Nous suivre

Football

Ligue des Nations : Les chiffres du sacre de l’équipe de France

Publié

le

Ligue des Nations : Les chiffres du sacre de l'équipe de France
Photo Icon Sport

LIGUE DES NATIONS 2020-2021 – Victorieuse pour la première fois de cette jeune compétition, l’équipe de France de football est rentrée un peu plus dans l’histoire du football mondial. Malgré des adversaires coriaces, les Français ont assumé leur statut de champions du monde. Retour sur le sacre des Bleus à travers quelques chiffres.

Ni dominante, ni dominée

Au cours de cet article, cinq statistiques seront utilisées en comparaison pour les 8 matchs de la compétition. Le nombre de tirs, la possession, les ballons récupérés, le pourcentage de passes réussies et la discipline (cartons et fautes).

  • Tirs

Pas réputés pour tenter beaucoup face au but adverse, les joueurs de l’équipe de France osent peu. En témoigne la première période en finale face à l’Espagne : la France n’a tenté qu’un seul tir (non cadré), son total le plus faible depuis plus de 15 ans. Cependant au cours des 8 matchs de la compétition, les Français ont une moyenne de tirs par match plus importante que leurs adversaires, 11,3 contre 10,6. La différence s’est donc faite dans la précision des tirs, puisque l’équipe de France a encaissé 9 buts de moins qu’elle en a marqués. Elle aura tenté moins de tirs lors du match en Croatie (5), plus contre la Suède et la Belgique (16).

  • Possession

Là aussi, la France n’est pas reconnue comme une équipe aimant garder le ballon. Sur la totalité de la compétition, elle totalise 48,3% de possession de balle, c’est peu mais pas surprenant donc. C’est évidemment en finale contre l’Espagne, amoureuse de la possession, que les Bleus ont le plus été sevrés de ballon, 40%. Seuls trois matchs ont vu la France tenir le ballon plus que l’adversaire, au Portugal, contre la Suède et la Belgique. Un jeu basé sur une solidité défensive, puis sur des contre-attaques, comme cela fonctionne plus ou moins bien depuis plusieurs années.

  • Ballons récupérés

Malgré l’absence de l’aimant à ballons qu’est N’Golo Kanté au milieu de terrain, et notamment lors du Final Four, les Français ont fait le travail dans ce secteur de jeu. Récupérant en moyenne 42 ballons par match (4 de plus que leurs adversaires), les Bleus ont souvent construit leurs succès grâce au travail du milieu de terrain. Aussi bien défensivement qu’offensivement, les milieux de terrain tricolores, emmenés par un excellent Paul Pogba dans ce domaine, ont su rendre ce secteur clé hermétique aux attaques adverses. De 33 ballons récupérés lors du match au Portugal, ce chiffre atteint la barre des 50 au match aller au Stade de France.

  • Passes

Pas de jeu fluide sans passes précises. On a pu le ressentir parfois dans certains matchs, les Bleus avaient beaucoup de mal à se trouver. De nouveau en finale, alors qu’ils avaient déjà peu de ballons exploitables, il était rare de voir 5 passes de suite avant une perte de balle. Avec 79% de passes réussies, c’est un petit exploit qu’a réalisé la France en finale, en s’imposant. C’est en demi-finale que les joueurs de Didier Deschamps se sont le mieux trouvés, 91% de passes réussies. Dans ce secteur, seuls les Belges ont fait mieux. D’un point de vue global, l’équipe de France a tourné à 85% de réussite par match, leurs adversaires, eux, à 87%.

  • Cartons et fautes

Un secteur de jeu où du positif est à tirer, c’est bien la discipline. A une époque, les Français concédaient des penaltys à pratiquement tous les matchs, c’est cette fois sans aucun penalty encaissé que la France a terminé la compétition. En tout, les Bleus ont été sanctionnés par 12 cartons, tous jaunes, ce qui équivaut à une moyenne très correcte de 1,5 cartons par match. Douze fautes par match ont été sifflées contre les Français en moyenne, c’est très proche pour les adversaires affrontés. Si la discipline ne permet pas de gagner un match, elle permet souvent de le perdre, et ça les Bleus l’ont, semble-t-il, bien compris.

Le match le moins bon

Sûrement le match le plus dur de la compétition pour l’équipe de France. Celui disputé en Croatie fut en effet très compliqué. Si la victoire est revenue aux Bleus de façon assez inespérée, on a rarement vu l’équipe de Didier Deschamps souffrir autant. En reprenant les statistiques évoquées au-dessus, voyons à quoi ressemblait cette précieuse victoire.

Statistiques  🇭🇷 Croatie 1 2 🇫🇷 France
Tirs 9 5
Possession 51% 49%
Ballons récupérés 36 35
Passes réussies 91% 87%
Fautes/cartons 9/3 7/2

Le match référence

A l’inverse, s’il y a bien un match à retenir côté français de cette compétition, c’est le France – Suède au Stade de France. Hormis les statistiques qui tournent toutes en faveur des Bleus, le spectacle produit n’y est pas pour rien. Malgré l’ouverture du score suédoise, l’équipe de France s’était imposée 4 buts à 2.

Statistiques  🇫🇷 France 4 2 🇸🇪 Suède
Tirs 16 6
Possession 53% 47%
Ballons récupérés 43 41
Passes réussies 90% 86%
Fautes / cartons 13/0 11/2

Autres statistiques

  • Les buts

Neuf joueurs français ont marqué au moins un but durant la compétition, avec un CSC en prime. C’est Kylian Mbappé qui termine meilleur buteur français grâce à 4 réalisations. Suivent Olivier Giroud (3), Antoine Griezmann et Karim Benzema (2). Sur ses 17 buts, l’équipe de France en a marqués 9 entre la 40ème et la 70ème minute. Depuis plusieurs années, ce sont souvent les 30 minutes où les Bleus se montrent les plus dangereux. C’est encore plus vrai lorsqu’on regarde par période : 6 buts ont été inscrits lors du premier acte, contre 11 au cours du deuxième.

Sur les 5 matchs où la France a encaissé au moins un but, elle a également concédé l’ouverture du score lors de 4 d’entre eux. Si cette stat’ est peu rassurante, il faut se dire que malgré cela, elle a toujours remporté le match au final. C’est sans doute cette force de caractère qui fait de ce groupe une équipe redoutable, qu’il ne faut jamais enterrer.


Journaliste/rédacteur depuis octobre 2020 - Si mon plus vieux souvenir de sport aurait pu m'en dégoûter, la finale de la Coupe du monde 2006 a été tout le contraire. Véritable déclencheur d'une passion qui aujourd'hui ne fait que grandir avec le temps, mon leitmotiv est la France qui brille ! Je relate les exploits passés et présents du sport bleu-blanc-rouge sans ménagement depuis octobre 2020. Sport valide ou handisport, aucune différence, il n'y a que du sport et plusieurs façons de le pratiquer.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une