Effractions digitales #5 : l’évolution de l’esport en France


Le succès du web 2.0, apparu à l’aube du XXIe siècle, a permis au sport de développer un phénomène tout aussi récent que passionnant : le sport 2.0. Au travers d’exemples précis, nous allons voir comment les effractions digitales ont modifié le comportement de tous les acteurs du sport et comment est envisagée cette transformation.

 

Nombre de débats ont eu lieu : l’esport est-il un vrai sport ? Si la réponse à cette question reste subjective et appartient à tout un chacun, il est impossible de passer à côté de ce qui n’est désormais plus un phénomène. Emissions de télé sur de grandes chaines (la chaîne l’Equipe, Canal+, beIN SPORTS), catégorie reconnue dans l’Equipe (papier et internet), sur myTF1, relais dans les médias de masse, audience en explosion sur les plateformes de streaming (Twitch) et sur YouTube, cash prize en augmentation constante, le esport s’impose.

Sur les réseaux sociaux, les likes et abonnés sur les pages des équipes poursuivent leur croissance. Sur Twitch, il n’est plus rare de tomber sur des commentateurs français pour nombre d’événements.

 

La place de la France

En France, le mouvement est pris au pied de la lettre. Récemment, Marseille a accueilli la DreamHack Masters CS:GO, un tournoi calendaire à ne pas rater pour les principales teams du FPS en ligne. Installé au Dôme dans une salle dont la capacité est évaluée à plus de 8000 personnes, l’événement sponsorisé par W9 est un succès qui en appellera d’autres. Ce même DreamHack Masters est installé à Tours depuis 2015 et débute le week-end prochain pour sa 4ème édition. En septembre dernier, Bercy a électrisé les finales du championnat d’Europe de League of Legends, devant plus de 17 000 personnes, un succès retentissant.

De nombreux clubs de foot comme le LOSC, l’OL, Metz ou le PSG contribuent à l’évolution de cette tendance. Le PSG est l’un des premiers à avoir emboîté le pas en créant sa section esport dès 2016. Aujourd’hui ils comptent des teams sur des jeux comme FIFA, Rocket League ou Dota 2. La Fédération Française de Football a créé sa section le mois dernier avec un premier titre sur FIFA il y a quelques jours.

Effractions digitales - Bercy LoL
La foule à Bercy pour les finales européennes de League of Legends – RMC Sport

La prochaine étape ?

La popularité qui lui appartient, grandissante, amènera les événements comme la Dreamhack de Marseille à se reproduire en France, à plus grande échelle (250 000€ de donation). A terme, il n’est pas insensé d’envisager la diffusion en direct d’événements majeurs sur de grandes chaines de télévision, plus grand public, et à des heures moins tardives. AB1 le fait déjà, C8 et l’Equipe ont suivi, le chemin parcouru tend à montrer que d’autres le feront si les audiences sont au rendez-vous.

Le statut de professionnel étant officiellement reconnu, la France ouvrira sa première « école » de gaming à Lyon appelée « Gaming Campus » pour les futurs joueurs pros.

Toujours en phase de discussion, même si le projet semble peu probable aujourd’hui, le président du CIO Thomas Bach a annoncé qu’il n’était pas contre l’apparition du esport aux JO, pourquoi pas 2024 à Paris, à condition que les jeux violents n’y prennent pas place. Affaire à suivre.

 

Retrouvez les épisodes précédents de notre série sur les effractions digitales. Episode 1 ; Episode 2 ; Episode 3 ; Episode 4.

Benjamin Douarre

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des