Nous suivre

Tour de France 2024

Tour de France 2024 : Jonas Vingegaard remporte la 11ème étape devant Pogacar

Victor Clot-Amiot

Publié le

Tour de France 2024 Jonas Vingegaard remporte la 11ème étape devant Pogacar (1)
Photo ASO/Le Tour

TOUR DE FRANCE 2024 – Après un début d’étape dynamisé par les multiples tentatives pour accrocher l’échappée du jour, la victoire est néanmoins revenue à Jonas Vingegaard qui a devancé Tadej Pogacar au sprint !

Un départ tonitruant pour accrocher l’échappée du jour

Après une étape assez soporiphique la veille, remportée par Jasper Philipsen, le peloton prenait aujourd’hui la direction des monts du Cantal avec une arrivée prévue au Lioran, dans le Massif central, où Greg van Avermaet s’était emparé du maillot jaune en 2016. Au départ, les observateurs semblaient confiants quant à la possibilité qu’une échappée se joue la gagne au terme des 211km du jour. Ceci expliquant cela, il a fallu batailler 85 km, jusqu’à la côte de Larodde, pour qu’enfin, le peloton laisse couler et que l’échappée parvienne à prendre du champ sur ce dernier. L’écart passait enfin au-delà des 30 secondes alors que cette lutte intense faisait plusieurs victimes à l’arrière de la course.

Ainsi, Ben Healy, Richard Carapaz (EF Education – EasyPost), Oscar Onley (Team DSM-firmenich PostNL), Paul Lapeira (Decathlon AG2R La Mondiale Team), Oier Lazkano (Movistar Team) et Mattéo Vercher (TotalEnergies) formaient l’échappée du jour avant qu’un quator français ne fasse la jonction une dizaine de kilomètres plus tard. S’ajoutaient ainsi au groupe de tête Romain Grégoire (Groupama-FDJ), Julien Bernard (Lidl – Trek), Bruno Armirail (Decathlon AG2R La Mondiale Team), et Guillaume Martin (Cofidis).

Le train d’enfer d’UAE Team Emirates

Hélas pour l’échappée, le peloton – l’équipe UAE Team Emirates surtout – a décidé de faire mentir les observateurs du matin. L’écart n’a jamais réellement grimpé, et à 45km du terme il ne s’élevait qu’à 50 petites secondes sur un peloton maillot jaune où le Belge Wout van Aert a goûté au bitume. Finalement, seuls Oier Lazkano et Ben Healy persistaient à l’avant, les autres ayant compris que le jour de gloire ne serait pas ce 10 juillet.

La difficile ascension du Puy Mary Pas de Peyrol (5,4 km à 8,1 %) aura finalement été fatale aux rescapés alors que dans le peloton l’écrémage est tel qu’il ne restait – déjà – que dix hommes au moment où Tadej Pogačar posait une banderille à 600m du sommet et à 31 km de l’arrivée. Contrairement au scénario connu de tous depuis 2022, cette fois-ci pas de Jonas Vingegaard dans la roue du Slovène. Sur la ligne du grimpeur, une trentaine de mètres séparait le Danois de son rival. Derrière, Primož Roglič basculait lui à quelques décamètres du double tenant du titre.

Jonas Vingegaard surprend Pogacar

Derrière, l’espoir demeure pour Vingegaard qui revient peu à peu sur Pogacar dans le col de Pertus alors que l’écart était monté à plus de 30 secondes, jusqu’à faire la jonction au sommet ! La raison ? Simple test, petit coup de moins bien, en délicatesse avec son matériel ? Difficile à dire sur le moment.

Les deux hommes ont ainsi abordé le dernier kilomètre ensemble, ne se livrant pas bataille sur les pentes du col de Font de Cère. Habituellement plus véloce sur un effort bref, le Slovène a finalement cédé, sur les derniers mètres d’un sprint à l’arraché. Jonas Vingegaard signe là sa septième victoire cette saison et maintient la pression sur Pogacar. Derrière, Remco Evenepoel et Primož Roglič pensaient terminer ensemble à une trentaine de secondes, mais le Slovène, malheureux, chutait à l’approche de la flamme rouge et termine finalement 4e (classé dans le même temps qu’Evenepoel). Au général, Jonas Vingegaard se rapproche à 8 secondes du Belge, toujours dauphin de Pogacar. Le grand perdant se nomme Juan Ayuso, 5e au départ ce matin, 9e ce soir après avoir concédé 4 minutes 39 ce mercredi.

Passionné de sport depuis toujours, un jour à l'adolescence mes parents m'ont dit : "quitte à passer ton temps à regarder du sport, au moins va le voir en vrai" ! Depuis, cette remarque ne m'a plus quitté et je passe une grande partie de mon temps libre à assister à des compétitions de tous sports. Je mêle d'ailleurs mes deux passions, le sport et les voyages afin de faire une pierre deux coups ! Outre l'US Open ou l'Euro 2021 par exemple, j'ai assisté cet été aux Mondiaux d'athlétisme à Budapest. Mon plus gros coup dur est et restera les JO 2020-2021 pour lesquels j'avais réservé 17 épreuves. La suite, vous la connaissez...

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *