Nous suivre

Tour de France 2022

Tour de France 2022 : Derrière Vingegaard et Pogacar, qui pour compléter le podium ?

Publié le

Tour de France 2022 Derrière Vingegaard et Pogacar, qui pour compléter le podium
Photo Icon Sport

TOUR DE FRANCE 2022 – Alors que le peloton va entamer la dernière semaine de course, la victoire devrait se jouer entre Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard. Mais parmi la kyrielle d’outsiders, quel coureur pourrait les accompagner sur le podium ? 

Ils étaient annoncés comme étant les deux grands favoris du Tour, et ils ont tenu leur rang. Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard sont bien les deux coureurs du Tour de France cette année. Si le premier a gardé le maillot jaune pendant six étapes, le second le lui a chipé pour la première fois de sa carrière, et le porte actuellement avant d’entamer la troisième semaine et les Pyrénées. Et si on les a vus ces derniers jours se tirer la bourre, avec un Pogacar offensif à vouloir attaquer Vingegaard, ce dernier a toujours su résister et rester dans sa roue.

Si la dernière semaine reste indécise et que tout peut encore se passer, il y a quand même de fortes chances que ces deux-là soient sur le podium final à Paris. Mais alors, qui sera avec eux pour compléter ce podium ? Qui sera assez fort pour se tenir sur la troisième marche du podium et devenir le premier des « autres » ?

Geraint Thomas, de retour au premier plan ?

Alors qu’il reste une étape vallonnée, deux étapes de montagne dans les Pyrénées, et un contre-la-montre de 40 kilomètres au tracé plat, quatre coureurs sont en course pour grimper sur le podium. Pour rappel, c’est actuellement Geraint Thomas qui est sur la troisième marche. Le vainqueur du Tour en 2018 se situe à 2 minutes 43 du maillot jaune, mais surtout à 21 secondes de Pogacar, second. Arrivé en tant que co-leader après une victoire sur le Tour de Suisse, le Britannique avait déclaré à l’époque vouloir tenter de jouer sa carte, sans nécessairement viser le classement général. Mais après de bonnes sensations en montagne, celui qui devait accompagner Adam Yates et Daniel Martinez pour les grosses étapes, s’est retrouvé à suivre Pogacar, Vingegaard, Bardet et Gaudu dans les derniers kilomètres des ascensions.

4ème lors de la 11ème étape où Vingegaard a renversé le Tour, et 7ème le lendemain dans le même temps que le duo de tête, Thomas a prouvé qu’il avait des belles jambes lors de ce Tour et qu’il pouvait accompagner les meilleurs jusqu’au bout. Son gros avantage sur ses concurrents sera le contre-la-montre qui scellera le classement du Tour, la veille de l’arrivée finale aux Champs. 18ème lors du contre-la-montre de la première étape à Copenhague, à seulement une dizaine de secondes de Vingegaard, l’ancien pistard, champion olympique de poursuite par équipes, n’a pas peur des 40 kilomètres quasi plats qui attendent les coureurs sur l’avant-dernière étape.

Là où il peut perdre beaucoup de temps, ce sera lors des deux dernières étapes de montagne. Si l’arrivée à Peyragudes amène à un enchaînement de col 1er catégorie, avec un finish au sommet, celle du lendemain vers Hautacam, compte deux cols hors catégorie dont une à 7,8% pendant 13,6 kilomètres. De quoi faire perdre les pédales à de nombreux coureurs, et surtout faire perdre énormément de temps, car il y a de grandes chances que le classement définitif se dessine lors de cette étape.

Romain Bardet, un deuxième podium ?

Le quatrième du classement général, à 3 minutes 01 du maillot jaune, et 18 secondes de Thomas, c’est Romain Bardet. Le premier Français dans ce classement était pourtant sur le podium à l’issue de la 11ème étape, avant de céder sa place le lendemain au Britannique. Leader de la DSM, l’Auvergnat n’était pas censé se retrouver sur le Tour de France cette année. Alors qu’il était en position favorable pour remporter le Giro, il subit de grosses douleurs à l’estomac et a dû abandonner. Il se retrouve donc sur le Tour pour tenter de faire bonne figure et essayer de décrocher un podium. Sans pression cette année, le Français joue avec malice et reste toujours dans la roue des meilleurs lors des plus grosses étapes.

