Nous suivre

Escrime

3 juillet 2007 : Laura Flessel complète son palmarès

Sophie Clapier

Publié

le

3 juillet 2007 : Laura Flessel complète son palmarès
Photo Icon Sport

ESCRIME – Avant ce 3 juillet, Laura Flessel a tout gagné … ou presque. Un seul titre échappe encore à l’épéiste française, le titre continental. Allez, en piste pour ces Championnats d’Europe en Belgique.

Ça s’est passé le 3 juillet 2007

Il faut dire que c’est un choc des générations dans cette finale à l’épée. D’un côté, Laura Flessel, 35 ans et toute l’expérience avec elle. De l’autre, Emma Samuelsson, 18 ans, tout juste sacrée championne du monde juniors. Dans ce duel, c’est bien la championne olympique 1996 et double médaillée d’or mondiale qui part favorite. Un statut qu’elle assume parfaitement pour monter sur la plus haute marche du podium. La Guêpe pique à 15 reprises quand la Suédoise ne touche la Guadeloupéenne que douze fois. Ça y est, la collection est complète, le futur porte-drapeau à Londres a maintenant tout, mais tout gagné ! Elle qui voulait tellement « ajouter cette ligne à son palmarès », voilà chose faite. C’était le titre européen de Laura Flessel, ou comment inscrire un peu plus son nom dans l’histoire de l’escrime tricolore.

Info : Il faudra ensuite attendre douze ans pour un nouveau sacre continental féminin à l’épée, une réalisation de Coraline Vitalis.


Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, partageons-le.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une