Nous suivre

Actualités

Anciennes légendes contre jeunes pousses, le cœur vacille

Nico

Publié

le

Tout supporter qui se respecte doit un jour faire face à cette question, celle pour laquelle bien souvent le cœur et le cerveau s’opposent : vaut-il mieux supporter les vieilles gloires du passé qui continuent encore de s’accrocher au plus haut niveau ou serait-il temps de s’extasier pour ces petits jeunes nouvellement arrivés pour enfin bousculer la hiérarchie depuis longtemps établie ?

Bien souvent, le cœur du supporter, plus porté sur la nostalgie, aura plutôt tendance à apporter son soutien aux joueurs les plus expérimentés qu’il connaît et qui l’ont fait vibrer durant des années. Mais le cerveau de son côté, toujours à la recherche de sensations inédites et d’adrénaline, sera bien plus excité à l’idée de voir émerger de nouvelles têtes et d’assister à d’improbables surprises et défaites des habituels champions. Et s’il y a bien un sport qui représente au mieux cela en ce moment, c’est sans conteste le tennis, mais il n’est toutefois pas le seul car la Formule 1, le poker ou le football sont tout aussi concernés.

Et Tsitsipas a tout changé

Un match a suffi pour résumer au mieux cet éternel débat, l’affrontement en huitièmes de finale entre Roger Federer, la plus grande légende du tennis mondial, et Stefanos Tsitsipas, jeune grec de 20 ans au style rafraîchissant et au talent indéniable. Et cette fois, c’est Tsitsipas, 17 ans de moins que son adversaire suisse, qui a pris le meilleur, bouleversant grandement l’échiquier du tennis international. Car si l’on aurait pu s’attendre à un déluge de regrets de la part de journalistes férocement attachés à la quête de records de Roger Federer qui veut encore accrocher des titres à son palmarès déjà inégalé, on a finalement assisté aussi à une certaine admiration devant le travail exceptionnel fourni par Tsitsipas, comme si les gens avaient enfin commencé à se préparer pour une passation de pouvoir entre le Big 4 et les joueurs de la Next Gen.

Il faut remonter à 2002 pour trouver trace d’une année sans Grand Chelem remporté par Roger Federer, Rafael Nadal, Novak Djokovic ou Andy Murray. Une véritable éternité, et il y a fort à parier que cette année 2019 ne soit pas encore celle de leur retrait, puisque Djokovic et Nadal sont encore au top de leur forme en ce début d’année, comme le prouve leur excellent parcours à l’Open d’Australie, et que Federer n’a pas encore dit son dernier mot, et a même annoncé qu’il serait de retour à Roland-Garros cette année, après 3 ans d’absence. Mais pour Murray, c’est une autre histoire. Souffrant terriblement de la hanche depuis de nombreux mois, il a annoncé que cet Open d’Australie serait son dernier, et il a été éliminé dès le premier tour. Son dernier objectif est d’être suffisamment en forme pour un dernier baroud d’honneur et un coup de poker au prochain Wimbledon, le tournoi de son cœur.

Jeunesse ou expérience, l’ultime combat

Cette retraite imminente du premier des membres du Big 4, trahi par son corps, rappelle que les trois restants ne seront pas non plus éternels. Pourtant, on avait cru Nadal et Federer finis pour le tennis en 2016, avant leur improbable come-back en 2017, et Djokovic a suivi une trajectoire identique avec un retour au top à l’automne 2018. S’ils ont réussi à dompter leur corps, à l’inverse de Murray, leur nombre d’années à concourir se compte très certainement sur les doigts d’une main. L’occasion est donc belle pour ces fameux tennismen de la Next Gen (Tsitsipas, Zverev, Kachanov, Coric, Medvedev et Hyeon entre autres) d’enfin réussir à prendre le pouvoir quand ceux de la génération intermédiaire (et notamment nos Quatre Mousquetaires : Tsonga, Monfils, Simon et Gasquet) se sont toujours cassés les dents sur l’imprenable quatuor, à l’exception notable de Stan Wawrinka et, dans une moindre mesure, de Cilic et Del Potro.

Mais dans ce moment charnière du tennis, vers qui les cœurs des supporters vont-ils donc se tourner ? Vont-ils encore une fois espérer une victoire des grands champions pour une belle redite de l’histoire récente, comme une victoire de Federer à l’US Open, qu’il n’a plus gagné depuis 2008 ? Ou vont-ils finir par se lasser de voir Rafael Nadal soulever le trophée à Paris, ce serait sa douzième victoire sur les 15 derniers tournois s’il remportait encore Roland-Garros cette année ? Vont-ils s’enthousiasmer de voir enfin un nouveau nom s’inscrire au palmarès d’un grand Chelem, ce qui n’est plus arrivé depuis Cilic en 2014 ? Ou vont-ils regretter de voir une jeune pousse priver Djokovic d’une de ses dernières chances de se rapprocher du record de titres en Grand Chelem de Fererer ?

Tous les sports sont touchés

Chaque fan, en fonction de sa philosophie, plus ou moins nostalgique ou portée sur l’avenir, fera son choix en toute âme et conscience. Mais ce débat est loin d’agiter seulement le monde du tennis, loin de là. En Formule 1, l’hégémonie de Lewis Hamilton est formidable, mais commence à lasser les supporters qui s’extasient bien plus rapidement sur les performances du jeune Verstappen que sur celles du déjà trop aguerri Vettel.

Même dans des disciplines plus exotiques comme le poker, ce dilemme a lieu. Si Daniel Negreanu est considéré comme le meilleur joueur de tous les temps, ce n’est pas lui qui a lancé la mode du Texas Hold’em, mais un inconnu qui a raflé la mise sous le nez de tous les professionnels du poker. Chris Moneymaker, total anonyme, s’est qualifié pour la phase finale du World Poker Tour en 2003 suite à un petit tournoi de poker en ligne. Quand il remporta la compétition, le public du monde entier s’est extasié de sa performance et le boom du poker en ligne était lancé.

Et dans les sports collectifs aussi, ce problème existe. Si tous les fans de foot se régalent de voir les affrontements entre les 6 meilleurs clubs de Premier League qui se partagent les trophées depuis trente ans, tout le monde a encore été plus extatique de l’incroyable titre de Leicester en 2016. Les parcours toujours très soutenus des Petits Poucets en Coupe de France face aux machines professionnelles est un autre de ces exemples de l’engouement pour les surprises. Pourtant, demandez à n’importe quel supporter, il préférera toujours voir son propre club gagner qu’un club amateur.

Entre le plaisir de voir les plus grands joueurs et les plus belles équipes évoluer au plus haut niveau et se battre pour le plus riche des palmarès, et celui de voir l’habituel ordre renversé par des jeunes ou des surprises venues de nulle part, l’écart est mince. Qui du cœur ou du cerveau gagnera cette bataille ? Cela dépendra de chacun de nous.

Nicolas Jacquemard


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Football

Ligue des Champions : l’OM, 7 ans après

Avatar

Publié

le

Par

Ligue des Champions - L’OM, 7 ans après
AFP

LIGUE DES CHAMPIONS – Ce soir au Pirée face à l’Olympiakos, l’Olympique de Marseille signe son grand retour en Ligue des Champions après 7 ans d’attente. Les Phocéens emmenés par André Villas-Boas abordent la compétition avec ambition et l’esprit revanchard.

L’OM au cœur européen

Devant leur télévision ce soir, les supporters marseillais seront nostalgiques, comme à chaque fois que le club olympien se présente en Ligue des Champions. Il faut dire que l’Olympique de Marseille possède un vrai lien avec les compétitions européennes, au-delà de l’étoile brodée sur le maillot. Alors que dire quand l’OM se qualifie enfin après 7 saisons sans sentir l’odeur de la plus grande compétition européenne…

Malheureusement sur cette phase qualificative, les supporters marseillais n’entendront la douce musique de la Ligue des Champions uniquement à la télévision. Car l’histoire de l’OM en Europe se raconte aussi via les supporters et leur ferveur. Ce soir, le bouillant stade Karaïskaki de l’Olympiakos sonnera aussi bien creux à huis clos. Tant mieux pour l’Olympique de Marseille, dommage pour le football.

Soudés derrière AVB

Si l’on devait résumer cet Olympique de Marseille version 2019/2020, c’est avant tout un entraîneur, André Villas-Boas, qui a su regrouper, recruter, trouver les solutions afin d’emmener son OM vers la 2ème place de la Ligue 1 Uber Eats et surtout la Ligue des Champions. L’entraîneur portugais est la clé de cet équipe olympienne pas toujours emballante mais courageuse. Pour cette campagne européenne, l’Olympique de Marseille s’avance sans certitudes par le peu d’expérience de son effectif mais avec envie et détermination : « On n’est pas venu en vacances évidemment. On veut être bien dans cette compétition. Se qualifier pour les 8èmes de finale, c’est un gros exploit dans un groupe comme ça. » Dans le groupe C, l’OM aura fort à faire pour se qualifier, mais on peut compter sur la dynamique phocéenne pour faire mieux que le zéro pointé lors de la dernière campagne.

Romain Delanis


Lire la suite

Football

Les 5 choses à retenir de la conférence de presse de Mediapro

Nico

Publié

le

Par

Les 5 choses à retenir de la conférence de presse de Mediapro
Quique Garcia / EPA-EFE

FOOTBALL – Jaume Roures, homme fort de Mediapro, a tenu une conférence de presse ce mercredi matin pour faire le point sur la situation actuelle, suite au défaut de paiement concernant le championnat de France et le bras de fer engagé avec la LFP.

Mediapro et Téléfoot continuent

« Je suis venu pour dire que Téléfoot va continuer. » Le message est clair, net et précis, Mediapro ne compte pas se retirer. Son homme fort a rappelé que le projet était sur quatre ans et qu’il savait dès le départ qu’il ne serait pas rentable dès la première année. Pour le moment, le paiement de l’échéance de décembre à la LFP reste incertaine, mais l’avocat de Mediapro explique qu’il veut trouver une solution pour les clubs.

Un processus de conciliation avec la LFP

Mediapro va entrer dans un processus de conciliation de plusieurs semaines avec la LFP. Le groupe sino-espagnol veut adapter le prix payé à la situation actuelle. Autrement dit, il veut une ristourne du montant des droits TV pour la saison 2020-2021. Si cette conciliation aboutit, Canal + a déjà fait savoir que la chaîne demanderait les mêmes ajustements que Mediapro. Jaume Roures demande que cette conciliation puisse se dérouler en toute confidentialité. Ce processus pourrait durer 3 à 4 mois selon l’avocat du groupe.

600 000 abonnés

Alors que RTL évoquait un peu moins de 300 000 abonnés, Jaume Roures a lui évoqué le nombre de 600 000 abonnés à la chaîne Téléfoot. Il a ajouté que beaucoup d’entre eux étaient issus de l’offre couplée avec Netflix. Quand le nombre de 3 millions d’abonnés comme objectif lui a été rappelé, il a expliqué que ce n’était pas pour la première saison, et que Mediapro en avait pleinement conscience.

Pas de commentaire sur la situation financière du groupe

Jaume Roures a refusé de commenter la situation financière du groupe, expliquant qu’il gardait ses données pour les discussions qu’il y aura avec la LFP dans les prochaines semaines. Plusieurs agences de notation avaient notamment déclassé dernièrement un des actionnaires du groupe espagnol.

Des discussions avec Canal +

Enfin, des discussions ont lieu avec Canal + pour un accord de diffusion. Mais pour le moment, les deux parties ne se sont toujours pas entendues. Quand la question de l’assignation en justice de Canal + pour Mediapro a été évoquée, Jaume Roures a été clair : « Les discussions avec Canal+ ne se régleront pas devant la justice. »

L’avis de la rédaction

La conférence de presse était attendue. Finalement, on n’a pas appris grand chose, si ce n’est qu’une conciliation allait démarrer avec la LFP. Le plus inquiétant, c’est que Mediapro campe sur ses positions et ne remet, à aucun moment, en cause la faisabilité de son projet avec ses conditions financières. Le groupe sino-espagnol se cache derrière la Covid-19 pour justifier ses difficultés, un jeu dangereux pour le foot français car à terme, ce sont les clubs qui paieront l’addition.

Dicodusport


Lire la suite

Rugby à XV

Votre XV de France pour affronter le Pays de Galles ce samedi

Avatar

Publié

le

Par

Dicodusport

XV DE FRANCE – Vous êtes plus de 4 000 sélectionneurs à avoir composé votre XV de France pour ce samedi, face au Pays de Galles (21h10). Les résultats dans le détail. 

Votre XV de France pour affronter le Pays de Galles

Votre XV de France pour affronter le Pays de Galles la samedi 24 octobre - Dicodusport

Votre XV de France pour affronter le Pays de Galles la samedi 24 octobre – Dicodusport

Le résultat du sondage, poste par poste

Les avants

Votre pilier gauche
  • Cyril Baille (Toulouse) 89%, 3796 voix
    3796 voix 89%
    3796 voix - 89% des votes
  • Jean-Baptiste Gros (Toulon) 11%, 480 voix
    480 voix 11%
    480 voix - 11% des votes
Total des votes : 4276
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos
Votre talonneur
  • Camille Chat (Racing 92) 55%, 2332 voix
    2332 voix 55%
    2332 voix - 55% des votes
  • Julien Marchand (Toulouse) 43%, 1790 voix
    1790 voix 43%
    1790 voix - 43% des votes
  • Peato Mauvaka (Toulouse) 2%, 85 voix
    85 voix 2%
    85 voix - 2% des votes
Total des votes : 4207
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos
Votre pilier droit
  • Demba Bamba (LOU) 51%, 2146 voix
    2146 voix 51%
    2146 voix - 51% des votes
  • Mohamed Haouas (Montpellier) 37%, 1528 voix
    1528 voix 37%
    1528 voix - 37% des votes
  • George-Henri Colombe (Racing 92) 12%, 511 voix
    511 voix 12%
    511 voix - 12% des votes
Total des votes : 4185
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos
Vos deuxièmes lignes
  • Bernard Le Roux (Racing 92) 48%, 3670 voix
    3670 voix 48%
    3670 voix - 48% des votes
  • Paul Willemse (Montpellier) 32%, 2407 voix
    2407 voix 32%
    2407 voix - 32% des votes
  • Romain Taofifenua (Toulon) 13%, 991 voix
    991 voix 13%
    991 voix - 13% des votes
  • Killian Geraci (LOU) 7%, 565 voix
    565 voix 7%
    565 voix - 7% des votes
Total des votes : 7633
Voters: 4177
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos
Vos troisièmes lignes ailes
  • Charles Ollivon (Toulon) 50%, 4035 voix
    4035 voix 50%
    4035 voix - 50% des votes
  • François Cros (Toulouse) 48%, 3875 voix
    3875 voix 48%
    3875 voix - 48% des votes
  • Dylan Cretin (LOU) 2%, 134 voix
    134 voix 2%
    134 voix - 2% des votes
  • Baptiste Pesenti (UBB) 1%, 74 voix
    74 voix 1%
    74 voix - 1% des votes
Total des votes : 8118
Voters: 4151
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos
Votre troisième ligne centre
  • Grégory Alldritt (Stade Rochelais) 82%, 3393 voix
    3393 voix 82%
    3393 voix - 82% des votes
  • Selevasio Tolofua (Toulouse) 18%, 758 voix
    758 voix 18%
    758 voix - 18% des votes
Total des votes : 4151
13 octobre 2020 - 20 octobre 2020
Les votes sont clos

La charnière et les trois-quarts


Lire la suite

Handball

La grave blessure de Nikola Karabatic, un défi pour lui-même, mais aussi pour les Bleus

Julien Correia

Publié

le

La grave blessure de Nikola Karabatic, un défi pour lui-même, mais aussi pour les Bleus
ELYXANDRO CEGARRA / NurPhoto

HANDBALL – Suite à sa rupture du ligament croisé du genou, Nikola Karabatic se dit prêt à relever le défi qui se présente à lui. Des défis que les Bleus devront relever sans lui.

Comme nous vous l’annoncions hier, Nikola Karabatic sera tenu éloigné des terrains pendant plus de 6 mois. Il se verra donc rater des événements majeurs en club comme en sélection. Le Final Four de la Ligue des Champions, le Mondial et le TQO se joueront sans lui. Le joueur espère un retour pour les JO de Tokyo, ce qui est envisageable. Pour ce faire, les hommes de Guillaume Gille devront passer l’obstacle du tournoi qualificatif donc, où se dresseront face à eux les Croates, en plus du Portugal et de la Tunisie. Et le sélectionneur est bien conscient du grand vide que va laisser le numéro 13 de l’équipe de France.

Un immense vide à combler

Guillaume Gille le sait, le défi est immense. « C’est toujours un moment douloureux d’apprendre ce genre de nouvelles pour un joueur, quel qu’il soit, et un peu plus quand il s’agit de Niko, car on connaît tous son importance dans le groupe France et sur le terrain. », a-t-il déclaré à l’AFP. On ne pourra qu’aller dans son sens. Depuis janvier 2004, le demi-centre et arrière gauche n’avait jamais manqué un rendez-vous majeur avec les Bleus. À son actif ? 21 tournois consécutifs et 9 titres majeurs. Une lapalissade donc de dire que le 2ème meilleur buteur de l’histoire des Bleus va manquer.

