Nous suivre

Actualités

Les jeunes pépites du tennis français #3 : Benjamin Bonzi

Tom Compayrot

Publié

le

Alors que les cadors du tennis Français sont dans une passe difficile, de jeunes joueurs pointent le bout de leur nez afin de prendre la relève. Ces joueurs ont entre 17 et 21 ans et jouent principalement dans les tournois Future et Challenger. Ils donnent tout pour atteindre les sommets, tout en sachant que le chemin sera long et périlleux. Aujourd’hui, Dicodusport s’intéresse à un espoir du tennis Français révélé aux yeux du grand public cette année à Roland-Garros, Benjamin Bonzi.

Biographie

Né le 9 Juin 1996 à Nîmes, Benjamin Bonzi a commencé le tennis dès ses 6 ans. Depuis, il a suivi le cursus de la Fédération Française de Tennis, destiné à encadrer et former les jeunes espoirs du tennis Français. Formé dans le petit club d’Anduze (département du Gard), il est repéré par la FFT et rejoint à 14 ans le CREPS (Centre de Ressources, d’Expertise et de Performances Sportives) de Boulouris. Il suit là-bas un programme d’accompagnement des sportifs de haut niveau, et rejoint ensuite l’INSEP à 16 ans, comme l’ont fait nombre de tennismens Français (Tsonga, Monfils, Simon, Mahut…). À l’INSEP, il est formé au « double-projet » ( performances sportives + études) dans des conditions optimales de préparation au niveau pro. Benjamin s’entraîne pendant deux ans à l’INSEP, avant de tenter sa chance au CNE, le dernier stade de formation pour les espoirs du tennis Français. Il n’y est malheureusement pas retenu et rejoint donc à 18 ans la ligue de Midi Pyrénées (Occitanie maintenant) et le Stade Toulousain Tennis.

Premier titre sur le circuit professionnel pour Bonzi (à gauche) – Photo DR

Après quelques années sur le circuit Junior (où il a notamment remporté Roland-Garros Junior en duo avec Quentin Halys), Benjamin Bonzi s’engage sur le circuit professionnel à 18 ans. Il commence sur le circuit Future et fait son entrée dans le classement ATP en Février 2014.

Style de jeu

Du côté de son style de jeu, Benjamin Bonzi peut être considéré comme un joueur de fond de court. Il est en effet un joueur plutôt défensif, qui aime faire durer l’échange. Le genre de joueur qui se bat sur tous ses coups, et qui ne lâche aucun point à l’adversaire. Cela en fait une de ses plus grandes qualités, puisque cela pousse à la faute des joueurs au mental friable qui ont tendance à s’énerver quand la balle revient trop souvent. Le natif de Nîmes peut s’appuyer sur un très bon revers pour tenir l’échange. Ce revers à deux mains, parfois sauté, se révèle être son meilleur coup et fait souvent la différence en match.

S’il est un joueur plutôt défensif, cela n’empêche pas Bonzi d’être parfois agressif, en réalisant des coups gagnants et en montant à la volée. Mais il lui reste des progrès à faire dans ce domaine, qu’il ne maîtrise pas encore à la perfection. On le voit en effet quelques fois hésiter à la volée, ne pas être assez tranchant dans ses coups et cela résulte par des points perdus parfois bêtement. Les domaines qu’il doit encore améliorer pour espérer atteindre le top niveau sont donc les coups pour finir un point. Que ce soit les montées à la volée, les passings-shots ou même les amorties, ce genre de coups pourraient apparaître plus souvent dans son jeu, à la manière d’un Corentin Moutet.

Pour avoir un aperçu plus précis du style de jeu de Bonzi, voici un résumé d’un de ses matchs référence face à Laslo Djere (n°90 mondial). Malgré une défaite au bout de cette nuit là en Italie, le nîmois a sorti un match complet, sans doute un des plus beaux matchs de sa carrière, en passant tout près de la victoire (7 balles de matchs non converties ce jour-là).

Résultats en ATP

L’année 2017 aura été l’année de la révélation pour Benjamin Bonzi. Après une saison 2016 pleine au niveau Future (3 titres : Hammamet x2 et Sharm El Sheikh + 3 finales), il a débuté sur le circuit Challenger en 2017. Pour sa première sur le tableau principal d’un Challenger (il avait échoué deux fois en qualifs en Italie en 2016), le jeune nîmois a fait fort. En effet, au mois de mai, il a réalisé la plus grosse performance de sa carrière au Challenger de Bordeaux-Primrose. Là-bas, il a atteint les demi-finales du tournoi en battant son premier top 100 (Dusan Lajovic), et le tout sans perdre le moindre set. Il a ensuite perdu en demi face à Dutra Silva (top 70 mondial à l’époque), le vainqueur de l’édition 2016.

Les bonnes nouvelles s’enchaînèrent ensuite pour Bonzi, pusqu’il participa à Roland-Garros 2017, après avoir bénéficié d’une wild-card. Il est découvert par le grand public lorsqu’il bat un Daniil Medvedev (n°63 mondial) touché par une blessure au 1er tour. Il se fera ensuite battre par Ramos-Vinolas, mais en engrangeant le maximum d’expérience pour le reste de sa carrière.

Le jeune nîmois révélé aux yeux du grand public – Image France TV Sport

Après cette période d’euphorie, le pensionnaire du Stade Toulousain Tennis a continué les belles performances en Challenger. Il a notamment atteint trois fois le stade des quarts de finale au mois de Juillet (Marburg, Perugia et San Benedetto), avant de connaître une saison sur dur un peu plus compliquée. Étant d’abord bien ancré dans le top 200, il a pu faire partie des qualifs de Roland-Garros et de Wimbledon, qu’il a d’ailleurs passé avec succès sur le gazon londonien.

Mais depuis, le Toulousain a eu beaucoup de mal à confirmer et a commencé à stagner, avant de végéter en dehors du Top 250. Les mauvaises performances s’enchaînant, il n’a pu remporter qu’un tiers de ses matchs en 2019, étant éliminé 8 fois au premier tour d’un Challenger. Malgré qu’il soit actuellement dans une spirale négative, il n’y a aucun doute qu’il réussira à retrouver le chemin de la victoire, au moins sur le circuit Challenger. Il en a en tout cas le talent pour.

Le jeune Français aura donc l’occasion de montrer son talent lors des mois et années à venir, mais il ne fait aucun doute qu’on entendra encore beaucoup parler de lui.

Tom Compayrot


Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une

Nous suivre sur Facebook

Sondage

Peter Sagan, une bonne pioche pour la Deceuninck-Quick Step ?