Nous suivre

Basket-ball

BAL : Une première correcte pour le rappeur J Cole

Maxime Cazenave

Publié

le

BAL : Une première correcte pour le rappeur J Cole
Photo AP Photo

En faisant ses débuts professionnels à 35 ans, le rappeur J Cole est l’une des attractions de la Basketball Africa League. Pour son premier match disputé ce dimanche, l’Américain a montré des bonnes et des mauvaises choses, mais sa présence ne semble pas si anormale.

En plus d’apprécier les débuts de la magnifique compétition que deviendra rapidement la BAL, une autre attraction était sur le terrain. Rappeur star, Jermaine Lamarr Cole alias J Cole était l’autre véritable curiosité de la première rencontre. Fan de basket depuis toujours, l’Américain s’est déjà confronté par le passé à des joueurs NBA notamment, mais seulement à l’occasion d’entraînements. Mais de là à l’imaginer évoluer dans le monde professionnel, il y avait un énorme pas.

Le basket dans le sang

A 35 ans, l’artiste est depuis toujours un amoureux inconditionnel du basket-ball. Il a ainsi joué au lycée et à l’université à son sport fétiche. Depuis des années, de nombreuses rumeurs l’ont déjà annoncé participer à des événements NBA, sans que cela ne se concrétise. Il faut dire qu’avec le shoot soyeux que l’on peut voir sur les images de lui circulant balle en main, beaucoup se sont mis à rêver. Le rappeur également. Ce rêve, ce n’est pas un parquet NBA qu’il le réalise donc, mais bien au sein de la nouvelle BAL, avec l’équipe rwandaise des Patriots BBC.

Au-delà du basket, le mariage est parfait. Avec ses cinq disques de platine et ses dizaines de millions d’abonnés sur les réseaux sociaux, l’artiste américain dispose d’une audience exceptionnelle. On a pu s’en rendre compte récemment encore puisqu’il y a trois jours, son nouvel album, « The Off-season » a cumulé 59 millions de vues en 24h sur la plate-forme d’écoute, Spotify. Comme son nom l’indique, cet album est d’ailleurs centré sur son amour du basket.

Pour cette première édition, la NBA a mis le paquet pour donner une dimension sportive et médiatique jusque-là inconnue sur le continent. La présence de J Cole est un coup de pouce non négligeable dans cette optique. Cependant, afin que cela ne tourne pas au ridicule, il faut malgré tout que le rappeur soit un minimum compétitif.

Un premier match plutôt correct

Ce dimanche, pour l’ouverture de la BAL, le joueur de basket Jermaine Lamarr Cole était donc sur le parquet de la Kigali Arena. Défendant les couleurs de l’équipe locale des Patriots, celui qui se positionne en arrière avait donc une certaine pression. Il faut dire qu’en dehors de son statut d’artiste célèbre, il a rejoint son équipe il y a seulement quelques jours en plus de son inexpérience chez les professionnels. Cependant, il a malgré tout eu un temps de jeu conséquent en sortie de banc.

Rentré en jeu au bout de seulement cinq minutes, il a eu droit à 18 minutes de jeu au total. Durant ce temps, il a produit 3 points, 3 rebonds et 2 passes. Évidemment, il n’a pas été une option prioritaire, mais a malgré tout sorti un match correct. Son activité en défense a été intéressante, surtout sur les premières possessions où il a été ciblé. Il a également été présent sur le parquet lors de l’énorme run de son équipe (19-0) entamé en fin de premier quart.

S’il y a également à noter un airball très sale à 3 points et une perte de balle qui entraîne un panier facile, dans l’ensemble son match est correct, digne d’un bon joueur de rotation. Il a même pu s’offrir une action marquante avec une passe spectaculaire pour Brandon Costner. Cela reste donc à confirmer puisque la domination de son équipe lui a permis de se libérer, mais les prémices sont satisfaisants. Pour la suite de J Cole et ses Patriots, rendez-vous mercredi 19 mai pour le deuxième match face au club malgache du GNBC.


Journaliste/Rédacteur depuis 2012 - Bercé par l’amour des Girondins de Bordeaux, les échecs de Christophe Moreau sur le Tour de France sous l'ère Lance Armstrong et le fade-away létal de Dirk Nowitzki, ma passion dévorante pour le sport a toujours été un pan incontournable de ma vie. Transmettre ma passion à l’écrit a toujours été une vocation. Quand les autres sortaient les cartes Pokémon ou Yu-Gi-Oh dans la cour de l’école, je ripostais avec des cartes Panini ou des fiches Onze Mondial. La puissance de Jean-Claude Darcheville n’a pas d’égal.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Euro 2020

Fil Info

Actus à la une