Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : A l’usure face au Danemark, l’Angleterre jouera sa première finale d’Euro

Publié

le

Euro 2020 À l’usure, l’Angleterre obtient son ticket pour la finale
Photo Icon Sport

EURO 2020 – Ce soir à Wembley, l’Angleterre recevait le Danemark pour la seconde demi-finale de cet Euro. Si les Danois espéraient rééditer leur performance de 1992, les Anglais avaient pour objectif d’atteindre la finale pour la première fois. Et c’est chose faite. Après une victoire 2 buts à 1 au terme des prolongations.

Alors que l’Italie a validé son billet pour la finale hier au bout de la nuit, Anglais et Danois espéraient en faire autant. Si les hommes de Gareth Southgate faisaient figure de favoris, notamment du fait d’évoluer à domicile, les Danois se présentaient avec des arguments solides. Dans un système en 3/4/3 qui lui réussit plutôt bien depuis leur 2e match dans cet Euro, la Danish Dynamite n’a jamais aussi bien porté son nom. Un homme caractérise notamment ce football total en la personne de Joakim Mæhle. En face, la Three Lions, quant à elle, fait preuve jusque-là d’une imperméabilité à toute épreuve avec aucun but encaissé depuis le début du tournoi. Les ingrédients d’une belle rencontre étaient donc réunis.

Le bijou de Mikkel Damsgaard

Devant 63 000 spectateurs et après un God Save the Queen assourdissant, les Anglais semblaient vouloir donner le ton également sur le terrain lors des premières minutes. Très en vue depuis le début de l’Euro, Raheem Sterling se montrait encore à son avantage. Débordements, dribbles, percussion… tout y était pour tenter de déstabiliser la défense adverse. Et c’est lui, qui, à la 12e minute adressait la première frappe cadrée du match mais sans réelle inquiétude pour Schmeichel. Les Danois, loin d’être en reste, répondaient à l’intensité proposée par les Anglais et semblaient même prendre petit à petit la mesure de leurs adversaires.

Cela se caractérisait notamment à la 15e minute par une tentative d’Højbjerg. Le rythme était soutenu, mais, les grosses occasions se faisaient tout de même encore rare. Mais ça allait venir. Notamment par un homme, un jeune homme. Mikkel Damsgaard qui a fêté ses 21 ans il y a 3 jours, tentait d’enrouler sa frappe alors qu’il se trouvait dans la surface. Mais sa tentative fuyait le cadre. Ce n’était que partie remise. 5 minutes plus tard sur un coup franc à l’entrée de la surface, il trompait Pickford d’une frappe splendide ! 2 minutes avant, le portier anglais était entré dans l’histoire en cumulant 721 minutes sans encaisser de but. Il dépassa au passage un certain Gordon Banks.

Sans tergiverser, les Anglais reviennent dans la rencontre

Ce missile aurait pu sonner comme un coup de massue sur la tête des Britanniques. Mais ces derniers ont su réagir. A la 37e minute, Kasper Schmeichel réalisa une parade magnifique sur un tir à bout portant de Sterling parfaitement servi. Mais 60 secondes plus tard, sur une action pour le moins similaire, il ne pouvait rien faire. Suite à une accélération de Saka, son centre à destination de Sterling était détourné par le malheureux Simon Kjær dans ses propres filets. Après une première mi-temps très plaisante, les deux sélections regagnaient les vestiaires sur ce score de 1-1.

Et le début de seconde période n’allait pas dénoter avec la première. Les occasions se sont en effet enchaînées pendant 10 minutes assez folles. A la 51e minute, c’est Dolberg, auteur de 3 buts dans cet Euro, qui se mettait en évidence. Sa frappe en première intention obligeait Pickford à s’employer. Alors que Braithwaite se montrait dangereux la minute suivante, c’est Schmeichel qui sauvait les siens à la 54e. Sur un coup franc de Mount, Maguire plaça sa tête. Et le portier danois d’une superbe horizontale maintenait le score à 1/1. A la 61e minute, Mount à son tour butait sur Schmeichel. A ce moment-là du match, les Anglais ont commencé à avoir une emprise sur le match.

Solides et solidaires, les Danois s’offrent les prolongations

Car si les Danois tentaient de se montrer dangereux en contre, ce sont bien les coéquipiers d’Harry Kane qui contrôlaient le match. En ce sens, Kasper Hjulmand effectuait ses premiers changements. 3 changements même dès la 66e minute avec notamment les entrées de Poulsen et Wass. Du côté anglais, c’est Grealish qui suppléait Saka. Si les Anglais avaient près de 60% de possession, Vestergaard et Christensen faisaient notamment bonne garde. Mais ce dernier, blessé, devait céder sa place à la 78e. Alors que 6 minutes de temps additionnel ont été annoncées, l’Angleterre était déterminée à faire la différence. En vain. De nouvelles prolongations allaient être au programme. Comme souvent lors de cet Euro.

Durant cette première mi-temps des prolongations, la pression anglaise était de tous les instants. En face, les Danois devaient se résoudre à défendre. Si Kane voyait une nouvelle fois Schmeichel avoir le dernier mot à la 93e, il allait en être autrement quelques minutes plus tard. Entre-temps, Grealish et Maguire ne réussissaient pas à tromper la vigilance du portier danois tout simplement énorme ce soir. A la 103e, un tournant allait cependant avoir lieu. Après un numéro de Sterling, ce dernier aux yeux de l’arbitre était déséquilibré dans la surface. Penalty donc, mais le contact semblait tout de même plus que léger. Harry Kane se présenta face à Schmeichel qui détournait le tir de l’attaquant des Spurs. Mais le cuir lui revenait dans les pieds, et l’Angleterre passait devant.

Une première finale face à l’Italie dimanche

Et les Anglais, une fois devant, n’allaient plus se faire rejoindre. Courant après une première finale d’Euro, c’est désormais chose faite pour eux. Et comme 6 de leurs 7 matchs disputés, cette dernière se jouera à domicile. Plutôt pas mal pour un Euro qui était censé se disputer dans 11 pays… Quoi qu’il en soit, l’affiche s’annonce belle face à la Squadra Azzurra. Mais nous ne manquerons pas de mettre en avant le superbe parcours des Danois, véritables vent de fraîcheur de cet Euro. Alors qu’un drame a été évité de peu lors du premier match, les joueurs ont su se mobiliser pour s’approcher d’un véritable exploit. Une quête qui était menée sans leur capitaine. Ce soir, le navire a sombré juste avant d’arriver à bon port. Mais nul doute que les joueurs seront accueillis en héros à leur retour. Ce que souhaitent bien entendu Italiens et Anglais dimanche soir.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une