Nous suivre

Vendée Globe 2020

Vendée Globe – Sauvetage de Kevin Escoffier : retour sur la chronologie des événements

Tom

Publié

le

Maxppp / Thomas Bregardis

Vendée Globe 2020 – Cette édition 2020 du tour du monde en solitaire est passée proche d’un drame. Kevin Escoffier (PRB) a été victime hier après-midi d’un accident en plein Atlantique Sud dans des vents violents. Il a signalé une voie d’eau dans son bateau, qu’il a dû quitter, et a déclenché sa balise de détresse. La terre la plus proche se situant à des centaines de kilomètres, ce sont les skippers concurrents qui sont allés porter secours au Français. Grâce à eux, tout s’est bien terminé. Kevin Escoffier a pu être secouru cette nuit, après plus de onze heures passées sur un radeau de survie dans une mer violente. Retour sur la chronologie des évènements.

14h46 (heure française) : Incident signalé par Kevin Escoffier à son équipe à terre

Alors qu’il est troisième de la course et qu’il file à plus de 17 nœuds, Kevin Escoffier (PRB) est victime d’un incident d’origine inconnue. Son bateau subit de gros dégâts et de l’eau rentre dans celui-ci. Le skipper se rend compte que la situation est dangereuse, et qu’il ne peut pas rester sur son monocoque, qui commence à couler. Il contacte son équipe à terre à 14h46 et sa balise de détresse est déclenchée dans la foulée. Sans autre solution, il se voit obligé de déployer son radeau de survie dans des conditions difficiles.

La situation en mer à 15h18 : en orange Kevin Escoffier, Jean Le Cam derrière lui en blanc, à 600 miles au sud-ouest du Cap de Bonne-Espérance (tracker Vendée Globe)

17h01 : Jean Le Cam, dérouté, arrive sur place

Jean Le Cam (Yes We Cam!), le plus proche de Kevin Escoffier, est appelé à se dérouter pour aller lui porter secours. La direction de la course le guide grâce à la balise personnelle d’Escoffier. À 17h01, Le Cam arrive sur zone et voit directement le skipper en détresse sur son radeau de survie. Un échange vocal a lieu entre les deux hommes. À ce moment-là, le vent souffle à plus de 25 nœuds et la mer est formée de creux de cinq mètres. Jean Le Cam est autorisé à utiliser un moteur pour la manœuvre, mais le temps qu’il active ce dernier, le contact visuel est perdu avec Kevin Escoffier.

19h21 : D’autres skippers appelés en renfort alors que la nuit tombe

Après l’échec de cette première tentative, la direction de la course fait appel à des renforts parmi les skippers. C’est la règle n°1 de la course à la voile : «un bateau ou un concurrent doit apporter toute l’aide possible à toute personne ou navire en danger.» Yannick Bestaven (Maître Coq), Boris Herrmann (SeaExplorer) et Sébastien Simon (Arkea Parpec) sont appelés à se dérouter. Les deux premiers arrivent aux alentours de 21h et le troisième plus tard, à minuit. La zone est quadrillée, mais toujours aucune signe du radeau de survie. Entre temps, les recherches sont complexifiées par la nuit tombée. Les heures passent, et on se met à imaginer le pire.

La situation en mer à 23h31 : quatre skippers à la recherche du radeau de survie (tracker Vendée Globe) 

02h18 : Kevin Escoffier récupéré par Jean Le Cam, sain et sauf

La nouvelle que tout le monde attendait tombe enfin : Jean Le Cam a secouru Kevin Escoffier. Le skippeur est sain et sauf. Le soulagement est de mise. Alors que la direction de la course misait sur une reprise des recherches au lever du jour, le skipper vétéran a réussi l’exploit de repêcher son confrère de nuit et dans une mer très formée. Il prévient dans la foulée l’équipe PRB avec un appel vidéo. On y voit Kevin Escoffier emmitouflé dans une combinaison de survie, «vivant et souriant». Il aura passé plus de onze heures sur son radeau de survie. Rassurés, les quatre skippers venus aider ont pu repartir. Leurs heures de sauvetage seront décomptées de leur temps total. Kevin Escoffier, lui devrait être remis par Jean Le Cam à des sauveteurs, d’une manière ou d’une autre.

La situation en mer à 05h00 : les bateaux repartent, sauf celui de Kevin Escoffier (tracker Vendée Globe)

À 40 ans, Kevin Escoffier participait à son premier Vendée Globe. C’était aussi son premier tour du monde en solitaire. Il a participé à trois tours du monde en équipage, deux sur la Volvo Ocean Race (troisième place en 2015, victoire en 2018) ainsi qu’un sans escale sur le Trophée Jules-Verne (victoire en 2012) . Son bateau, PRB, a été repris en 2019 à Vincent Riou, qui est passé sur un autre projet après plus de quinze années dessus. Il a passé tout ce Vendée Globe 2020 dans les leaders, ne descendant jamais en dessous de la douzième place. Au pointage de 15h, il figurait encore à la troisième place, derrière Thomas Ruyant (LinkedOut) et Charlie Dalin (APIVIA). Son abandon est le troisième de la course, après celui de Nicolas Troussel (Corum L’Épargne) et d’Alex Thomson (Hugo Boss).

Tom Compayrot


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook