Nous suivre

Esport

L’histoire ordinaire d’un joueur de Football Manager – Épisode 2

Publié

le

L'histoire ordinaire d'un joueur de Football Manager - Épisode 2
Capture d'écran Football Manager

Jeu roi des simulations de football sur PC, Football Manager n’en finit pas de faire des adeptes. Voici l’histoire en temps réel d’une partie de Football Manager 100% française. Deuxième épisode : fin de saison avec le LOSC.

On s’était quitté à la trêve hivernale de ma première saison avec le LOSC. Monaco était leader de L1 avec 34 points, le PSG et moi le talonnions ex-æquo 2 points derrière. Eric Maxim Choupo-Moting était encore un tocard.

Championnat pizza

Très peu de temps après, je me rappelais au bon souvenir de notre championnat pizza. Pour la remontée du Tef, j’étais nommé Entraîneur de l’année de Ligue 2. Je n’ai pas reçu mes bons d’achat Domino’s. Peu de temps après, je retrouvais le Red Star, club avec lequel j’avais commencé ma save en National. Premier tour de Coupe de France à ma portée que je remporte 3-0. Il aura pourtant fallu attendre la fin de match pour que l’affaire soit pliée.

LOSC

LOSC

Qui dit trêve hivernale dit mercato. L’occasion pour moi de faire quelques ajustements. D’abord en profitant d’une offre chinoise pour transférer N’Doram. J’étais plutôt satisfait du rendement de Kevin, mais Xeka commençait à râler de ne pas avoir suffisamment de temps de jeu. Et puis ce sont 10 millions qui seront utiles pour renforcer l’équipe au mercato estival. So long Kevin ! J’ai l’occasion de rafler Aliou Traoré à MU qui ne se laisse pas prier. Aliou est recruté pour préparer les saisons à venir et remplir les objectifs donnés par mes dirigeants. Pour lui comme pour tous les régents ou jeunes prometteurs, j’applique une méthode simple.

LOSC LOSC

Je les intègre à l’équipe Seniors et je les mets à disposition des U19 pour 90 minutes. Ça me permet d’abord de ne pas me les faire piquer par le PSG ou City pour quelques misérables centaines de milliers d’euros. Ensuite, leur progression est bien plus importante que si je les laissais s’entraîner avec les U19. Exemple type : le bon Pablo Guyot. Recruté par City avant que j’arrive. Son potentiel de 4 étoiles ½ fait rêver, hélas il s’en ira rejoindre Pep ou Bruno Genesio en 2024…

LOSC

LOSC : mes que un dogue

Sur le plan du jeu et des résultats, je ne peux pas dire que je sois déçu. Du moins dans les compétitions nationales. Pour mon deuxième tour de Coupe, j’étrille Lens. En championnat, le trio  de tête est plus que jamais devant et je parviens à battre tous mes adversaires directs. A commencer par l’OM, solide 4ème entraîné par Manuel Pellegrini dont je dispose 2-0. Le miracle du match aller ne se reproduira en revanche pas contre Paris qui remet les pendules à l’heure et me bat 3-1. Il faut dire que l’équipe parisienne a serré les boulons. En février, ils prennent la tête de la Ligue 1 et nous relèguent l’ASM et moi à 5 points. 5 points que je devine dès lors insurmontables.

LOSC LOSC LOSC

LOSC

En Europa II, les choses ne vont pas mieux se passer qu’en Europa League et le Besiktas me sortira d’une compétition que j’ai abordé avec disons une certaine décontraction. Mon objectif est désormais clair : finir deuxième de L1. Cela fait suite à une redéfinition de mes objectifs par les dirigeants. Ceux-ci consentent à aligner l’oseille si je qualifie les Dogues pour la C1. Say no more…

En Coupe de France, le parcours est honorable et je vais jusqu’en demi-finale. Je m’y fais éliminer par l’AS Monaco qui devient de plus en plus mon adversaire direct. Le PSG a pris trop d’avance pour qu’on puisse sérieusement envisager de le rejoindre et j’attends avec impatience la rencontre qui nous opposera avec le club du Rocher.

