Nous suivre

Rugby à XV

Quels sont les enjeux des six dernières journées de Pro D2 ?

Publié

le

Quels sont les enjeux des six dernières journées de Pro D2 ?
Photo Icon Sport

A l’aube du sprint final en Pro D2, tout reste à faire. A six journées du terme de cette saison, la rédaction se projette sur les échéances à venir, du duel pour monter en Top 14, aux places pour les phases finales, jusqu’à la relégation. 

Vannes et Perpignan sur une autre planète

Une chose est sûre, le RC Vannes et l’USA Perpignan seront de la partie pour les phases finales. Après 24 journées, les deux formations comptent respectivement 89 et 88 points et sont d’ores et déjà quasiment qualifiées pour les demi-finales. Lors de l’ultime journée, les deux équipes s’affronteront, comme une répétition pour un duel promis en finale. En effet, au vu de leur suprématie en Pro D2 cette saison, les deux équipes devraient logiquement remporter leur demi-finale respective, pour se disputer le titre et un billet pour le Top 14. Difficile de prédire le vainqueur, mais léger avantage pour Perpignan, après sa victoire au match aller en terres bretonnes.

6 équipes pour 4 places

Avant la dernière ligne droite de cette saison 2020-2021, le suspense reste entier quant à l’attribution des places pour les phases finales. Biarritz, troisième avec 72 unités, semble tenir le bon bout et sauf cataclysme, devrait rejoindre les quarts de finales. Derrière le trio de tête, Colomiers et Oyonnax sont au coude à coude, avec 65 et 61 points. Le calendrier semble sourire à Colomiers qui ne doit affronter que des équipes de seconde zone, à l’exception du leader vannetais. La formation de Haute-Garonne devrait elle aussi faire partie de l’aventure. Oyonnax de son côté doit lui aussi affronter le leader, ainsi que Grenoble et Béziers, candidats aux phases finales. Des rencontres plus délicates, d’autant que les joueurs de l’Ain restent sur trois défaites sur leurs quatre derniers matchs. Il y a danger.

Derrière ce duo, Grenoble, Nevers et Béziers se bousculent. Les Grenoblois (57 points), habitués de l’élite du rugby, n’ont qu’un point d’avance sur les Nivernais. Et les Isérois vont avoir fort à faire lors de ces six rencontres. Ils vont affronter les deux équipes les mieux classées, ainsi que deux candidats à une place dans les 6 premiers. Si Grenoble se qualifie, leur place sera loin d’être volée. Pour sa part, Nevers rêve d’accéder au Top 14 pour la première fois de son histoire. L’USON a relancé la machine après cinq matchs sans victoire mais va encore devoir cravacher face à un calendrier très chargé, composé quasiment que de finales. Difficile donc, d’imaginer les Jaune et Bleu tenir la cadence pour se hisser dans les six. Enfin, Béziers peut aussi prétendre à une place pour ces phases finales. Bien que cinq points derrière, les Biterrois peuvent espérer revenir dans la course. Les sudistes vont notamment jouer deux finales qui pourraient tout changer, en affrontant Oyonnax puis Nevers. Béziers devra surfer sur sa forme du moment, avec 16 points pris sur les cinq dernières journées.

Soyaux quasiment condamné, Valence en sursis

Concernant la relégation, rien n’est joué non plus. Soyaux est lanterne rouge du championnat, dix points derrière Provence, premier non relégable. Un sauvetage parait miraculeux pour les Sojaldiciens qui ont rechuté après deux victoires de rang. De plus, Soyaux doit affronter trois équipes de la première partie de tableau, en quête d’une place en playoff. Un maigre espoir, mais qui vit toujours, grâce à la méforme de Provence Rugby. Les joueurs provençaux sont sur une terrible série de 8 défaites consécutives, et dégringolent dangereusement au classement.

Mais Soyaux n’est pas tout seul à vouloir se sauver. Valence Romans, quinzième, n’accuse que 5 points de retard sur Provence. Les joueurs drômois restent sur un match nul et une victoire mais vont se heurter à un calendrier infernal. Vannes, Grenoble et Oyonnax croiseront notamment la route des Valentinois. Valence doit donc espérer une fin de saison catastrophe pour Provence, et devra battre à tout prix Nevers lors de l’avant-dernière journée, s’il n’est pas déjà trop tard.

Antonin Gizolme


Journaliste/Rédacteur depuis mars 2021 - Né un soir de Ligue des Champions, c’est tout naturellement que je suis un passionné de football depuis ma plus tendre enfance. Durant des années, j’ai été bercé par la douce mélodie de la Ligue des Champions, subjugué par les coups-francs de Juninho et admiratif devant les coups de reins de Karim Benzema. Malheureusement pour moi, mes genoux en carton m’ont empêché de suivre les traces de mes idoles pour écrire l’Histoire. Alors, c’est ici que je vais me charger de vous la raconter.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une