Nous suivre

Cyclisme

24 septembre 1995 : Le Tour d’Espagne pour Laurent Jalabert

Publié le

24 septembre 1995 Le Tour d’Espagne pour Laurent Jalabert
Photo Icon Sport

CYCLISME – Il est loin le temps où un Français remportait le Tour d’Espagne. Depuis Eric Caritoux il y a onze ans, c’est le néant. C’était sans compter sur ce 24 septembre 1995 et Laurent Jalabert. Le coureur de Once a dominé la course.

Ça s’est passé le 24 septembre 1995

Pour Jaja, tout a commencé une vingtaine de jours précédents. Sur la troisième étape, il s’impose à Alto de Naranco après une attaque portée à deux kilomètres de l’arrivée. Il revêt alors le maillot jaune -oui, il était jaune jusqu’en 2010- une tunique qu’il ne quittera plus. Car si Abraham Olano tente de recoller au leader du classement après le contre la montre, Laurent Jalabert sort le grand jeu. Le lendemain, il s’adjuge sa troisième victoire d’étape dans ce Tour sur la route montagneuse vers Avila.

Ce succès creuse un écart considérable sur l’Espagnol, le Français consolide sa domination. Et celle-ci est loin d’être terminée. Après avoir levé une nouvelle fois les bras à Barcelone, Laurent Jalabert se met dans la poche la 17ème étape, la cinquième pour lui sur cette Vuelta. Une avance totale de 4 min 22 sur son dauphin et le coureur de Once poursuit son année parfaite. En effet, en 1995, il s’est mis en poche Paris-Nice, Milan-San Remo, la classique Flèche wallonne et le Tour de Catalogne.

Info : Pour accompagner son maillot jaune de ce Tour d’Espagne 1995, Laurent Jalabert s’est également paré de ceux du classement par points et du Grand Prix de la Montagne. Seuls deux autres cyclistes ont réussi un triplé pareil lors de Grands Tours : Eddy Merckx et Tony Rominger. Le premier l’a réalisé à deux reprises en Italie (1968) et en France (1969), le second sur le Tour d’Espagne en 1993.

Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une