Nous suivre

Euro 2020

Euro 2020 : Solide, la Suède oblige l’Espagne à un partage des points

Julien Correia

Publié

le

Euro 2020 : Solide, la Suède oblige l'Espagne à un partage des points
Photo Icon Sport

EURO 2020 – Pour la dernière rencontre de la journée, l’Espagne faisait son entrée en lice. Contrairement aux autres cadors, le succès n’a pas été au rendez-vous. Un match nul et vierge face à des Suédois (0-0) qui auront brillé par leur efficacité défensive.

Au sein du Stade olympique de Séville, l’Espagne recevait donc la Suède. Au sein du 4-3-3 concocté par Luis Enrique, on retrouvait notamment Aymeric Laporte en défense centrale. Pour rappel, le joueur de City a obtenu la possibilité d’évoluer pour la Roja il y a un mois tout pile. Face à eux, Jan Olof Andersson proposait un système en 4-4-2 à plat avec Isak et Berg en pointe.

Une domination stérile de l’Espagne

Dès le début de rencontre, le ton est donné. L’Espagne, comme bien souvent, confisque le ballon à des Suédois qui contraints et forcés, subissent. Cependant, il faut attendre la 16e minute pour se mettre une première occasion sous la dent. Suite à un centre venu de la droite, Dani Olmo d’une reprise de la tête était tout proche d’ouvrir le score. Mais c’était sans compter sur la parade exceptionnelle d‘Olsen qui déviait en corner. Pour illustrer la domination sans partage des Espagnols, à la 20e minute la possession était de 90% en leur faveur. 209 passes avaient été réussies par les joueurs de Luis Enrique contre… 25 pour leurs adversaires !

Il a fallu attendre la 21e minute pour percevoir un semblant d’occasion pour la Blågult. Une frappe de Forsberg qui s’envola dans les nuages. Côté Espagnols, la pression se faisait de plus en plus pressante et Koké, suite à un mauvais renvoi de la défense adverse, choisissait l’extérieur du pied pour tenter de battre le portier suédois. En vain. C’est encore le numéro 8 de la sélection espagnole qui était en bonne position 8 minutes plus tard. A la réception d’un bon centre d’Olmo, sa reprise passait cependant assez largement au-dessus du cadre.

La Suède tout proche du hold-up

Et du côté des Jaune et Bleu alors ? Après 30 minutes, Isak et Berg erraient comme deux âmes en peine. Deux ballons avaient été touchés par le premier et 4 pour le second. Alors que l’Espagne semblait ronronner au désarroi de son sélectionneur, elle était à deux doigts de trouver la faille. Mais Alvaro Morata, l’attaquant de la Juve, n’allait pas profiter du cadeau de la défense adverse et ratait le cadre à bout portant face à Olsen. Si la Roja a assez nettement dominé, elle est pourtant passée proche de la correctionnelle. A la 41e minute, après avoir pris le dessus sur Laporte et bénéficié d’un contre favorable, Isak a donné des frissons aux Espagnols. Sa frappe fut détournée sur sa ligne et déviée sur le poteau par Llorente.

Une deuxième mi-temps insipide

Après un retour au vestiaire sur le score de 0 à 0 la deuxième mi-temps pouvait débuter. Enfin, c’est ce qui était prévu. Car le rythme déjà peu soutenu en 1ere période allait être encore moindre en seconde. Si l’Espagne confisquait toujours le ballon, les occasions se faisaient encore plus rares. Et c’est la Suède par l’intermédiaire de son joueur le plus dangereux qui semait le trouble dans la défense espagnole. Isak qui évolue du côté de la Real Sociedad, réalisait un petit numéro pour servir Marcus Berg. Mais ce dernier, surpris, reprenait à côté. Afin de donner un second souffle à son équipe, Luis Enrique faisait entrer Pablo Sarabia et Thiago Alcantara. En face, le sélectionneur suédois sortait Marcus Berg et surtout Isak. On devinait donc la volonté de Jan Olof Andersson. Le bus allait être encore plus difficile à bouger. Et l’Espagne allait s’y casser les dents jusqu’au bout. Sans imagination, la Roja n’allait pas y arriver. Malgré des occasions de Sarabia et Moreno lui aussi entré en jeu, dans les ultimes minutes, rien ne serait marqué.

Le prochain match face à la Pologne déjà crucial

Parmi les cadors ayant débuté cet Euro, l’Espagne est la première sélection à ne pas s’imposer. Son prochain match face à la Pologne s’annonce déjà décisif. Pour rappel, les coéquipiers de Robert Lewandowski ce sont quant à eux inclinés face à la Slovaquie sur le score de deux buts à 1. Ils seront aussi dans l’obligation d’obtenir un résultat. Et si ce groupe E était celui des surprises ?

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Toute l'actualité des Jeux Olympiques de Tokyo 2020

Fil Info

Actus à la une