Nous suivre

Football

Ligue Europa (Demies) : Marseille, impuissant face à l’Atalanta, est éliminé

Sophie Clapier

Publié le

Ligue Europa (Demies) Marseille, impuissant face à l’Atalanta, est éliminé
Photo Icon Sport

LIGUE EUROPA 2023/2024 – Il n’y aura pas de club français en finale de Coupe d’Europe. Impuissant ce soir en Italie, Marseille n’a jamais vraiment existé dans ce match retour. L’Atalanta Bergame a très rapidement dominé son sujet et s’impose 3-0 (cumul 4-1). La fin de saison s’annonce longue du côté de La Canebière.

Dernier club français en Coupe d’Europe, l’OM devait réaliser un gros match sur les terres italiennes. L’Atalanta Bergame, cinquième de son championnat, reste sur une bonne dynamique avec trois succès de rang en Serie A et pouvait compter, en prime, sur l’apport de son public pour ce match retour de Ligue Europa. Après le nul 1-1 à l’aller, les dés étaient donc loin d’être jetés pour ces deux demi-finalistes.

L’OM asphyxié

Il n’y avait pas photo dans ce premier acte, Marseille était loin de sa finale européenne. Sous le pressing italien, les Olympiens avaient de grosses difficultés à ressortir le ballon. La possession terminait dans un premier temps par une longue passe vers l’avant afin de trouver Aubameyang mais le Gabonais était parfaitement pris. Asphyxiés, les Marseillais se faisaient une première frayeur alors que la frappe de De Ketelaere heurtait le poteau (7′). Dix minutes plus tard, le tir croisé de Scamacca frôlait lui le montant droit de Lopez. Et le gardien olympien avait fort à faire. Il captait la tentative de Zappacosta (19′) puis était sauvé par sa transversale avant de s’emparer du cuir sur une tête de De Ketelaere (24′). Lopez ne pouvait cependant rien à la demi-heure de jeu.



Lookman se jouait de la défense marseillaise puis déclenchait une frappe à l’entrée de la surface. Celle-ci était légèrement déviée par Gigot, suffisant pour battre le portier de l’OM (1-0). Marseille devait se secouer. Pourtant, Ademola Lookman n’était pas loin de s’offrir le doublé. Le Nigérian glissait cependant en se présentant face à Lopez (34′). À peine le temps de souffler, ce dernier était une nouvelle fois mis à contribution, par De Ketelaere cette fois (37′). Son homologue italien passait une première mi-temps relativement calme, les Olympiens n’ayant cadré aucun de leurs deux petits tirs… Il fallait montrer un autre visage en seconde période pour renverser le cours du match.



Éteint, Marseille est éliminé

Les Marseillais semblaient avoir remis les pieds sur la pelouse avec de meilleures intentions, à l’image du lob de Ndiaye qui s’échouait à droite des montants de Musso (50′). Mais les Marseillais ont manqué l’égalisation, et l’ont payé cash. Car sur l’offensive italienne suivante, le jeu à deux entre Lookman et Ruggeri était parfaitement conclu par l’Italien. 2-0 Atalanta, la mission se compliquait davantage pour l’OM. Jordan Veretout aurait pu, malgré lui, réduire la marque, mais son long coup franc heurtait la barre (63′). Le temps défilait et les Olympiens étaient loin, très loin de créer l’exploit. Quentin Merlin sauvait les siens sur sa ligne (67′), Aubameyang manquait son coup franc (70′).

Il n’y avait pas photo ce soir. Impuissants, les Marseillais n’ont jamais vraiment existé dans cette partie. Les Bergamasques annihilaient très tôt les tentatives olympiennes de contres dans les dernières minutes et achevaient leurs adversaires dans le temps additionnel par l’intermédiaire de Touré. L’Atalanta Bergame valide sa première finale européenne de belle manière sur ce 3-0 (cumul 4-1). Et encore, le score aurait pu être plus douloureux pour l’OM sans les nombreuses parades de Pau Lopez. Les Italiens affronteront le monstre Bayer Leverkusen, invaincu depuis…49 rencontres. Au contraire, la fin de saison s’annonce longue du côté de La Canebière.

Journaliste/rédactrice depuis janvier 2016 - Passionnée de sport depuis toujours, j’en ai pratiqué quelques-uns. Judo, football, handball ou encore tennis, je n’ai jamais pu me mettre d’accord sur un en particulier. Mais ça, c’était avant de découvrir le basket, devenu mon sport de prédilection. Les actions NBA, le All-Star Week-end, la fureur des Game 7 pendant les playoffs ou mieux, lors des Finals, this is why we play. Team Spurs T.P, je m’accroche encore à Gregg Popovich (don’t leave !). Team chef Curry, je souhaite qu’il finisse aux Warriors (staaaay !). Non, il n’y a pas qu’eux, des petits nouveaux -et des petites nouvelles évidemment- arrivent chaque jour dans toutes les disciplines et créent de nouveaux exploits. Alors pour les grands événements et compétitions internationales, vive les pulsations 240/minutes et le défibrillateur pas loin, et allez les Bleu(e)s ! C’est sûr, j’aurai plus vu ma vie sur un terrain de sport, mais à défaut d’en faire en haut niveau, je le partage avec vous.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *