Nous suivre

Top 14 2021-2022

Top 14 : L’immanquable de la 2ème journée

Publié

le

Top 14 : L'immanquable de la 2ème journée
Photo Icon Sport

TOP 14 – 2ÈME JOURNÉE – Les champions de France toulousains n’ont pas tremblé et trônent en tête du Top 14, suivis de près par le Racing 92 et les toujours surprenants castrais. Derrière, la cote d’alerte est déjà atteinte pour Clermont, La Rochelle et le Stade Français, trois équipes bien en-deçà des ambitions affichées avant le début de saison.

Le match de la journée : Clermont – Castres (30-34)

C’est un véritable thriller qui a eu lieu sur la pelouse du stade Marcel-Michelin. Battu à Lyon en ouverture, Clermont se devait de réagir, mais au lieu de ça, les auvergnats sont tombés sur des castrais solides, notamment devant. Les Clermontois ont pourtant mené au score durant une grande partie du match, mais les Tarnais ont toujours répondu du tac-au-tac. Trois essais pour chaque équipe, une course-poursuite haletante et un essai décisif inscrit en force à 4 minutes de la fin par Kévin Kornath pour sceller une victoire inattendue de Castres : le spectacle était au rendez-vous dans cette rencontre. Toujours sans victoire, Clermont devra impérativement se ressaisir contre La Rochelle, également succès, au prochain match.


Le club en forme : Le Racing 92

Les Racingmen avaient un calendrier copieux en ce début de saison. Après un derby francilien toujours périlleux en ouverture, les joueurs de Laurent Travers accueillaient le Stade Rochelais pour la revanche de la dernière demi-finale du Top 14. Pour leur premier match dans leur stade cette saison, les Franciliens ont réussi à contenir les Charentais en haussant leur niveau en défense, et bien que copieusement dominés en mêlée, ils ont contraint leurs adversaires à beaucoup de fautes, dont celle grossière de Rémi Bourdeau sur Gaël Fickou à la 70ème minute, débouchant sur un essai de pénalité qui scellera le sort du match (victoire 23-10). Les Racingmen comptent deux victoires en deux matchs, et prennent la tête du classement, et même si la saison n’en est qu’à son commencement, tous les feux sont au vert pour les troupes de Jacky Lorenzetti.


Le club qui déçoit : Le Stade Français Paris

Mais où est passée l’équipe séduisante qui s’était qualifiée pour les barrages la saison dernière grâce à une fin de saison en boulet de canon ? Déjà largement dominés par le voisin du Racing 92 en ouverture, les Parisiens n’ont pas existé sur la pelouse de Bordeaux-Bègles (défaite 37-10) . Trop indisciplinés (2 cartons jaunes) bien que dominateurs en mêlée, coupables de nombreuses fautes de main, les Stadistes ont proposé un piètre spectacle, et le manager Gonzalo Quesada est déjà sous pression avant un déplacement périlleux à Toulon, étrillé à Toulouse en clôture.


Le joueur : Antoine Hastoy

Dans la foulée de sa première sélection avec l’équipe de France cet été en Australie, Antoine Hastoy a été impérial pour le premier match de la Section Paloise à domicile cette saison. 6 pénalités et un drop, 100% de réussite au pied, et une présence constante en défense ont grandement contribué à la victoire de son équipe contre Lyon (21-17), bien que réduite à quatorze à la 25ème minute. L’ouvreur, pur produit du centre de formation palois, a montré que sa convocation chez les Bleus n’était pas usurpée, et commence à avancer ses pions en vue de la Coupe du monde 2023, bien que la concurrence à son poste soit acharnée.


L’essai : Ulupano Seuteni (Bordeaux-Bègles – Stade Français)

Remplaçant au coup d’envoi, l’international samoan Ulupano Seuteni n’a joué que 25 minutes, suffisant pour inscrire son premier essai de la saison. Le centre doit une fière chandelle à son ouvreur Matthieu Jalibert, en forme internationale, qui a transpercé la défense à l’entrée des 22 mètres avant de lui offrir l’essai d’une magnifique chistera. Cet essai a mis son équipe hors d’atteinte des Parisiens, et a lancé les Bordelais sur la route du bonus offensif.


La stat :

Clermont n’avait jamais perdu son premier match à domicile depuis la création du Top 14 (2005).

À lire aussi


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une