Nous suivre

Football

Comment Karim est devenu Benzema

Publié le

Comment Karim est devenu Benzema
Visuel Dicodusport / Photos Icon Sport

FOOTBALL – À 34 ans, Karim Benzema est devenu le meilleur joueur du monde et devrait décrocher le Ballon d’Or 2022. Retour sur le parcours de l’avant-centre du Real Madrid et de l’équipe de France. 

KB9 le répète depuis de nombreuses années, il veut être le meilleur joueur du monde et remporter le Ballon d’Or. Cette ambition a souvent été raillée, semblant inatteignable. Et pourtant, dans quelques mois, il sera le digne successeur de Zinédine Zidane, un passage de témoin entre les deux meilleurs joueurs français du 21ème siècle. Si c’est une récompense individuelle qui va le consacrer, le football est un sport collectif, et c’est justement parce que Karim Benzema l’a toujours compris qu’il est devenu cet immense joueur qui aura marqué sa génération. À une époque où les statistiques obnubilent le monde du football, l’avant-centre du Real Madrid cultive sa différence depuis le plus jeune âge, quitte à être davantage critiqué. Retour sur la carrière hors-normes d’un amoureux du football, celui qui se joue, se gagne et se perd à 11.

Génération 1987, pas le plus talentueux

La génération 1987 du football français devait être celle de plusieurs grands joueurs. Finalement, Karim Benzema, pourtant présenté comme le moins talentueux, sera le seul à pouvoir être classé dans la catégorie où les autres aspiraient être, celle des très grands de ce sport. Samir Nasri, Hatem Ben Arfa et Jérémy Ménez ont tous eu du succès dans leur carrière, mais pas autant que leur talent le laissait à penser, et surtout tellement loin de leur coéquipier de l’équipe de France des moins de 17 ans, alors que les trois étaient titulaires quand Benzema se contentait de bouts de matchs. Déjà décisif malgré un temps de jeu maigre, il va rapidement se faire ensuite une place à l’OL, jusqu’à ce que l’on pourrait appeler l’acte fondateur, son match en Ligue des Champions face aux Rangers.

Face aux Rangers, déjà tout d’un très grand

Si son but face au grand Manchester United en huitième de finale de la Ligue des Champions quelques semaines plus tard a davantage marqué le grand public, Karim Benzema avait déjà frappé fort en Europe au mois de décembre 2007, alors qu’il n’a pas encore 20 ans. L’Olympique Lyonnais joue un match à quitte ou double en Ligue des Champions lors de la saison 2007-2008. Avant leur dernier match de poule à Glasgow, les Lyonnais sont dos au mur et doivent d’imposer pour se qualifier. Titulaire à la pointe de l’attaque, l’attaquant français montre déjà à quel point il est hermétique à la pression.

Des actions de grande classe, un sens du jeu déjà largement au-dessus de la moyenne et un doublé dont un deuxième but exceptionnel. Le gamin de Bron vient d’offrir un huitième de finale à son OL, presque comme si de rien n’était, avant donc de faire danser Rio Ferdinand et Edwin van der Sar quelques semaines tard. Quelques mois plus tôt, même sentiment de ne pas ressentir la pression des grandes occasions quand il marque pour sa première sélection, un beau but grâce à une combinaison avec Samir Nasri, face à l’Autriche. Être hermétique à la pression des grands matchs et avoir confiance en ce qu’il fait, c’est probablement son fond de commerce, ce qui lui a permis de toujours continuer à progresser, même avec l’âge, à toujours se bonifier pour se rapprocher de son but ultime.

Florentino Perez, l’homme clé

L’Europe est conquise et un homme fait des pieds et des mains pour le recruter : Florentino Perez. 13 ans plus tard, on peut dire que KB9 lui a largement rendu la confiance accordée à l’été 2009, notamment lors des premières saisons quand les première difficultés sont apparues. Le président du Real Madrid n’a pas toujours été compris, ni par les autres dirigeants du club, ni par ses supporters, mais il ne l’a jamais pourtant lâché. Les numéros 9 ont défilé, Gonzalo Higuain et Alvaro Morata en tête, mais Karim Benzema est toujours resté. Jamais l’homme fort de la Maison Blanche n’a douté, pas même quand José Mourinho le critiquait avec virulence, ou quand Santiago Bernabeu le sifflait.

