Nous suivre

Histoire

3 avril 2004 : Serena Williams, retour gagnant à Miami

Sophie Clapier

Publié

le

3 avril 2004 - Serena Williams, retour gagnant à Miami
Photo Getty Images

TENNIS – La dernière victoire de Serena Williams remonte à juillet 2003, c’était en finale de Wimbledon. Depuis, la joueuse de tennis américaine s’est éloignée des courts, la faute à une opération du genou. Huit mois plus tard, la voilà de retour pour le tournoi de Miami.

Ça s’est passé le 3 avril 2004

C’est plutôt sans encombre que Serena Williams arrive en finale en ce 3 avril 2004. Au premier tour, elle s’est sèchement défaite de la qualifiée Marta Marrero 6-1, 6-0. Lors des troisième et quatrième tours, elle élimine les Russes Likhovtseva et Sharapova, retrouvant en quarts de finale sa compatriote Jill Craybas. Ce n’est alors que formalité pour l’ancienne numéro 1 mondiale à la reconquête de son statut perdu après ces longs mois d’absence. Aucun set encaissé en demi-finale et Serena se retrouve face à Elena Demienteva. Il n’y a toujours ni débat ni long combat pendant cette rencontre, l’Américaine déroule, la Russe subit et s’incline 6-1, 6-1. Voilà qui s’appelle un retour gagnant.

Info : Malgré la victoire de ce Masters 1000, Serena Williams mettra un long moment avant de retrouver les sommets du tennis. Elle retrouvera se place de numéro 1 mondiale en 2008, soit cinq ans après son retour.

Sophie Clapier


Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?