Le rire du Sargent

Je prépare pour le mieux la rencontre par une balade dijonnaise qui se solde par un record de buts pour le LOSC : 7-2. Une semaine plus tard, le choc. A Louis-II, l’atmosphère est électrique. Dans un stade bondé de 12 000 personnes (on rappelle que FM est une simulation de football), les regards se croisent, s’affrontent. Chacun veut en découdre, tout le monde sait que ce match décidera probablement du classement final en tête de Ligue 1. 5 minutes de jeu, les bouteilles de champagne sont à peine débouchées dans les loges monégasques que les rossiblanci mènent 1-0. Un coup-franc aux 30 mètres, tête de Skoric. But.

C’est évidemment l’homme des grands matchs qui va sauver la mise. En l’espace du dizaine de minutes, Josh Sargent, l’IMMENSE Josh Sargent, régale d’une volée pavardesque et crucifie Adrian Semper d’une tête à la réception d’un centre du feu-follet carioca Pedrinho. Les hommes pleurent. Les filles enlèvent leur tshirt. Les maternités lilloises sont surchargées de petits Josh. Tout le monde veut se faire la même permanente. 2-1, score final. Le break est fait.

LOSC

Antoine Trashtalkombouaré

La rencontre sera décisive. Car si avant le match contre Dijon nous avions enchaîné 2 nuls décevants contre Angers et Rennes et une défaite évitable contre Nice, nous ne perdrons plus un match après celui contre Monaco. Nantes, alors 5ème de L1 fera partie de nos victimes, et j’aurai l’insigne honneur de me faire trashtalker par le plus martial des entraîneurs. La fin de la saison approche, et à deux journées de la fin la mission est réussie. Monaco, qui accède à la finale d’Europa League, laisse des plumes en route. Je finirai avec 10 points d’avance sur eux. De son côté, le PSG finit avec une confortable avance de 6 points. Nouveau doublé Coupe Championnat.

Finalement, le bilan de cette saison est positif. Nos objectifs nationaux ont été plus que dépassés. En début de saison, le souhait des dirigeants était que nous nous qualifions pour l’Europa League. Nous serons en C1. En Coupe d’Europe en revanche, l’équipe a manqué de profondeur de banc et d’une assise tactique dont je suis le seul responsable. Il faudra corriger ça pour ne pas repartir fanny d’un groupe en C1 qui sera forcément très relevé.

Si on en croit les fans, c’est la formation en 4231 qui est plébiscitée. Aucune surprise dans sa composition sinon que Weah n’est pas retenu. Il est mon meilleur buteur avec 22 pions. Il est préféré à Sargent qui récolte les lauriers de ses buts décisifs contre les gros. Le LOSC place 3 joueurs dans l’équipe type de L1 avec Sanches, Olaza et Maignan. Tous les autres sont parisiens.

LOSC

El mago

À noter que le Standard gagne l’Europa II, MU l’Europa League et Liverpool la C1. En L1, Lyon a fait une remontée extraordinaire. 5ème à la fin du championnat, ils étaient 15ème à la trêve hivernale. L’œuvre du magicien Bielsa. Toulouse et Saint-Etienne sont les deux clubs malheureux et descendent en L2.

L’année prochaine, je ne bougerai pas du LOSC. Même si une proposition venait de l’OM, de l’ASM ou du PSG je veux rester dans la capitale du Nord. Ce club a un potentiel de développement que je voudrais pousser au maximum. Je pense qu’une victoire en championnat est inaccessible, mais décrocher la C3 ou la C2 allez savoir…

JMPPMJ


Journaliste/rédacteur depuis mai 2018 - Dans mon sang coule à la fois le feu des penne à l'arrabiata et la glace du Grand Colombier. Amoureux des belles lettres et des Talking Heads, je supporte un club olympique. Intéressé par les relations qu'entretient le sport avec la société, je m'intéresse autant à Marc Cécillon qu'à Pep Guardiola, à Tonya Harding qu'à Philipp Roth. Enfant des 90's, on ne me fera pas croire qu'il y a eu plus beau à voir depuis Zinédine Zidane, Marco Pantani et Pete Sampras. La béchamel est une invention du diable, la Super Ligue aussi.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une