Nous suivre

Volley-Ball

Volley Challenger Cup : Les Bleues chutent de justesse en quarts de finale

Sébastien Gente

Publié le

Volley Challenger Cup Les Bleues chutent de justesse en quarts de finale
Photo Icon Sport

CHALLENGER CUP DE VOLLEY – Totalement surclassées lors des deux premiers sets, les Bleues ont tout emporté sur leur passage lors des deux suivantes. Avant de céder au tie-break, malgré deux balles de match. La Challenger Cup des Tricolores est déjà terminée.

Le succès des Bleues lors de la Golden European League en juin leur a permis d’ouvrir leur palmarès. Mais il leur a aussi offert un ticket pour la Challenger Cup. Cette compétition, regroupant huit sélections nationales, offre au vainqueur un ticket pour la prochaine Ligue des Nations. Si les hommes viennent de remporter cette prestigieuse compétition pour la troisième fois dimanche dernier, les femmes ne l’ont tout simplement jamais disputée. Pour espérer cette première historique, il fallait d’abord se débarrasser de la Colombie en quarts de finale, dans une confrontation inédite au niveau international.

Les Bleues submergées

Ce sont les Colombiennes qui attaquent le mieux cette partie (5-2). Ni une ni deux, les Bleues égalisent en mettant en échec les attaques adverses. Mais elles sont plutôt à réaction en ce début de rencontre, subissant la puissance colombienne. De plus, elles cèdent quelques points faciles sur des erreurs d’appréciation. Leurs attaques sont prévisibles, et le bloc adverse fonctionne à plein régime, permettant aux Colombiennes de creuser l’écart (17-10). Malgré un bref moment d’espoir, les Françaises cèdent logiquement la première manche 25-17.

Peu décidées à ralentir, les Colombiennes s’échappent dès le début de la deuxième manche (5-0). Les Bleues n’y sont que par séquences, et ne ressemblent en rien à l’équipe triomphante du mois dernier. L’écart se creuse (15-7), les Françaises ne manquent pas de volonté ni de bravoure, mais leurs adversaires sont un ton au-dessus. Comme dans la première manche, les Tricolores relèvent quelque peu la tête en fin de set. Mais cela est insuffisant pour bousculer réellement les Colombiennes, qui prennent le set 25-16.

L’espoir renaît, la machine redémarre

Dos au mur, les Françaises sont enfin au niveau attendu en début de troisième manche. Elles prennent pour la première fois le large sur une belle série au service de Lucille Gicquel (7-4). Mais cela est loin de faire paniquer les Colombiennes, qui ne s’écroulent pas. Elles reviennent à un point (16-15), mais les Bleues se battent corps et âme pour rester devant. Elles enchaînent quatre points consécutifs, mais sans pour autant éteindre les espoirs colombiens. C’est le bloc tricolore qui s’en chargera, avant de finalement plier la manche sur un coup de vice de Léia Ratahiry (25-22).

Parfaitement relancées, les Tricolores retrouvent la réussite et prennent rapidement l’avantage en début de quatrième manche (6-2). La machine française est en route, et les dégâts sont importants. En confiance, les Bleues creusent l’écart (17-9), et déroulent leur volley, à l’image d’une Héléna Cazaute retrouvée. La capitaine mène la charge, et les Françaises étouffent des Colombiennes touchées au moral. Tout fonctionne dans ce set pour les Tricolores, qui s’imposent 25-11 et forcent un tie-break clairement inattendu au vu des deux premières manches.

Défaite plus que rageante

Les deux équipes semblent gonflées à bloc à l’aube du jeu décisif. Le match, fort plaisant, monte d’un cran en intensité. Mais les Bleues, sur leur lancée, créent le premier écart (5-2). Les Colombiennes ne s’avouent cependant pas vaincues, et recollent (10-10). Déterminées, et menées par une immense Lucille Gicquel, les Tricolores se procurent deux balles de match (14-12), mais le bloc colombien fait des miracles pour égaliser à 14-14. Totalement relancées, les Colombiennes renversent la maison bleue et s’imposent finalement 16-14. Cruelle désillusion pour les Bleues, qui voient donc s’envoler ici leur rêve de Ligue des Nations.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une