Nous suivre

NBA 2021/2022

Bilan NBA 2022 : Une saison sans relief pour le Utah Jazz

Sébastien Gente

Publié le

Bilan NBA 2022 Une saison sans relief pour le Utah Jazz
Visuel Dicodusport - Photo Icon Sport

NBA 2021-2022 – La saison NBA touche à sa fin. À cette occasion, la rédaction de Dicodusport revient sur le parcours des équipes éliminées. On prend la direction de Salt Lake City pour parler du Jazz d’Utah, favori en début de saison, mais finalement rapidement éliminé en playoffs après une campagne décevante.

Ce qu’il faut retenir de la saison du Utah Jazz

Le début de saison du Jazz était cohérent avec ses ambitions. Après sept succès sur les huit premiers matchs, les joueurs du lac salé se sont rapidement installés à la troisième place à l’Ouest, derrière Phoenix et Golden State. Parés d’une des meilleures attaques de la ligue (113.6 points de moyenne) et d’une défense toujours top 10 de la NBA, Utah était là où il voulait être au jour de l’an. Puis le bloc a commencé à se morceler, après un mois de janvier catastrophique (5 victoires pour 12 défaites). Utah a été doublé par Memphis et s’est retrouvé à la lutte pour la quatrième place. Certes, Donovan Mitchell et Rudy Gobert ont chacun décroché leur troisième sélection au All-Star Game en février, mais le momentum n’était plus en faveur du Jazz à ce moment-là, notamment à cause de la grave blessure de Joe Ingles.

La fin de saison a été irrégulière, avec notamment une série de 5 revers fin mars qui a définitivement enterré leurs espoirs de podium. Le Jazz a finalement terminé 5ème, héritant des Dallas Mavericks au premier tour, mais un des objectifs avoué était d’arriver en playoffs avec l’effectif complet et en forme. De plus, ils ont bénéficié d’un soupçon de chance, sous la forme de l’absence de Luka Doncic pour les trois premiers matchs de la série. Malheureusement, le Jazz n’en profitera pas, et se fera logiquement éliminer 4-2, dans une série marquée par une efficacité défensive faible, et un manque de variété criant en attaque. Une saison insatisfaisante donc pour une équipe favorite en début de saison, mais qui aura baissé de pied en 2022. Ce résultat pose beaucoup de questions sur l’avenir de l’équipe.

Notre prévision en début de saison :  1er / Classement final :  5ème


La confirmation : Rudy Gobert

Certes, Rudy Gobert a échoué dans sa quête de décrocher un quatrième trophée de Defensive Player of the Year. Mais la saison du pivot Français n’en est pas moins réussie. Il est devenu All-Star pour la troisième fois, une performance que seul Tony Parker avait réalisé côté Français. Meilleur rebondeur de la saison pour la première fois de sa carrière, il est devenu le premier joueur à terminer une saison à plus de 15 points et 70% de réussite au tir. Défensivement, on a pu voir son importance, essentiellement lors de son absence en janvier. Sans lui, le Jazz a tout simplement établi le pire defensive rating de l’histoire ! Une preuve de plus de l’importance incroyable du Français dans le système du Jazz. Reste la question de son utilisation en attaque. En playoffs, il aura encore moins été servi qu’en saison régulière. La blessure de Joe Ingles en février aura pesé lourd, tant l’Australien savait trouver le Français sur pick’n’roll. Rudy  Gobert est dans son prime, et on attend qu’il progresse encore l’année prochaine, à Utah ou ailleurs.

La déception : Mike Conley

Agent libre l’été dernier, Mike Conley avait été resigné pour maintenir la continuité dans l’effectif du Jazz. Et pendant trois mois, le pari semblait payant tant l’ancien de Memphis jouait son rôle. Mais force est de constater que « Iron Mike » a disparu du paysage en 2022. Son influence sur jeu du Jazz a diminué, mais c’est surtout en défense que le meneur a déçu. Les guards adverses s’en sont donnés à cœur joie pour attaquer la ligne arrière d’Utah, avec beaucoup de records de points battus en ces occasions. De plus, sa connexion avec Rudy Gobert a déçu, et bien que le Jazz soit une excellente attaque, sa responsabilité est minime sur ce point. Il est passé de 16.2 à 13.7 points, même s’il reste un shooteur fiable longue distance (plus de 40%). Et en playoffs, il a complètement disparu, étant l’un des premiers responsables de la sortie express du Jazz. Une saison ratée pour un joueur qui semble s’éloigner de plus en plus de son meilleur niveau.

Quel avenir pour le Utah Jazz ?

Mike Conley a encore deux ans de contrat, mais une seule année garantie. Il pourrait être sacrifié cet été, pour redonner un nouveau souffle à l’équipe. Quelques autres éléments (Royce O’Neale, Rudy Gay) pourraient aller voir ailleurs. Mais la principale question est bien évidemment l’avenir du duo Rudy Gobert – Donovan Mitchell. Engagé sur le long terme, le duo est censé représenter l’avenir du Jazz. Mais après cinq ans ensemble, leur complémentarité est toujours douteuse. Et l’on peut forcément questionner le fait que cette paire soit taillée pour mener la franchise à son premier titre.

En outre, la franchise devra faire des choix cet été, dans une conférence Ouest toujours plus concurrentielle. Mais Utah n’est pas connu pour appuyer sur le bouton rouge, et malgré tous les bruits de couloir, les deux All-Stars devraient continuer à fouler les parquets du Jazz la saison prochaine. Reste à savoir avec qui. Cela concerne notamment l’entraineur Quin Snyder, auteur d’un discours énigmatique sur son futur après l’élimination en playoffs, et courtisé par plusieurs franchises.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une