Nous suivre

Actualités

Édito : « Otage », « Prisonnier », la communication ratée du clan Rabiot

Publié le

Édito – La mère et agent du joueur, Véronique Rabiot, est sortie de son silence pour évoquer la situation d’Adrien Rabiot au PSG. Si l’on peut comprendre la colère du joueur et de son entourage, la communication est une nouvelle fois désastreuse.

La carrière de certains joueurs peut se jouer aussi bien sur leur talent que sur leur entourage et une nouvelle fois, le clan Rabiot n’aide pas son poulain. S’il peut y avoir débat sur le fond, la forme de la communication utilisée par le joueur et ses proches est de nouveau désastreuse.  Cela rappelle l’affaire de la Coupe du monde qui avait été un des nombreux épisodes de cette communication cataclysmique : si on pouvait discuter et comprendre la déception du joueur, sa manière de procéder, son mail déplacé et ensuite la non-expression de regrets.

Le joueur n’a pas voulu prolonger son contrat, son club lui fait payer : il ne joue plus et est mis à pied. La colère se comprend mais de là à utiliser certains mots ? « Prisonnier » ou encore  « Otage », un peu de décence madame, votre fils vit une situation bien compliquée mais regardez ce qu’il se passe un peu dans le monde autour de votre bulle de millionnaire. Il était possible de dénoncer la situation sans employer ces mots qui ont un sens, qu’on le veuille ou non. Pour traverser cette période difficile, le joueur avait-il besoin qu’on parle de lui avec de tels mots ? Chacun se fera un avis.

Adrien Rabiot et sa maman

Adrien Rabiot et sa mère – France Football

Rassurez-vous, dans quelques mois, votre fils sera « libre » et pourra s’engager avec le club qu’il souhaite pour poursuivre sa carrière. Libéré de son club oui, mais de son entourage, il ne le sera pas et à bientôt 24 ans et alors qu’il a déjà raté un titre de champion du monde, c’est peut-être de cela qu’il est le plus prisonnier.

 Nicolas Jacquemard

Passionné de sport et entrepreneur depuis mes 18 ans, la création de Dicodusport m'a semblé évidente pour participer à la médiatisation d'un plus grand nombre de sports. Le chemin est long mais avec une équipe des plus motivées et les Jeux Olympiques de Paris 2024 en point de mire, nous y arriverons ! Journaliste dans le monde du sport depuis plus de 5 ans, je traite aussi bien de football, de rugby, de biathlon que de cyclisme.

1 Commentaire
S'abonner
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus récents
plus anciens plus de votes
Inline Feedbacks
View all comments
zazou

Bonjour,
Le cas Rabiot démontre combien il est important de séparer l’affectif et le professionnel. Adrien Rabiot aurait du confier ses intérets à un agent professionnel. Sa situation et tous les interwiews que j’ai pu lire montrent qur sa mère n’a pas le niveau (sans doute) mais surtout pas le recul pour donner les bonnes consignes. Par exemple concernant l’équipe de France, que d’erreurs. Dans ce monde où l’identification à des modèles est si important les erreurs de communications ont été légion. Adrien émancipe -toi confie tes intérets à un pro reviens suis tes instincts et tu pourras reprendre la main et être à nouveau une icone. surtout montre toi sur les terrains.


Fil Info

Actus à la une