Nous suivre

NBA 2021/2022

Bilan NBA 2022 : Le Miami Heat à un match du bonheur

Publié le

Bilan NBA 2022 Le Miami Heat à un match du bonheur
Visuel Dicodusport - Photo Icon Sport

NBA 2021-2022 – La saison NBA touche à sa fin. À cette occasion, la rédaction de Dicodusport revient sur le parcours des équipes éliminées. On retourne en Floride pour parler du Miami Heat, auteur d’une saison régulière de grande qualité avant des playoffs aigre-doux. 

Ce qu’il faut retenir de la saison du Miami Heat

Après une finale NBA en 2020, et un sweep au premier tour en 2021, on se demandait quel visage aurait la mouture 2021/2022 du Miami Heat. On a très vite eu la réponse, avec 6 victoires lors des 7 premiers matchs, dont une démonstration sur les Bucks pour ouvrir leur saison. Miami s’est très vite installé dans les hauteurs de la Conférence Est, pour ne jamais en sortir. Les hommes d’Erik Spoelstra ont notamment survolé leur division Sud-Est, avec seulement 3 défaites en 12 affrontements. Malgré quelques joueurs absents sur une longue période (notamment Bam Adebayo, moins reluisant cette saison), le collectif du Heat tourne parfaitement, bien mené par un Jimmy Butler dans ses standards. Au All-Star break, le Heat domine avec un bilan de 38-21.

Miami ne relâche pas ses efforts ensuite, malgré une série de 4 revers d’affilée en mars. On sent que Spoelstra veut économiser ses joueurs en vue des playoffs. La fin de saison est notamment l’occasion de relancer Victor Oladipo (qui mettra 40 points lors du dernier match, meilleur total de la saison pour un Heat). Sans trembler, le Miami Heat décroche la première place de la Conférence Est avec 53 victoires pour 29 défaites. Une saison parfaitement menée, avec notamment le titre de 6th men of the year  pour Tyler Herro, parfait dans ce costume. Miami avance en playoffs avec de belles certitudes et un statut de favori.

Des playoffs presque parfaits

Miami ne tremble pas au premier tour face à des Hawks tout heureux d’être là. Un succès 4-1 avec un Jimmy Butler qui monte en régime (45 points au match 2). Mais l’affaire se corse au tour suivant contre des 76ers ambitieux depuis le recrutement de James Harden. Après un début de série équilibré (2 victoires chacun à domicile), Miami va plier l’affaire lors des deux derniers matchs, avec une défense en béton (85 puis 90 points encaissés). Mais le collectif du Heat va surtout éteindre les stars adverses sur ces deux rencontres finales, limitant Joël Embiid à 7/24 au tir lors du match 6. Deux ans après, le Heat est de retour en finale de Conférence.

Et comme en 2020, c’est Boston qui se dresse sur leur route. Après un début de série inégal, marqué par de nombreux blowouts, les Celtics prennent les devants lors du match 5, en limitant le Heat à 80 points ! Au pied du mur, Jimmy Butler devient légendaire lors du match 6, inscrivant 47 points (son record en playoffs) pour forcer un game 7. Un match où le trio Butler – Adebayo – Lowry aura fait tout son possible (75 points à eux 3). Mais ce sont les Celtics qui vont se montrer les plus solides pour emporter la décision et retourner en finale. Miami peut s’estimer déçu. Le Heat avait l’avantage du terrain, mais aura perdu trois matchs sur quatre dans sa salle. Mais les hommes d’Erik Spoelstra auront quoi qu’il en soit réaffirmé leur statut de place forte de la conférence Est cette saison.


Notre prévision en début de saison : 4èmes  / Classement final :  1ers


La confirmation : Tyler Herro

« Je pense que mon nom devrait être dans la même catégorie que Doncic, Young, et Morant ». Voilà ce qu’a déclaré Tyler Herro avant le début de saison. Les paroles, c’est bien, les actes, c’est mieux. Éblouissant pour sa saison rookie, l’arrière avait quelque peu stagné (comme son équipe) la saison dernière. Mais force est de constater qu’il a remis la marche avant cette saison. 21 points de moyenne (contre 15.4 la saison dernière), et une position de sixième homme qui semblait lui convenir comme un gant. Résultat, un titre incontestable de 6th men of the year, et une contribution non négligeable à la première place du Heat à l’Est. Problème, il a fortement baissé de pied en playoffs (seulement deux matchs à plus de 20 points), et réclame désormais un statut de titulaire. Peut-être le début des problèmes pour le talentueux arrière.

La déception : Kyle Lowry

À presque 30 Millions la saison, on était en droit d’attendre plus de Kyle Lowry. L’expérience et l’état d’esprit du meneur semblaient parfaitement coller à la mentalité du Heat. Mais au final, son influence n’a guère été perceptible dans le jeu de Miami. S’il est toujours alerte en défense, il n’a pas forcément été productif de l’autre côté du terrain, malgré un sens de la passe toujours aiguisé. A l’arrivée, sa pire moyenne de points depuis dix ans, lors de sa première saison à Toronto, quand il n’était pas encore All-Star et champion NBA.

Mais le pompon a eu lieu en playoffs, où le meneur a de surcroit été blessé, et totalement inconstant le reste du temps. Avec en sus l’impression que l’équipe tournait mieux sans lui. Un comble quand on sait qu’il a été recruté pour ce genre de moments. À 36 ans, il a encore deux ans de contrat (au même tarif) et devra se relever de cet échec pour ne pas terminer sa carrière dans l’anonymat.

Quel avenir pour le Miami Heat ?

Il n’y aura probablement pas de bouleversements dans ce groupe passé à un match des finales. Le trio Butler – Adebayo – Lowry (95 Millions à eux trois) est engagé pour encore au moins deux ans. L’une des questions principales est l’avenir de Duncan Robinson. Le swingman compte encore trois ans de contrat à 15 millions la saison, mais il a fortement reculé dans la hiérarchie durant les playoffs. Il pourrait être sacrifié au vu des performances de Max Strus et Gabe Vincent, dont les contrats devraient être garantis pour l’année prochaine.

Comme dit plus haut, Tyler Herro devra être surveillé. Il est éligible à une prolongation de contrat dès cet été, et les finances du Heat auront du mal à encaisser tous les contrats. Néanmoins, Pat Riley, toujours réputé pour sa gestion, devrait de nouveau présenter une équipe compétitive l’an prochain pour repartir à la conquête du titre NBA. Toujours avec Erik Spoelstra sur le banc, et Jimmy Butler en tête de gondole. Il faudra compter sur le Miami Heat pour les prochaines saisons, aucun doute là-dessus.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une