Nous suivre

Actualités

Football : YelloPark, le projet de nouveau stade à Nantes

Publié

le

À une semaine du début de la concertation, on aperçoit enfin les contours du nouveau stade des Canaris. Un stade qui pour la première fois en France, sera financé uniquement par des fonds privés et pour lequel le contribuable ne mettra pas un seul centime. Mais quel est ce projet YelloPark, très contreversé ces dernières semaines ?

Mi-septembre 2017, Waldemar Kita annonce en grande pompe la décision de construire un nouveau stade pour le Football Club de Nantes. La nouvelle enceinte financée uniquement avec des fonds privés, se trouvera sur le parking de l’actuel stade des canaris au milieu d’un projet de nouveau quartier urbain constitué de 2 000 nouveaux logements et d’un centre de bien-être. Le projet se nomme YelloPark. Le président franco-polonais du FC Nantes s’est associé avec le groupe immobilier Réalités dirigé par le Nantais Yoann Joubert. Depuis le lancement du projet en grande pompe aux côtés de la présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts.

Johanna Rolland et Waldemar KIta lors de la conférence de presse pour présenter le projet le 19 septembre 2017. – Capture d’écran Twitter @FCNantes

Quels architectes ?

Le nom des architectes a été dévoilé début janvier. On sait désormais que c’est l’association du cabinet d’architecte américain HK&S (Harwood K Smith) et du parisien ATSP (Atelier Tom Sheehan et Partenaires) qui a été choisie pour la conception du stade, tandis que c’est Dominique Perrault et son cabinet d’architecte, renommé dans l’urbanisme, qui se chargeront des alentours et du quartier. Le cabinet américain est connu pour avoir réalisé l’un des stades les plus coûteux au monde, AT&T Stadium à Arlignton au Texas qui a pour locataires les Cowboys de Dallas. Waldemar Kita s’est d’ailleurs déplacé au Texas pour visiter l’installation de l’équipe de NFL en nuançant que le stade du FC Nantes ne ressemblerait en aucun cas à cet écrin du fait que le budget ne serait pas le même. En France, les deux cabinets se sont déjà associés pour réaliser la rénovation du Parc des Princes. Le président Kita souhaite que le stade soit « Le plus joli, le plus moderne, le plus beau projet de France ».

Le projet en lui-même

Le stade aurait une capacité de 40 000 places, avec un parking de 5000 places en sous-terrain. Les porteurs du projet ont justifié le fait de garder le lieu dans le but de faire des économies. Le nouveau stade serait doté des nouvelles technologies. Il n’aura pas de toit rétractable qui est « excessivement cher » d’après le président Kita comme le stade Pierre Mauroy de Lille. En revanche, il existe déjà des moyens de transports en commun ou des routes pour accéder au stade de la Beaujoire contrairement à un nouvel équipement comme ce fut le cas pour le Groupama Stadium ou l’Allianz Riviera de Nice. Aux abords du stade, on trouvera le musée ainsi que la boutique officielle du club. Le stade pourrait également posséder une fan-zone qui serait un véritable lieu de vie avant et après les matchs.

En plus d’un stade, le projet est également immobilier et comprend la création d’un véritable lieu de vie urbain. En effet, on trouverait 2000 logements ainsi que des bureaux mais aussi peut-être un centre de bien-être, des commerces de proximité et une école. Il y a également de nombreuses possibilités comme un cinéma d’après Yoann Joubert. La métropole a eu l’assurance qu’au sein du quartier, on trouverait un parc. Il est possible que ce parc corresponde à l’actuelle pelouse du stade. La place de la nature sera importante avec l’implantation de plusieurs arbres. Le projet sera également conforme au Programme Local de l’Habitat et possédera 25% de logements sociaux parmi les 2000 créés.

Le nouveau stade, un réel besoin ?

Waldemar Kita, depuis son arrivée à la tête du club a toujours rêvé de construire son stade. Il juge trop vétuste la Beaujoire. Surtout après que les études pour l’organisation de l’Euro 2016 aient démontré que la rénovation serait très coûteuse. Luc Delatour en charge du projet au sein du club des bords de l’Erdre avance deux arguments : la nécessité de changement à cause de l’âge avancé de l’édifice nantais qui fêtera ses 34 ans en mai prochain et de la non tenue de grands évènements sportifs ou culturels pour la ville de Nantes. Cependant l’enceinte nantaise n’est pas vieille. L’âge moyen des stades de Ligue 1 est de plus de 50 ans.