Si ces événements peuvent affaiblir encore plus un joueur en difficulté, Karim Benzema s’est nourri de ce moments difficiles pour continuer sa progression, et s’imposer comme un titulaire indiscutable. Au point que les doublures n’aient plus que des miettes depuis de nombreuses saisons. Le cheminement aura été semé d’embuches, mais l’avant-centre des Bleus est resté fidèle à son idée du football : le collectif et le geste juste plutôt que de faire preuve d’égoïsme pour gonfler ses statistiques alors que pourtant, de nombreux observateurs et supporters lui ont longtemps reproché de ne pas assez marquer, en club comme en sélection.

Les années dans l’ombre de Cristiano Ronaldo

Il y a un certain adage qui veut que Karim Benzema aurait pu avoir une bien meilleure carrière s’il n’avait pas été le lieutenant de Cristiano Ronaldo pendant de longues années. D’abord, c’est une affirmation qui sera à jamais invérifiable, et on peut aussi supputer l’inverse, à savoir qu’il ne serait jamais devenu le meilleur joueur du monde sans avoir appris aux côtés d’un des plus grands de ce sport. Sans vouloir trop partir dans du football fiction, on peut quand même affirmer certaines choses. Est-ce que KB9 aurait été plus décisif sans Cristiano Ronaldo ? Si on se fie à ses statistiques des dernières saisons, on peut légitimement dire que oui, car il aurait certainement aussi tiré plus de penaltys.

Est-ce que Karim Benzema est devenu le joueur qu’il est grâce à Cristiano Ronaldo ? Au moins en partie oui, le professionnalisme du bourreau de travail qu’est le Portugais a forcément permis au Français de s’inspirer, et donc de se bonifier. En jouant en symbiose comme ils l’ont fait pendant tant d’années, ils ont réussi à décrocher quatre Ligues des Champions, et c’est ce qui compte dans le football, les titres collectifs. Le reste, c’est du bonus.

Les clés du camion, un essai à transformer !

Malgré des saisons abouties comme lieutenant, des doutes subsistaient quant à sa capacité à devenir le leader d’un Real Madrid qui venait de perdre le plus grand joueur de son histoire. La confirmation a eu lieu en deux temps, et bientôt trois. D’abord individuellement, Karim Benzema a rapidement levé les doutes en marquant plus de buts et en étant décisif presque à tous les matchs. Sur ses trois dernières saisons avec le Real Madrid, il a inscrit 111 buts et délivré 37 passes décisives, soit décisif à près de 150 reprises. La première saison après le départ de Cristiano Ronaldo, le Real a remporté le titre en Liga, mais la confirmation collective est encore plus flagrante cette année.

Non seulement, Karim Benzema a réalisé son meilleur exercice d’un point de vue statistiques, mais il a aussi fait gagner deux trophées à son équipe, dont une Ligue des Champions, avec 15 buts, dont 10 lors de la phase à élimination directe. Jamais un Français n’avait autant marqué une Ligue des Champions de son empreinte, Zizou avait lui illuminé une finale, c’est une phase finale complète que KB9 a éclaboussé de son talent.

Les Bleus, son ultime défi

S’il a remporté la Ligue des Nations, avec des buts exceptionnels en demi-finale et finale à l’automne dernier, l’avant-centre du Real Madrid veut gagner un trophée majeur avec sa sélection, et il ne lui reste probablement que deux essais : la Coupe du monde 2022 et l’Euro 2024. Au Qatar, il pourrait arriver avec le plein de confiance et son Ballon d’Or dans la poche pour porter cette équipe de France avec Kylian Mbappé. La France de Didier Deschamps n’a pas rassuré sur le mois de juin, et la tâche sera forcément compliquée Mais comme il l’a démontré tout au long de sa carrière, c’est souvent quand c’est plus dur qu’il donne sa pleine mesure, sans jamais perdre de vue que le football prime sur toutes les individualités.

Quoi qu’il advienne sur ses dernières compétitions en bleu, le jour où Karim Benzema annoncera sa retraite, il sera venu le moment de discuter de sa place dans l’histoire du football français. Il est déjà le Tricolore avec le plus de trophées en carrière, 30, et il est en passe d’être le premier Ballon d’Or français depuis Zinédine Zidane, plus de 20 ans après celui qui le considère comme son petit frère.


Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon et de cyclisme.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une