Nous suivre

JO d'hiver Pékin 2022

Jeux Olympiques de Pékin 2022 : Les chances de médailles françaises

Maxime Boulard

Publié le

Jeux Olympiques de Pékin 2022 - Les chances de médailles françaises
Visuel Dicodusport - Photo Icon Sport

JEUX OLYMPIQUES D’HIVER PÉKIN 2022 – A moins d’un mois du début des 24ème Jeux Olympiques d’hiver, faisons le point sur les épreuves où les Français auront le plus de chances de briller. Du biathlon au ski alpin en passant par le ski de fond et le freestyle, voici les athlètes à suivre.

Les noms qui vont apparaître ci-dessous font partie d’une liste non-exhaustive. Il est évident que des athlètes non-cités ici, ont une carte à jouer au cours des Jeux. Il s’agit de faire une sorte d’état des lieux sur les éventuelles chances de médailles françaises, et non pas de parier sur un nombre qui n’est pas toujours très représentatif de la force d’une délégation.

Les valeurs sûres

  • Le biathlon

Parmi les sports d’hiver populaires, le biathlon est un incontournable. Pour des premiers JO sans Martin Fourcade, paradoxalement, l’équipe de France de biathlon n’a jamais paru aussi forte qu’aujourd’hui. En effet, c’est la toute première fois que deux Français occupent les deux premières places du général masculin à ce stade de la saison. Que ce soit chez les filles (7) ou chez les hommes (9) les Bleu(e)s sont montés à 16 reprises sur les podiums en 18 courses individuelles. Une homogénéité qui se traduit sur les relais, puisqu’après 4 épreuves, les femmes signent une victoire et une troisième place, les hommes eux, deux deuxième place. Leader au nombre de podiums total (20), l’équipe de France de biathlon aura au moins une chance de médaille sur les 11 épreuves olympiques. Les noms à suivre seront Émilien Jacquelin, Quentin Fillon Maillet, Simon Desthieux, Anaïs Bescond, Anaïs Chevalier-Bouchet, Julia Simon et Justine Braisaz-Bouchet.

  • Le ski alpin

Bien que le début de saison 2021-2022 soit en deçà des attentes, l’équipe de France de ski alpin aura de gros arguments à faire valoir. Tenant du titre du gros globe de cristal, Alexis Pinturault s’avance comme une chance de titre(s) olympique(s). Pour cela, il aura sa chance dans au moins trois épreuves, le combiné alpin dont il est vice-champion olympique en titre, champion du monde en 2019 et médaillé d’argent en 2021. Le slalom géant, dont il est détenteur du globe de cristal 2021, 18 fois victorieux en Coupe du monde ainsi que double médaillé de bronze olympique. Pour finir, le slalom sera du plus pour Pinturault. Après avoir peiné quelque temps dans cette spécialité, il revient en force dans la discipline avec 4 podiums en 2021.

Lui est un pur slalomeur et aura à cœur d’effacer sa 4ème place de Pyeongchang. Clément Noël sera sans doute le grand favori de l’épreuve entre les piquets. Au-dessus du lot en ce début de saison, il paye parfois son excès d’engagement par des DNF en seconde manche. Chez les femmes, Tessa Worley aura sans doute une toute dernière occasion de se réconcilier avec les JO. À 32 ans, elle reste parmi les trois meilleures géantistes du monde et compte 4 podiums dont 2 victoires en moins d’un an, dont la dernière en date à Lienz, le 28 décembre dernier. Même si on n’est pas à l’abri d’une bonne surprise, les épreuves de vitesse ne seront sans doute pas favorables aux Tricolores. Au pied du podium en 2018, la France sera parmi les grandes nations à suivre lors de l’épreuve mixte par équipes.

