Nous suivre

CDM de rugby à XV 2019

La victoire de l’Angleterre face à la Nouvelle-Zélande en 5 stats

Flo Ostermann

Publié

le

La victoire de l'Angleterre face à la Nouvelle-Zélande en 5 stats
Getty Images

Coupe du monde 2019 – Ce samedi, l’Angleterre a éliminé la Nouvelle-Zélande, double tenante du titre, dans le dernier carré (19-7). Le match en 5 stats.

11

Comme le nombre de pénalités concédées par les Blacks. Ces derniers ont souffert dans le jeu au sol, face aux troisièmes lignes anglais et à un Maro Itoje des grands jours. Et face à un buteur de la trempe de George Ford (12 points), ça ne pardonne pas. Les Néo-Zélandais l’ont appris à leurs dépens ce samedi.

15

Comme le nombre de plaquages distribués par George Ford et Owen Farrell face aux All Blacks : ils terminent meilleurs plaqueurs dans les rangs anglais devant le troisième ligne aile Sam Underhill (14). Si le demi d’ouverture du XV de la Rose n’a loupé qu’une seule de ses tentatives de plaquage, Farrell, lui, a échoué 6 fois. Sans conséquence, heureusement.

18

Il aura fallu 18 minutes pour voir la première mêlée entre Anglais et Néo-Zélandais. Une donnée qui résume l’intensité et le rythme d’un premier quart de jeu qui aura posé les bases d’un match formidable.

21

Comme le nombre de offloads réalisés par les joueurs néo-zélandais. Avec une possession en leur défaveur, les doubles champions du monde sont tout de même parvenus à jouer davantage après-contact. En vain, car au bout du compte, il y avait toujours un Anglais pour annihiler une action intéressante.

57

Comme la 57ème minute de jeu, durant laquelle les All Blacks ont marqué leurs seuls points du match, grâce à un essai de Ardie Savea, transformé par Richie Mo’unga. Jamais les Néo-Zélandais n’avaient attendu aussi longtemps pour débloquer leur compteur lors d’une rencontre de Coupe du monde. Le symbole d’un vrai coup de tonnerre.

Dicodusport


Journaliste/Rédacteur depuis septembre 2015 - Mes premiers souvenirs dans le sport ? Les envolées du Stade Toulousain et les duels Villeneuve-Schumacher et Häkkinen-Schumacher à la fin des années 90, la Coupe du monde de football en 1998, l’exploit du XV de France face aux All Blacks en 1999, mais aussi Richard Cœur de Lion qui vole sur les montagnes du Tour de France. Bien parti pour devenir professeur d’EPS, les événements de la vie (et la flemme d’animer des séances de 3x500 mètres toute ma vie) m’ont conduit à revoir mes plans. Me voilà depuis fin 2017 sur Dicodusport, média grâce (et pour) lequel je partage ma passion : le sport dans tous ses états. Le tout accompagné par les fous furieux et folles furieuses cités sur cette page !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une