Nous suivre

Cyclisme

Cyclisme – JO Tokyo 2020 : les coureurs à suivre sur la course en ligne

Publié

le

Cyclisme - JO Tokyo 2020 les coureurs à suivre sur la course en ligne
Photo Icon Sport

JO TOKYO 2020 – CYCLISME SUR ROUTE – À peine six jours après l’arrivée du Tour de France à Paris, beaucoup de grands noms du cyclisme mondial seront présents au Japon pour tenter de décrocher l’or olympique. 133 coureurs s’apprêteront à affronter un parcours difficile de 232 kilomètres pour la course sur route masculine ce samedi 24 juillet, avec 4 865 mètres de dénivelé.

Les nations fortes telles que la France, l’Italie, la Belgique, la Colombie, l’Espagne et les Pays-Bas auront cinq coureurs au départ, tandis que les pays cyclistes non traditionnels tels que le Burkina Faso, le Guatemala et l’Ouzbékistan n’auront qu’un coureur. Les autres nations à suivre seront l’Australie, le Danemark, la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Norvège, la Slovénie et la Suisse avec quatre hommes, et l’Autriche, le Canada, la République tchèque, le Kazakhstan, la Pologne, l’Afrique du Sud et la Russie avec trois coureurs.

Cyclisme – JO Tokyo 2020 : la liste des engagés de la course en ligne hommes

La Slovénie la nouvelle nation forte, la Belgique en principal adversaire ?

Tous les regards seront tournés vers la Slovénie sur la ligne de départ, avec Primož Roglič et Tadej Pogačar en tant que co-leaders. Le duo est considéré comme le grand favori pour l’or après avoir remporté d’innombrables courses ces dernières saisons, dont deux éditions du Tour de France , la Vuelta a España et Liège-Bastogne-Liège.

Le champion olympique en titre Greg Van Avermaet se présentera avec une belle équipe de Belgique, avec le jeune prodige Remco Evenepoel et le triple vainqueur d’étapes sur Tour de France Wout Van Aert. Evenepoel pourra faire exploser la course loin de l’arrivée, tandis que l’extrême polyvalence de Van Aert sera un atout en fin de course, à la fois dans les montées et sur une arrivée au sprint en petit groupe. Du côté de Van Avermaet, le tenant du titre n’a plus la forme d’il y a cinq ans, mais son expérience sera très importante pour ses deux compatriotes.

Le danger peut venir de partout

La Colombie apportera une équipe de grimpeurs bien adaptée au parcours tokyoïte avec Esteban Chaves, Rigoberto Urán, Nairo Quintana et Sergio Higuita. Mais Daniel Felipe Martinez, positif au Covid-19, a dû déclarer forfait. Malheureusement, les Colombiens n’ont pas eu l’habitude de briller sur les courses d’un jour ces derniers temps.

De leur côté, les Pays-Bas seront menés par le vainqueur de l’étape du Tour Bauke Mollema et le cinquième du général de la Grande Boucle Wilco Kelderman. Le premier cité a déjà remporté un Monument avec le Tour de Lombardie et sait parfaitement surprendre ses adversaires en partant de loin. Kelderman est plutôt un coureur régulier mais attention à ce type d’homme sur une course aussi particulière que celle des JO.

La France aura comme principaux atouts Guillaume Martin et David Gaudu. Sans Julian Alaphilippe et Romain Bardet, les Français ne seront pas les favoris mais Gaudu a montré sur la dernière édition de la Doyenne qu’il pouvait briller face aux meilleurs spécialistes des courses d’un jour. Le Normand semble quant à lui un cran en-dessous du Breton.

Les autres équipes de cinq hommes – Italie et Espagne – sont dirigées par les vétérans Vincenzo Nibali et Alejandro Valverde. Ces deux sélections présenteront un effectif homogène avec Alberto Bettiol (lauréat d’une étape du Giro et ancien vainqueur du Ronde), l’offensif Giulio Ciccone ou encore les solides Ion Izagirre et Omar Fraile.

Aussi, la Grande-Bretagne sera une sérieuse prétendante avec Geraint Thomas malgré un Tour de France difficile, le lauréat du Giro l’an dernier Tao Geoghegan Hart et les frères Yates. L’équipe russe aura une belle carte avec Pavel Sivakov, Aleksandr Vlasov et Ilnur Zakarin (ce dernier semble avoir perdu de sa superbe ces dernières années), tandis que l’Australie et le Danemark sont articulés autour de Richie Porte et de Jakob Fuglsang. Cependant, Fuglsang est loin d’être le coureur dominant de 2019. 

Quid des coureurs isolés ?

Enfin, des individualités peuvent sortir du lot avec le Kazakhstan d’Alexey Lutsenko, surprenant septième du Tour, le Portugal de Joao Almeida (6e du Tour d’Italie), l’Équateur de Richard Carapaz ou encore l’Allemagne du vainqueur de Paris-Nice Maximilian Schachmann, sans oublier Michael Woods pour le Canada.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis 2014 - Fan de la classe de Frank Vandenbroucke, je vis cyclisme (et de ses paysages) depuis plus de 20 ans. Je suis très impliqué sur mes différents réseaux sociaux pour partager ma passion sur le monde et l'Histoire de la bicyclette avec ma voix sur les images en noir et blanc du succès de Rik Van Steenbergen lors du Ronde sur le Vélodrome de Gand.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une