Nous suivre

Tour d'Italie 2021

Tour d’Italie 2021 : où en sont les favoris ?

Vincent Soubabère

Publié le

Tour d'Italie 2021 : nos favoris pour la 14ème étape
Photo RCS

TOUR D’ITALIE 2021 – A l’issue des dix premières étapes du Tour d’Italie, Dicodusport tire les nombreux enseignements de ce départ et fait le point sur les principales chances de victoire finale. Voici les dix hommes que nous surveilleront avec attention pendant la suite de ce Giro.

Egan Bernal (1er, INEOS Grenadiers)

On se demandait si le grimpeur colombien était remis de son mal de dos, mais ses premiers jours de course sont rassurants. Dimanche, il a fait le gros coup en remportant l’étape sur les pentes du Campo Felice. Il a également distancé tous ses concurrents au général pour s’emparer du maillot rose de leader. C’est désormais notre grand favori, à condition qu’il garde sa constance tout au long de l’épreuve, au contraire du dernier Tour de France où il avait concédé huit minutes dans la montée de Grand Colombier, la faute à un dos capricieux.

Remco Evenepoel (2ème à 14 secondes, Deceuninck – Quick-Step)

On pouvait douter de sa forme avant d’attaquer le Giro, le Belge a montré qu’il avait bien les cartes en main pour assumer le rôle de leader sur les dix premières étapes. Nous mettons tout de même un point d’interrogation sur l’éventuel duel face à Egan Bernal, puisque Evenepoel n’a pas l’expérience des Grands Tours et pourrait bien craquer dans l’enchaînement des étapes de haute montagne. C’est donc tout ou rien pour lui, on opte plus pour la seconde option et on le voit hors du top 5.

Alexander Vlasov (3ème à 22 secondes, Astana)

On parle beaucoup d’un duel entre Bernal et Evenepoel, mais c’est finalement Vlasov qui pourrait jouer le rôle d’arbitre. Discret en ce début de Giro, le Russe n’a jamais montré de signe de faiblesse et ne pointe qu’à 22 secondes du Colombien et à 8 secondes du Belge. On le pensait capable de terminer sur le podium, c’est pour nous le principal rival du leader des INEOS désormais.

Giulio Ciccone (4ème à 37 secondes, Trek-Segafredo)

Qui pouvait l’attendre à ce niveau ? L’Italien réalise un excellent début d’épreuve, semblant en mesure d’accrocher n’importe qui sur les premières étapes. C’est lui qui réagit en premier à l’attaque de Bernal dimanche. Cependant, les étapes de haute montagne risquent de le mettre en difficulté. Battu pour le général, le local pourrait avoir envie d’aller chercher une étape en troisième semaine.

Hugh Carthy (6ème à 45 secondes, EF Education Nippo)

Si le parcours de ce Giro est taillé pour un homme, il l’est pour lui. Le Britannique devrait pouvoir exprimer à pleine mesure son talent sur les longues ascensions prévues dans les prochains jours. De plus, il n’a concédé que 12 secondes à Egan Bernal dimanche sur une arrivée qui ne lui convenait pas. Nous n’avons pas de doute sur sa capacité à enchaîner les étapes de montagne, ce qui nous fait penser qu’il pourrait bien être la surprise sur le podium, comme sur la dernière Vuelta.

Simon Yates (9ème à 56 secondes, BikeExchange)

Le Britannique a l’habitude d’être au top au début des grands tours avant de craquer en troisième semaine. Cette fois-ci, ses premières étapes n’ont pas été convaincantes, perdant près d’une minute sur des étapes assez abordables pour un coureur de son niveau. Était-ce pour chasser ses vieux démons et performer en troisième semaine ? Malheureusement, non n’y croyons pas trop…

Marc Soler (11ème à 1’21, Movistar)

L’Espagnol a l’avantage d’avoir une bonne équipe acquise à sa cause, qui a déjà travaillé pour lui et qui continuera à le faire tout au long de ce Giro. Il a fini dans les mêmes temps que Carthy et Bardet dimanche et sera encore dans la bataille pour le top 5, à condition de ne pas craquer en troisième semaine.

Romain Bardet (12ème à 1’21, DSM)

Le Français nous a rassuré en ce début de Giro et semble être dans une forme ascendante. Il a fait une bonne montée dimanche derrière Bernal et pourra exploiter ses qualités montagnardes dans les étapes qui arrivent. Il perdra du temps au contre-la-montre final, mais cela ne l’empêchera pas de se battre pour un top 5.

Emanuel Buchmann (15ème à 1’47, Bora-Hansgrohe)

Oui, l’Allemand a perdu du temps, oui il n’est pas dans une grande forme depuis le Tour 2019, mais peut-on vraiment l’enterrer ? Le leader de la Bora-Hansgrohe terminait avec les autres favoris dimanche à 12 secondes de Bernal. C’est l’un des seuls à avoir de l’expérience sur les courses de trois semaines et à avoir déjà lutté pour la victoire finale dans un grand tour. Il peut revenir dans le top 5.

Evenepoel et Bernal, duo gagnant, vraiment ?

Evenepoel et Bernal, duo gagnant, vraiment ? – Photo INEOS Grenadiers

Notre classement

1er : Egan Bernal (COL / INEOS Grenadiers)

2e : Alexander Vlasov (RUS / Astana)

3e : Hugh Carthy (GBR / EF Education Nippo)

4e : Romain Bardet (FRA / DSM)

5e : Emanuel Buchmann (ALL / Bora-Hansgrohe)


Journaliste/rédacteur depuis août 2018 - Passionné de sport depuis tout petit, je me suis logiquement tourné vers le journalisme sportif depuis août 2018. Grand supporter des Girondins, je suis aussi un fan de football. Je pratique le tennis et suis l'actualité de la petite balle jaune. En juillet, vous risquez de me croiser sur les routes du Tour.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une