  • Le ski freestyle

Depuis son entrée dans le calendrier olympique en 1992, le ski freestyle (ou acrobatique) a toujours rapporté au moins une médaille au clan français. Même si les épreuves comme le saut ou le halfpipe ne sont pas vraiment à l’avantage des Français ces derniers temps, il est clairement envisageable de viser une médaille sur les 4 autres épreuves, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Pour la toute première fois, le Big Air sera aux JO, et ce n’est pas pour déplaire à Tess Ledeux et Antoine Adelisse ! Vainqueur des X-Games et championne du monde, Tess Ledeux compte aussi deux podiums dont une victoire en Coupe du monde. Mais c’est en Slopestyle que la Française a le plus excellé, puisque détentrice du globe de cristal, elle compte un titre mondial également et 7 victoires : elle sera l’une des grandes favorites.

Coupe du monde de ski freestyle : Tess Ledeux commence la saison par une victoire en big air

Elle a déjà tout gagné et sera là pour défendre son titre en ski de bosses. Perrine Laffont a de quoi viser une seconde médaille olympique malgré un début de saison en demi-teinte. Son compatriote, Benjamin Cavet, vice-champion du monde en titre et auteur d’un podium cette saison, sera lui aussi à suivre. Enfin, en skicross, les Bleus sont en feu. Aux deux premières places du général, on retrouve Bastien Midol et Terence Tchiknavorian qui comptent 7 podiums à eux deux en 6 courses. Du côté des femmes, le forfait de Marielle Berger-Sabbatel est un coup dur, mais on pourra compter sur Alizée Baron, double médaillée de bronze mondial en titre.

Sans oublier…

  • Le patinage artistique

Ce sera quitte ou double pour les patineurs français. Médaillés d’argent en 2018, Guillaume Cizeron et Gabriella Papadakis seront sans doute l’unique chance de titre olympique, et même de médaille. Multiples champions d’Europe et du monde, il ne leur manque que l’or aux JO, et il parait improbable de les voir passer à côté. Cette saison, ils sont déjà champions de France, vainqueurs du Grand Prix d’Italie et du Trophée de France. En individuel, seuls deux hommes ont été sélectionnés, Kévin Aymoz et Adam Siao Him Fa. Pour eux, la mission paraît bien plus compromise.

  • Le ski de fond

Si la Norvège semble avoir pris un abonnement à l’or à vie en ski de fond, la France aura tout de même de très belles cartes à jouer à Pékin. Tout d’abord par équipes, le relais 4×10 km sera sans doute très compétitif. Médaillée de bronze mondiale en 2019 et 2021 ainsi qu’aux Jeux en 2014 et 2018, la France fait partie des équipes les plus homogènes du circuit. Toujours par équipes mais en sprint cette fois, Maurice Manificat et Richard Jouve avaient créé l’exploit de prendre le bronze en Corée du Sud et ont toutes les cartes en main pour se hisser de nouveau sur le podium.

Cela fait maintenant 16 ans que le fond français n’a pas rapporté une médaille en individuel, c’est peut-être pour bientôt. Troisième du classement du sprint en Coupe du monde, Richard Jouve compte déjà trois podiums cette saison. Lucas Chanavat lui en compte deux, dont un commun avec Jouve à Lenzerheide (Jouve 2ème, Chanavat 3ème). D’autant que cette année, le sprint sera couru en style libre, leur spécialité ! Il se pourrait bien qu’on les retrouve associés pour le Team sprint.

  • Le snowboard

Hormis en snowboardcross, les snowboardeurs français ne sont pas vraiment en réussite aux JO. Pierre Vaultier désormais retraité, la relève peine à se montrer. Merlin Surget et Quentin Sodogas seront sans doute les Français à suivre, sans pour autant être favoris. Au contraire, chez les femmes, nos deux médaillées olympiques auront l’occasion d’en ajouter une deuxième à leur palmarès. Chloé Trespeuch (3ème en 2014) et Julia Pereira de Sousa (2ème en 2018) auront de très belles choses à jouer. Nouveauté cette année, l’apparition d’une épreuve de snowboardcross mixte, et cela pourrait bien profiter aux Tricolores, médaillés aux Mondiaux en 2021 ou encore sur le podium en début de saison avec deux équipes différentes : il y aura un premier titre olympique à aller chercher.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une