Nous suivre

Grands stades

Le stade de Maracanã, la « Cathédrale du Football brésilien »

Publié le

Stade de Maracanã

Si pour les Brésiliens le football est une religion, le stade de Maracanã est leur cathédrale.

Le stade de Maracanã (Estádio do Maracanã en portugais) se situe au Brésil à Rio de Janeiro. Il a été imaginé par une équipe d’architectes brésiliens composée de Miguel Feldman, Waldir Ramos, Raphael Galvão, Oscar Valdetaro, Orlando Azevedo, Antônio Dias Carneiro et Pedro Paulo Bernardes Bastos qui lui ont donné sa forme ovale si particulière et atypique. De son vrai nom Estádio Jornalista Mário Filho en hommage au célèbre journaliste sportif et écrivain du même nom.

Construit à l’occasion de la Coupe du monde de football de 1950, le stade de Maracanã avait une capacité initiale de 200 000 places notamment grâce à son anneau près du stade appelé « la général » qui permettait d’accueillir bon nombre de spectateurs debout et proposait même des places gratuites à partir de la mi-temps lors de certains match.
Il a été inauguré peu de temps avant le match d’ouverture de la compétition le 16 juin 1950

C’est l’un des principaux éléments qui a fait de ce stade un stade mythique et le stade le plus grand du monde. Le stade de Maranacã a été le théâtre de plusieurs tragédies au Brésil.
La plus connue et celle qui a marqué l’histoire du stade reste la finale de la Coupe du monde 1950.

Le Brésil grand favori a littéralement survolé toute la compétition, avec notamment des scores impressionnant contre la Suède (7 – 1) et l’Espagne (6 – 1) le monde entier s’attend à son sacre pour la première coupe du monde organiser par le pays du football. Le Brésil n’a besoin que d’un match nul face à son voisin, L’Uruguay pour remporter le titre car à l’époque la Coupe du monde était encore disputé comme un tournoi.
Quelques minutes avant la fin du match le score est de 1 à 1, la tension est à son comble et les quelques 200 000 brésiliens présents dans le stade, confiant en vue des précédents résultats voient déjà leur équipe victorieuse.

C’est alors que le tir Alcides Ghiggia trouve le chemin des filets de Moarcir Barbosa l’ancien gardien de but Brésilien et offre la victoire à son équipe ce 16 juillet 1950. Les brésiliens traumatisés par l’événement reste silencieux, certains retiennent même leurs larmes. Le stade dont les travaux n’avaient pas été finis fût repeint aux couleurs de l’Uruguay (blanc et bleu) suite à un pari entre les deux équipes qui a donc été perdu par les Brésiliens. Cet événement qui a tant secouer le Brésil et qui s’inscrit comme un drame national porte le nom de Maracanaço (ou Maracanazo pour les hispanophones) que l’on pourrait traduire par « le coup de Maracanã ».

Le stade a également été foulé par les meilleurs joueurs brésiliens à savoir Zico, Pelé qui y a d’ailleurs inscrit son 1 000ème but sous les couleurs de Santos en trompant le gardien de Vasco da Game sur un penalty à la 34eme minute de jeu le 19 novembre 1969 ainsi que Garrincha dont la dépouille a d’ailleurs été présenté le 20 janvier 1983 à l’ensemble des supporters étant venue au stade lui rendre un dernier hommage plus qu’émouvant.

Il a par la suite connu plusieurs rénovations dont la première à l’occasion de la première Coupe des clubs de la FIFA en 1999 réduisant le nombre de places à 103 000 avec la disparition de l’âme du stade, la  « général » ce qui a grandement atteint l’histoire et l’aspect mythique de ce stade, et lui a fait perdre ce qui faisait son charme, l’essence même de l’âme de ce stade.

La deuxième rénovation s’effectue dans le cadre de la Coupe du monde 2014 et des Jeux Olympiques de 2016 afin que le stade respecte les normes imposer par la FIFA. Entièrement détruit mise à part l’ancienne façade qui a été classée par l’Institut national du patrimoine artistique et historique, ce qui en fait le second site touristique le plus visité de Rio après le Christ Rédempteur. La capacité du stade est donc réduite à 78 000 places.

C’est l’un des rares stades à ne pas posséder de club résident. Cependant, les grands clubs de Rio de Janeiro y évoluent régulièrement lors du championnat brésilien ou à l’occasion de la Copa Libertadores.
Il accueille le plus célèbre derby brésilien surnommé le « Fla-Flu » qui oppose le CR Flamengo au Fluminense FC.

Il a également accueillit de nombreux événements non-sportifs dont le plus grand concert payant au monde qui figure d’ailleurs dans le Guinness Book avec 199 000 personnes ou encore la venue du pape Jean Paul II qui y à célébrer deux messes ou encore Franck Sinatra deux personnalités importantes comme l’a d’ailleurs souligné Gigghia « Seules trois personnes ont fait taire le Maracana : Frank Sinatra, le pape et moi ».

Même si depuis ses rénovations le stade a perdu de sa valeur sentimentale pour les supporters et pour les joueurs y ayant évolué à l’époque comme le célèbre Pelé, il s’inscrit tout de même dans la lignée des grands stades avec une histoire forte et un bon nombre de records ou d’événement marquant à son actif.

logo

Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon que de cyclisme.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une