Même s’il a progressé au fil des années, le coureur de 31 ans n’est pas le plus à l’aise sur un contre-la-montre, surtout quand il est aussi long et plat que celui de la fin du Tour. S’il veut avoir un espoir d’accrocher le podium, il va falloir que le Français distance ses adversaires en montagne pour quitter les Pyrénées avec, a minima, 1 minute d’avance sur ses concurrents, pour avoir l’espoir de monter sur le podium à Paris. De ce que l’on a vu jusqu’à présent, s’il est un ton en-dessous des deux leaders, il fait clairement partie des meilleurs en montagne sur ce Tour. À voir avec la chaleur, comment va réagir son corps, afin qu’il ne subisse pas une défaillance comme Pogacar sur la 11ème étape.

Un deuxième leader chez Ineos

Il va falloir s’attendre à une stratégie des Ineos Grenadiers dans les jours à venir. Avec trois coureurs dans le Top 10, l’équipe de Steve Cummings va vouloir placer un de ses coureurs sur le podium, et surtout défendre son classement par équipe face aux Jumbo-Visma et aux Groupama-FDJ. Si Geraint Thomas est le mieux placé, Adam Yates, l’autre co-leader de la formation fait preuve d’une excellente régularité. Le frère jumeau de Simon a intégré le top 10 le lendemain de la 2ème étape, pour ne plus le quitter. 5ème à 1 minute 05 de Romain Bardet, et à 1 minute 23 de son coéquipier britannique, il a pour ambition de rejoindre son compatriote et de faire mieux que sa quatrième place obtenue en 2016.

Porteur du maillot jaune durant 4 jours en 2020, Adam n’a pas montré qu’il était aussi à l’aise que Thomas en montagne. Même s’il s’est classé 6ème de l’étape du Col du Granon, il reste à un niveau équivalent de Bardet et Gaudu en montagne. En ce qui concerne le chrono, son dernier de référence était sur la Vuelta l’an dernier avec une 29ème place, mais surtout 18 secondes de retard sur Romain Bardet. Mais attention, car quand il le veut, le Britannique sait et peut rouler fort. À voir maintenant la stratégie d’Ineos, s’ils vont tout donner pour Thomas, ou s’ils veulent jouer la carte du double leader.

Enfin un relâchement pour Gaudu ?

Après avoir déclaré qu’il n’avait pas confiance en lui, de peur d’exploser, au soir de l’Alpe d’Huez, le Breton a démontré qu’il pouvait distancer les autres, comme lors de l’arrivée à Mende. David Gaudu, actuellement huitième à 1 minute 41 de Thomas, veut encore croire au podium, objectif annoncé en début de saison par Marc Madiot. Le coureur de 25 ans, 8ème de la Vuelta 2020, va tenter pour la première fois de sa carrière d’intégrer un top 5 d’un Grand Tour. S’il arrive à faire sauter ce verrou psychologique et physique, il pourra alors distancer ses adversaires et dépasser ceux qui le devancent au classement général.

Mais, il va falloir prendre du temps, beaucoup de temps, et espérer une défaillance de certains pour arriver avec quasiment 1 minute 30 – 2 minutes d’avance sur Geraint Thomas et Adam Yates, car il va beaucoup souffrir face à des vrais rouleurs sur le contre-la-montre. Il va devoir démontrer qu’il a encore de la ressource en troisième semaine d’un tour pour réussir son objectif de podium à Paris.

À lire aussi

Fan absolu de foot et d'un certain club à l'étoile en bleu et blanc. Amateur de beau jeu et d'Argentins au pied gauche magique. Passionné de sport US (NBA, NFL, MLS) et loyal à la Damian Lillard. Je suis là pour vous apporter tout ce que le sport peut nous donner.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une