Ce qu’affirme également sans contestation Jérôme Fernandez, le numéro 1 de ce même classement. Lui qui a notamment côtoyé Nikola Karabatic sous la tunique bleue de 2002 à 2015 a affirmé sur Eurosport que « la France sans Karabatic au TQO cela sera très difficile ». On ne pourra donc que donner raison à deux anciens rouages essentiels de la mécanique bleue. Mais quoi qu’il en soit, les coéquipiers du capitaine Cédric Sorhaindo devront trouver les ressources nécessaires pour répondre présents dans ces grands événements qui se dresseront face à eux. Et avec pourquoi pas, le retour de leur joueur star pour le tournoi majeur de l’année 2021. Lui n’attend que cela.

Les JO en ligne de mire

Suite à une interview accordée au Parisien, Nikola Karabatic n’a bien entendu pas caché sa frustration : « Je suis déçu, bien sûr. Je suis aussi triste de ne plus pouvoir aider mon équipe dans cette saison longue et difficile. Mais cela fait partie de la vie du sportif. Mon objectif est de revenir le plus tôt possible, en forme, et sans prendre de risques. » Il avoue « ne pas se projeter plus loin » et qu’il s’agira « d’un défi personnel à relever ». Le joueur qui fêtera ses 37 ans en avril a cependant un objectif en tête. Il est bien entendu question des JO qui se dérouleront à partir du 23 juillet à Tokyo. Un délai raisonnable sous conditions de qualification des Bleus donc.

Pour rappel, on lui donnait que peu de chances de participer au Mondial 2019 suite à son opération d’un hallux valgus. Quelques mois plus tard, il se montrait décisif face à l’Allemagne pour arracher le bronze lors du Mondial 2019. Nul doute donc que le joueur se montrera déterminé afin de prendre part à la compétition.

Julien Correia

 


Lire la suite

Rugby à XIII

NRL : Les Eels de Parramatta annoncent trois nouvelles recrues

Nicolas M

Publié

le

Par

NRL - Les Eels de Parramatta annoncent trois nouvelles recrues
Ian Hitchcock / Getty Images

NRL – Les Eels de Parramatta, éliminés par les Rabbitohs lors des dernières finales qualificatives de NRL, viennent d’annoncer le recrutement de trois nouveaux joueurs pour la prochaine saison.

Tom Opacic, l’ancien joueur des Cowboys du North Queensland, a signé un contrat d’un an avec les Eels. Il a fait ses débuts pour les Broncos de Brisbane en 2016 et a passé les deux dernières saisons chez les Cowboys. Opacic a disputé 43 matchs de NRL, et ce sera un bel apport dans la rotation de l’effectif, d’autant que les Eels sont dans le flou concernant la suspension de Michael Jennings, qui a été testé positif à une substance dopante avant ce match face aux Rabbitohs. Il a très peu été utilisé lors de cette dernière saison avec les Cowboys, qui auront vécu une année compliquée.

La deuxième recrue est Isaiah Papali’i. Membre des New Zealand Warriors depuis 2017 où il a disputé 59 matchs de NRL, il s’est fait remarquer cette saison par de bonnes prestations avec l’équipe entraînée par Todd Payten. C’est un bon pilier, qui permettra aux Eels d’avoir une rotation intéressante derrière Junior Paulo ou Reagan Campbell-Gillard. Au niveau international, il compte une sélection avec les Samoa et la Nouvelle Zélande. 

Joey Lussick arrive aussi

La troisième recrue nous vient de Super League. Joey Lussick, 24 ans et évoluant chez les Red Devils de Salford, a lui aussi signé un contrat d’une saison. Il a fait ses débuts professionnels avec les Sea Eagles de Manly en 2017. Rarement utilisé (1 match de NRL seulement), il avait décidé de rejoindre la Super League et son ami Jackson Hastings pour permettre au club de Manchester d’éviter la relégation. Cette saison, il a été déterminant et excellent à son poste de talonneur, permettant à Salford d’accéder à la finale de Challenge Cup.

Le directeur général des Eels, Mark O’Neill, s’est montré satisfait. « Nous sommes ravis d’accueillir Tom, Isaiah et Joey et je suis convaincu que ces trois hommes seront en parfaite adéquation culturelle avec notre club. Tous les joueurs ajouteront de la classe, de la profondeur et de l’équilibre à notre équipe  et ils rejoindront l’équipe en prévision de la pré-saison de la saison 2021 », a-t-il déclaré.

Nicolas Mezine


Lire la suite

Fil Info

Ligue des Champions - L’OM, 7 ans après Ligue des Champions - L’OM, 7 ans après
FootballIl y a 1 heure

Ligue des Champions : l’OM, 7 ans après

LIGUE DES CHAMPIONS - Ce soir au Pirée face à l’Olympiakos, l’Olympique de Marseille signe son grand retour en Ligue...

Les 5 choses à retenir de la conférence de presse de Mediapro Les 5 choses à retenir de la conférence de presse de Mediapro
FootballIl y a 2 heures

Les 5 choses à retenir de la conférence de presse de Mediapro

FOOTBALL - Jaume Roures, homme fort de Mediapro, a tenu une conférence de presse ce mercredi matin pour faire le...

Rugby à XVIl y a 4 heures

Votre XV de France pour affronter le Pays de Galles ce samedi

XV DE FRANCE - Vous êtes plus de 4 000 sélectionneurs à avoir composé votre XV de France pour ce...

La grave blessure de Nikola Karabatic, un défi pour lui-même, mais aussi pour les Bleus La grave blessure de Nikola Karabatic, un défi pour lui-même, mais aussi pour les Bleus
HandballIl y a 4 heures

La grave blessure de Nikola Karabatic, un défi pour lui-même, mais aussi pour les Bleus

HANDBALL - Suite à sa rupture du ligament croisé du genou, Nikola Karabatic se dit prêt à relever le défi...

NRL - Les Eels de Parramatta annoncent trois nouvelles recrues NRL - Les Eels de Parramatta annoncent trois nouvelles recrues
Rugby à XIIIIl y a 5 heures

NRL : Les Eels de Parramatta annoncent trois nouvelles recrues

NRL - Les Eels de Parramatta, éliminés par les Rabbitohs lors des dernières finales qualificatives de NRL, viennent d'annoncer le...

Les Pacers remplacent Nate par Nate - Nate Bjorkgren devient le nouveau coach d'Indiana Les Pacers remplacent Nate par Nate - Nate Bjorkgren devient le nouveau coach d'Indiana
NBAIl y a 5 heures

Les Pacers remplacent Nate par Nate : Nate Bjorkgren devient le nouveau coach d’Indiana

NBA - Le front-office d'Indiana recherchait un nouvel entraîneur depuis le renvoi de Nate McMillan le lendemain du sweep infligé...

Tour d'Espagne 2020 - Le profil de la 2ème étape Tour d'Espagne 2020 - Le profil de la 2ème étape
Tour d'Espagne 2020Il y a 5 heures

Tour d’Espagne 2020 : le profil de la 2ème étape

TOUR D'ESPAGNE 2020 - Découvrez le profil de la 2ème étape de la Vuelta 2020, qui se dispute ce mercredi...

Football - Ligue des Champions - notre pronostic pour Ajax Amsterdam - Liverpool Football - Ligue des Champions - notre pronostic pour Ajax Amsterdam - Liverpool
FootballIl y a 14 heures

Football – Ligue des Champions : notre pronostic pour Ajax Amsterdam – Liverpool

LIGUE DES CHAMPIONS - L'Ajax Amsterdam affronte Liverpool, vainqueur de l'édition 2019, dans le cadre de la 1ère journée de...

Tour d'Italie 2020 - Le profil de la 17ème étape Tour d'Italie 2020 - Le profil de la 17ème étape
Tour d'Italie 2020Il y a 16 heures

Tour d’Italie 2020 : le profil de la 17ème étape

TOUR D'ITALIE 2020 - Découvrez le profil de la 17ème étape du Giro 2020, qui se dispute ce mercredi 21...

Tour d'Espagne 2020 : nos favoris pour la 2ème étape Tour d'Espagne 2020 : nos favoris pour la 2ème étape
PronosticsIl y a 16 heures

Tour d’Espagne 2020 : nos favoris pour la 2ème étape

PRONOSTICS TOUR D'ESPAGNE 2020 - Après la prise de pouvoir de Primoz Roglic, c'est une 2ème étape vallonnée qui s'annonce jusqu'à...

Advertisement

Tour d’Italie 2020

Nous suivre sur Facebook

Dicodusport © 2020 - Tous droits réservés