Nous suivre

Rugby à XV

Pro D2 : Grenoble en favori des barrages ?

Etienne Goursaud

Publié le

Pro D2 : Grenoble en favori des barrages ?
Photo Icon Sport

PRO D2 2023-2024 – Mal embarqué, avec un retrait de points, le FC Grenoble Rugby est bien au rendez-vous des barrages. Et recevra Dax. Les Grenoblois ne seraient-ils pas l’épouvantail de ces barrages ?

Une fin de saison canon du FC Grenoble Rugby

Trente-neuf points récoltés sur les neuf derniers matchs. En cette fin de saison, les Grenoblois ont été irrésistibles. Des points, mais aussi des succès très probants, notamment en déplacement. Les Grenoblois sont allés fesser Vannes à la Rabine (10-17), lors de la 23e journée. Une victoire au Pré-Fleuri à Nevers (19-22) lors de la 25e journée. Une énorme rouste infligée à Biarritz à Aguilera (19-46). Grenoble termine 3e équipe en déplacement et a surtout marqué les esprits face au 2e du championnat, une équipe qui a lutté pour la phase finale et une équipe historique du rugby français, bien que malade. De bon augure au moment d’aborder les playoffs.

Bon en attaque, mais friable en défense, notamment à domicile

Grenoble est la meilleure attaque de ce championnat avec 826 points marqués, mais un peu plus perméable en défense. Seulement 10e équipe de ce championnat, avec 694 points encaissés. Une donnée qui peut compter en phase finale, dans des matchs couperets. Où bien défendre compte énormément. Notamment à domicile, où Grenoble encaisse près de 20 points par match. Seuls trois équipes ont fait pire, à savoir les trois derniers de ce championnat. Grenoble est une équipe qui encaisse énormément d’essais (81, soit 2,7 par match).



Individuellement, le FC Grenoble compte des armes. Surtout offensives. À l’image de son ailier Nathanaël Hulleu, 9e marqueur d’essais de Pro D2, avec 11 essais en 17 matchs seulement. Son petit frère Wilfried est bien placé dans le classement des meilleurs casseurs de plaquages, du haut de ses 22 ans, le 27 juin prochain. De vraies armes pour perturber des défenses adverses et qui expliquent aussi la réussite offensive des Grenoblois cette saison. Mais qui ont aussi des joueurs inamovibles, comme le 3e ligne Steeve Blanc-Mappaz, qui est le joueur qui a le plus joué, avec 2294 minutes.



Grenoble reste sur une finale perdue l’an passé, face à Oyonnax (14-3), dans un match très tendu en termes de scénario. Les Grenoblois avaient terminé deuxièmes de la phase régulière. Leur précédente venue en barrages s’était soldée par une grosse défaite à Biarritz (41-14), en 2021. C’est donc un petit défi qui attend les Alpins, au moment de défier Dax, l’immense surprise de cette saison en Pro D2.

Un contexte extra sportif mouvementé au FC Grenoble Rugby

Financièrement, le FC Grenoble Rugby est en souffrance. Déjà amputés de points la saison passée, les Grenoblois ont écopé de six points de pénalité, alors qu’ils avaient initialement été rétrogradés en Nationale. Six points, puis même douze au cœur de l’hiver. Les plaçant alors en virtuels barragistes en bas de tableau. Finalement, ces six points supplémentaires ont été annulés. Ce qui place l’exploit de Grenoble, qui a raflé 85 points « réels ». En cause, un déficit de près de 4,5 millions d’euros, comme le rapportent nos confrères de Rugbyrama. Un déficit sous-évalué de deux millions d’euros. Mais aussi 250 000 € de primes non déclarés, qui avaient amené ces six points supplémentaires.

Néanmoins, au mois de janvier, Hassen Rachedi est entré au capital et à la vice-présidence du club grenoblois, comme l’évoque France 3 Auvergne-Rhône Alpes. Une vraie bouffée d’oxygène, qui a peut-être convaincu les instances d’enlever la moitié de la pénalité en points. Néanmoins, les interrogations peuvent revenir sur la table, en cas de promotion en Top 14. Et des exigences financières qui en découlent. Mais aussi du recrutement qu’il faudra faire, pour tenter de s’en sortir. Oyonnax, mieux armé que les Grenoblois, vont faire l’ascenseur cette saison. Le gendarme financier du rugby français peut-il laisser Grenoble monter ? La question peut se poser.

Journaliste et amoureux de sport. Ancien footballeur reconverti athlète quand ses muscles le laissent tranquille. Elevé à la sauce des exploits de Thomas Voeckler en 2004, du dernier essai de légende de Eunice Barber à la longueur lors des championnats du monde d'athlétisme de 2003 mais aussi Zidane, Omeyer et Titou Lamaison.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *