubs, naissait réellement la rivalité. En 1961, 5000 supporters de la Juve envahissaient San Siro. Trop nombreux, certains doivent assister au match sur le bord de la pelouse. L’arbitre fait arrêter la rencontre et donne une victoire 2-0 à l’Inter.

Mais à une journée de la fin du championnat, la fédération décide finalement d’annuler cette décision et de faire rejouer le match. Le président de la fédération à l’époque n’était autre qu’Umberto Agnelli… président de la Juve. En guise de protestation, l’Inter envoyait son équipe de jeunes pour jouer la rencontre. Une lourde défaite sur le score de 9 buts à 1 et la naissance d’une profonde rivalité donc.

Saison 1997-1998, un tournant décisif sous fond de polémique

L’Italie peut-être encore plus que tout autre pays, est souvent sujet à polémique(s) en ce qui concerne l’arbitrage. Et il faut dire qu’il en aura été question lors de ce choc lors de la saison 1997-1998. Piero Ceccarini, arbitre de cette rencontre, avait été au cœur des événements. Tout d’abord, il n’accordait pas de pénalty à Ronaldo, pour une faute dans la surface de Iuliano qui semblait évidente.

Dans la foulée, on vous le donne en 1000, en revanche, il n’hésita pas à siffler en faveur de la Juve pour une faute selon lui de Taribo West. Un pénalty stoppé par Pagliuca. Mais malgré tout, les Intéristes allaient s’incliner sur le score de 1 à 0. A égalité parfaite avant la rencontre, la Juve prenait un avantage alors décisif dans l’obtention du titre. Cette rencontre aura même provoqué des débats houleux jusqu’au Parlement italien !

Le paroxysme : 2005-2006 et la rétrogradation de la Juve en Serie B

Vous l’aurez donc compris, cette opposition est rarement de tout repos. Et cette rivalité n’a cessé de croître au fil des années. Le point d’orgue ? Sans doute la saison 2005-2006 qui aura vu la Juve être rétrogradée en Serie B. Difficile de maintenir une rivalité donc ? Et bien, pas tout à fait. au contraire même. Suite à une affaire de matchs truqués, la Juve a été invitée à rejoindre l’échelon inférieur (en compagnie de la Fiorentina et de la Lazio), mais s’était également vu retirer ses titres de 2004-2005 et 2005-2006.

Si le premier resta comme non attribué, le second aura été quant à lui désigné à l‘Inter. Rien de mieux donc pour attiser encore davantage la haine entre les deux clubs. Les tifosis turinois voyant leurs rivaux comme des voleurs. Suite à ce titre, 4 autres allaient suivre sur le terrain pour les Intéristes qui mettaient alors en place une certaine hégémonie.

Et aujourd’hui alors ?

Si l’Inter est championne en titre, la Juve a tout de même remis de l’ordre dans ses affaires domestiques. 9 titres de champion consécutifs entre 2012 et 2020, excusez du peu. L’Inter quant à elle n’avait pas goûté au podium entre la saison 2011 et 2020 ! Une opposition des trajectoires qui semble s’atténuer depuis deux saisons donc. Même si durant l’exercice actuel, les courbes de performances des deux équipes se croisent. Auteurs d’un début en fanfare, les Nerazzurri marquent le pas actuellement. Troisièmes avec 6 points de retard sur le rival milanais, avec il est vrai, un match en moins, ils n’ont désormais plus le droit à l’erreur dans la quête du titre.

Du côté des Bianconeri, après un départ catastrophique, et malgré une piteuse élimination en C1, la donne est tout autre en Serie A. À un petit point de leurs adversaires (avec un match en plus), le Juve peut encore rêver du titre. Mais alors qu’une qualification en C1 paraissait compliquée il y a encore quelques mois, celle-ci semble désormais pratiquement sécurisée. Mais quoi qu’il en soit, ce démanche 3 avril à 20h45 (beIN Sports 1) il ne sera pas question de « Fratelli d’Italia« * dans ce choc qui s’annonce bouillant.

* Où est la victoire ? * Frères d’Italie

 


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une