Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : Au bout des prolongations, l’Ukraine rejoint l’Angleterre en quarts

Publié

le

Euro 2020 - Au bout des prolongations, l'Ukraine rejoint l'Angleterre en quarts
Photo Icon Sport

EURO 2020 – Pour en terminer avec ces 8èmes de finale, la Suède affrontait l’Ukraine ce soir à Glasgow. Après une rencontre indécise où les équipes se sont rendues coups pour coups, ce sont les Ukrainiens qui se sont imposés au bout des prolongations. Score final 2 buts à 1.

Après le succès de l’Angleterre, nous allions donc connaître l’adversaire des Anglais et dernier pays qualifié pour ces quarts de finale. Affiche la moins sexy sur le papier de ces 8èmes de finale, Suédois et Ukrainiens avaient une belle occasion de faire partie des surprises du tournoi.

Zinchenko ouvre le score

Qualifiés en qualité de meilleur 3ème lors de la phase de poules, les Ukrainiens ont dû leur salut notamment…aux Suédois. Ces derniers, vainqueurs de la Pologne lors du dernier match du groupe E, avaient donc, par ricochet, permis aux Ukrainiens de continuer l’aventure. Dans un match d’outsiders donc, les deux sélections s’avançaient avec un onze sans véritable surprise. Côté Suédois, Dejan Kulusevski le joueur de la Juve faisait son retour après avoir contracté la Covid-19. Andreï Chevtchenko quant à lui optait pour un changement de système avec la mise en place d’un 3/5/2.

Et si le match de 18h entre Anglais et Allemands avait mis du temps à se décanter, les deux nations présentes sur la pelouse souhaitaient visiblement chacune marquer son territoire. Après des tentatives sans succès de Forsberg et Augustinsson (7e) pour la Suède, c’est Yaremchuk qui voyait sa frappe stoppée par Olsen (11e). Alors qu’Isak était à deux doigts d’ouvrir le score (19e), c’est bien l’Ukraine qui allait le faire. Après une sublime action amenée par Shaparenko, Yarmolenko d’un délicieux extérieur du pied trouvait Zinchenko. Le Citizen critiqué ces derniers temps pour ses prestations ne se faisait pas prier et d’une frappe pure du gauche trompait Olsen (27e).

Forsberg lui répond avant la pause

Bien en place comme depuis le début du tournoi, les Suédois étaient pour la première fois dans la position du chasseur. Avec 45% de possession, ils se devaient de proposer autre chose pour retourner le match. Après un premier avertissement à la 39e, c’est l’inévitable Forsberg qui allait remettre les siens sur de bons rails juste avant la pause. D’une frappe contrée du pied gauche à l’entrée de la surface, il trompait Bushchan jusque là irréprochable. 4e but de Forsberg dans ce tournoi qui revient à ce moment à hauteur de Schick et à une unité de Cr7.

Après une première période plutôt animée, les deux équipes entamaient la seconde avec de bonnes intentions. Après une remise de Yarmolenko, Sydorchuk voyait sa frappe lointaine s’écraser sur le poteau du portier suédois (55e). 60 secondes à peine plus tard, c’était au tour de Forsberg de voir son tir repoussé par le montant ! Aux abords de la surface, d’une frappe enroulée, le joueur de Leipzig n’était cette fois pas en réussite. Alors que Malinovsky faisait son entrée à l’heure de jeu, c’est un autre joueur évoluant en Serie A qui se mettait en évidence. Kulusevski d’une frappe puissante du gauche à l’angle de la surface de réparation obligeait Bushchan à réaliser un arrêt de grande classe.

Alors que Yarmolenko voyait sa frappe stoppé assez facilement par Olsen (67e) c’est encore Forsberg qui était tout près du doublé. Mais celui qui sur chacun de ses tirs cadrés a trouvé la faille depuis le début du tournoi, voyait cette fois son tir s’écraser sur la barre (69e) ! 25 minutes assez folle, qui seront suivies de 20 autres d’un rythme beaucoup moins soutenu. Mais juste avant le temps additionnel, il s’en fallait de peu pour que Kulusevski ne délivre les seins. Rien n’en fut, c’est alors la prolongation qui allait faire son apparition.

Dovbyk qualifie les siens

Qu’on se le dise, les prolongations ont été d’un niveau bien plus faible. Rien ne fut à signaler. Hormis l’attentat commis par Marcus Danielson à la 99e. Le défenseur central surpris de se voir exclure était pourtant proche de casser la jambe du malheureux Artem Besyedin. Sans doute un tournant pour les hommes de Janne Andersson. Plus en capacité de se montrer dangereux, ils contenaient tout de même leurs adversaires. On semblait se diriger vers une deuxième séance de tirs au but. Mais c’était sans compter sur le coup de tête de Dovbyk bien servi par Zinchenko encore lui. Un but qui permet donc à son équipe de rejoindre l’Angleterre ce samedi à Rome pour un quart de finale historique.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une