De plus, le stade actuel a été retenu pour accueillir coup sur coup la Coupe du Monde de rugby en 2023 et un an plus tard le tournoi de football des Jeux Olympiques de 2024. Ce qui pose problème également dans le cas où le stade serait livré non pas en 2022 comme le prévoit le président Kita et Yoann Joubert mais en retard. Les travaux pourraient pertuber le déroulement des compétitions. Pascal Bolo, adjoint en charge du sport professionnel à la mairie de Nantes assure que les compétitions se dérouleront dans le stade actuel si le stade n’est pas prêt à temps. La ville devra en plus payer des rénovations pour que le stade actuel de la Beaujoire soit aux normes des compétitions qu’il va accueillir. Et même si le stade est livré dans les temps, il y aurait tout de même des travaux dans la partie immobilier du projet avec la démolition de l’actuel stade.

À la vue des affluences du stade actuel, la construction d’un nouveau stade n’a pas lieu d’être. Il est rare que la Beaujoire accueille plus de 30 000 spectateurs depuis la remontée en Ligue 1 du FC Nantes en 2013.

Les phases du projet – YelloPark

La méfiance des supporters et des riverains

Les porteurs du projet ont dû faire face à une fronde des supporters qui ne veulent pas changer de stade. Après une pré-concertation durant la fin de l’année 2017, la concertation va débuter dans une semaine et s’étalera sur deux mois. Les architectes ont d’ores et déjà annoncé qu’ils prendront en compte les requêtes émises durant la concertation comme celles d’avoir une tribune pouvant accueillir un kop mais également ce que les supporters craignent d’avantage, des loges comme le demandent les partenaires du club. De plus, les marchands ambulants ne seraient plus présents aux abords du nouveau stade. On trouverait plutôt des enseignes de la grande restauration dans l’enceinte du stade. Les supporters ont également montré des inquiétudes sur le tarif des places qui pourrait augmenter. Le président Kita l’assure, l’augmentation ne sera pas supérieure à 10%.

Les riverains ont pour leur part émis des craintes sur les places de parking, la difficulté de se déplacer dans le quartier mais également sur la sécurité les jours de matchs.

De nombreuses interrogations

La Beaujoire a fait l’objet d’une rénovation l’été dernier alors que le projet du nouveau stade était dans les cartons. L’argent du contribuable nantais serait-il jeté par les fenêtres ? De plus, le nom de Waldemar Kita était présent dans la liste des personnes impliquées dans les Panama Papers. L’asssociation « A la nantaise » fustige les contre-vérités entendues et lues pour promouvoir le projet. Le stade, d’après le président Kita devrait profiter au FC Nantes. Alors qu’au début, Yoann Joubert avait annoncé que le stade appartiendrait à la société de Waldemar Kita Flava Group ainsi qu’à Réalités ce qui ferait que le FC Nantes resterait locataire comme c’est le cas actuellement. De nombreuses critiques ont été émises par des supporters : si Kita vend le FC Nantes, ce dernier devra payer la location du stade, le stade pourrait appartenir au club jaune et vert. Tout cela reste globalement très flou. L’association n’est pas opposée au projet mais elle souhaite obtenir un véritable débat et de véritables études sur le coût de la rénovation du stade actuel sans que le contribuable paye davantage.

Enfin, il est étrange que la ville de Nantes accepte la destruction d’un stade qui grâce aux multiples rénovations financées par les impôts locaux, respecte des normes exigeantes selon le communiqué publié par l’association présidée par Florian Le Teuff. En bref, le projet YelloPark semble avoir un intérêt financier pour le groupe immobilier Réalités ainsi que pour l’entreprise du président Kita au détriment du contribuable. Enfin, l’association s’interroge également sur le président du FC Nantes. L’affaire des Panama Papers a révélé des suspicions de fraude fiscale avec la création de société écran et la domiciliation de sa société en Belgique. Il est douteux que la ville offre des fonds publics (on ne sait pas à quelle hauteur) au projet YelloPark notamment dans la création de logements et d’une école dans ces conditions. Il est clair que ce n’est pas tout de suite que les coéquipiers de Valentin Rongier joueront dans leur nouveau stade.

Nelson Emane


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une