Nous suivre

JO Paris 2024

JO 2024, ces Bleus qui peuvent surprendre : Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine)

Victor Clot-Amiot

Publié le

JO 2024, ces Bleus qui peuvent surprendre Mamadassa Sylla (lutte gréco-romaine) (1)
Photo via FF Lutte

JO PARIS 2024 – Loin de se livrer au jeu des pronostics, Dicodusport vous propose de découvrir une série d’athlètes français qui pourraient profiter des Jeux Olympiques pour se révéler un peu plus aux yeux du grand public. Non cités parmi les favoris, parfois méconnus ou fort d’un palmarès peu fourni, certains d’entre eux ont tout pour briller à Paris. De là à aller chercher une médaille, seul l’avenir nous le dira. Aujourd’hui, focus sur le lutteur Mamadassa Sylla.

Des Jeux qu’il aurait pu ne pas disputer

Cet été, Mamadassa Sylla disputera ses premiers Jeux Olympiques. Pourtant, son histoire avec la compétition planétaire est quelque peu particulière ! Il y a trois ans, le lutteur de Bagnolet regardait ses compatriotes Mathilde Rivière et Koumba Larroque devant la télé. Et pourtant ! Quelques semaines auparavant, Sylla pensait pouvoir décrocher sa qualification. Après s’être manqué au TQO européen en mars 2021 (seulement 9ème), il saisissait son ultime opportunité lors du TQO mondial, à Sofia en Bulgarie. Vainqueur de Cristobal Torres, Gevorg Sahakyan alors médaillé mondial et européen, et Almat Kebispayev lui aussi médaillé mondial et asiatique, le Français ne cédait que lors des demi-finales, contre l’Arménien Karen Aslanyan. Une défaite rédhibitoire donc, alors que seuls les finalistes se qualifiaient aux Jeux.

Cet année, il ne devait même pas prendre part au TQO européen ! Sa participation, il ne la doit qu’au forfait de Gagik Snjoyan en raison du conflit qui oppose son pays d’origine, l’Arménie, au pays hôte du tournoi, l’Azerbaïdjan. Un triste concours de circonstances pour l’un, une opportunité à saisir avec l’humilité qui en incombe pour l’autre. Néanmoins, le moins que l’on puisse dire est que Sylla a fait honneur à sa sélection. En atteste un parcours parfait, ponctué de trois victoires, contre Matias Lipasti, Selçuk Can et Gevorg Sahakyan à nouveau. Le Français vient ainsi nourrir les rangs de la délégation française, alors que jusqu’à présent, Koumba Larroque se sentait sans doute bien seule.

Y aller pas à pas

Ne nous méprenons pas. Mamadassa Sylla ne sera pas favori cet été. Sa catégorie, les -67kg, est dominée notamment par le Cubain Luis Alberto Orta Sanchez, champion olympique et champion du monde en titre en septembre dernier. Il devra également faire face au n°1 mondial, Hasrat Jafarov, prodige de 21 ans, qui transforme tout ce qu’il touche ou presque en quelque chose de précieux. L’Azerbaïdjanais est notamment double champion d’Europe en titre et double médaillé mondial (argent en 2023, bronze en 2022). Le format des Jeux est néanmoins plus clément que celui des TQO puisqu’une défaite contre l’un des finalistes permet au lutteur en question d’intégrer un tableau de repêchage afin de décrocher l’une des deux médailles de bronze mises en jeu. Ainsi, chaque catégorie distribue quatre médailles, dans un tableau comportant 16 participants.

Pour espérer quelque chose, Sylla doit avant tout compter sur ses capacités afin d’élever le niveau après un championnat d’Europe 2024 au cours duquel il aurait pu prétendre à la médaille (5ème au final dans la catégorie supérieure, -72kg) et donc cette qualification pour les Jeux lors du TQO européen. Il peut également faire valoir son expérience lui qui est présent sur le circuit depuis de nombreuses années et qui a notamment terminé 5ème du championnat du monde en 2018. Enfin, le Français sera soutenu par un public sans doute acquis à sa cause à l’Arena Champ-de-Mars. Rendez-vous donc le 7 août pour son entrée en lice.

Passionné de sport depuis toujours, un jour à l'adolescence mes parents m'ont dit : "quitte à passer ton temps à regarder du sport, au moins va le voir en vrai" ! Depuis, cette remarque ne m'a plus quitté et je passe une grande partie de mon temps libre à assister à des compétitions de tous sports. Je mêle d'ailleurs mes deux passions, le sport et les voyages afin de faire une pierre deux coups ! Outre l'US Open ou l'Euro 2021 par exemple, j'ai assisté cet été aux Mondiaux d'athlétisme à Budapest. Mon plus gros coup dur est et restera les JO 2020-2021 pour lesquels j'avais réservé 17 épreuves. La suite, vous la connaissez...

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *