Nous suivre

Roland-Garros 2024

Roland-Garros 2024 : Les résultats du premier jour des qualifications

Tom Compayrot

Publié le

Photo Icon Sport

ROLAND-GARROS 2024 – Aujourd’hui avait lieu à la Porte d’Auteuil le début du premier tour des qualifications, hommes et femmes confondus. Vingt-trois Français étaient engagés. La plupart des wild-cards, féminines comme masculines, sont passées à la trappe.

Enzo Couacaud (n°210) et Manuel Guinard (n°225) furent les premiers qualifiés français de la journée. Le premier est un grand habitué des qualifications de Grand Chelem. Il a déjà réussi à s’extraire de ces dernières à Wimbledon, à l’Open d’Australie et à l’US Open. Mais Roland-Garros est la ligne qui manque à son palmarès. Même s’il a déjà atteint par deux fois le troisième tour (2019 et 2020). Malgré un raté au tie-break du premier set, il a facilement dominé son adversaire du jour, le Coréen Hong (n°191), 6-7 6-2 6-1.

Quant à Manuel Guinard, il a lui aussi dû s’y prendre en trois manches. Dans un duel de cogneurs contre l’Ukrainien Sachko (n°192), c’est lui qui a finalement pris l’avantage 6-4 6-7 6-1. Malgré plus de fautes directes (47) que de coups gagnants (37). « J’essaye de mettre beaucoup d’intensité, d’être un rouleau compresseur […] Normalement j’essaye de faire moins de fautes directes, mais je veux mettre la pression sur l’autre. J’ai envie qu’il se dise « si je fais un coup moyen, je vais me faire atomiser »» a-t-il analysé en zone mixte après la rencontre.



Ils ont été rejoints quelques heures plus tard par Harmony Tan (n°233), qui s’est employée dans un match marathon de plus de 3 heures 30 contre l’Allemande Schunk (n°527). Si bien que la Française a fini en pleurs devant le public du court 14. Des larmes dues au relâchement de tension après ce match éprouvant, mais aussi par rapport à ses derniers mois compliqués. « Je ne m’en sortais pas avec un genou qui était tellement douloureux ces derniers mois. Je ne pouvais pas prendre la raquette sans avoir une douleur… J’avais des douleurs tellement aigües que je n’arrivais pas à jouer, parfois je devais m’arrêter et je pleurais de douleur. » La Parisienne de 26 ans a expliqué que c’était la première fois depuis des mois qu’elle jouait un match aussi long sans avoir mal. Elle a cependant terminé le match touchée par les crampes, et incapable de marcher pendant quelques minutes ensuite. La tâche sera encore plus ardue pour elle au prochain tour. Elle affrontera la tête de série n°2 du tableau féminin, l’Argentine Riera (n°93).



La pluie a bien failli gâcher la fin de journée

Après la victoire de ces trois tricolores, un orage est venu saborder le reste du programme. Les matchs ont été arrêtés pendant plus d’1h30. Autre conséquence, les rencontres prévues sur le Suzanne Lenglen se sont jouées avec le toit fermé. Une première dans l’histoire du tournoi. « Ça n’a pas vraiment changé les conditions de jeu. La seule chose, c’est qu’il n’y a pas de vent du tout, et je trouve qu’on y voit mieux » a confié Lucas Pouille (n°165), officiellement l’un des deux premiers joueurs à inaugurer ce nouveau toit. Il n’a pourtant pas réussi à s’en sortir avec la victoire, et ne reproduira pas l’exploit de l’année dernière. Le Nordiste affrontait possiblement le pire tirage du tableau, à savoir le Serbe Medjedovic (n°134), protégé de Novak Djokovic. Après sa défaite 6-3 7-5, il a conclu : « Je suis tombé sur un adversaire extrêmement fort… Je n’ai pas grand-chose à me reprocher. » Il a aussi dit comprendre la décision de la FFT de ne pas lui accorder de wild-card pour le grand tableau.

Concernant les autres matchs stoppés par la pluie, Geoffrey Blancaneaux (n°277) s’est adjugé le duel franco-français contre Antoine Escoffier (n°232), dans un âpre duel de plus de trois heures. Mais c’est surtout Ugo Blanchet (n°158) qui a profité de la situation. Le Lyonnais s’est offert la grosse performance de la journée en sortant la tête de série n°1, le Chilien Garin (n°112). Il a remporté le dernier set 6-1 juste après l’interruption pluie. Une performance dans la lignée de ses derniers mois, puisqu’il a grimpé de quasiment 200 places en un an. « Au début, j’étais un peu défait [d’avoir tiré Cristian Garin]. Mais après, je me suis dit que je devais de toute façon battre des joueurs de ce calibre-là […] Et puis je relativise en me disant que je suis maintenant 158e, je ne suis pas si loin de joueurs qui sont 100e ou 110e. »

Enfin, Mathias Bourgue (n°289) a dominé la très jeune wild-card Maé Malige (n°739). Il a dû s’employer plus que prévu, puisque le Lyonnais de 18 ans l’a amené au troisième set, pour un score final de 6-4 2-6 2-6. Là aussi, le match a été interrompu par la pluie. Enfin, Benjamin Bonzi (n°172) n’a pas été dérangé par le décalage de son match, qui a débuté à quasiment 20 heures. Il s’est offert l’ex-top 100, le Bolivien Dellien (n°168), là aussi en trois manches 3-6 6-4 6-2. Un bon signe alors que le Toulousain a chuté d’une centaine de places ces derniers mois, manquant cruellement de confiance.

À noter que la grande majorité des victorieux français du jour ont bénéficié d’un soutien inconditionnel du public. Et notamment des groupes de supporters comme la Tribune Bleue, venus en force pour mettre l’ambiance sur le court 14 et ailleurs. Les joueurs ont tous dit apprécier cette énergie en conférence de presse.

Hécatombe chez les wild-cards

Maé Malige n’est pas le seul jeune invité tricolore à avoir fait les frais d’un tableau particulièrement relevé. Les deux collègues de la génération 2005, Gabriel Debru (n°341) et Arthur Gea (n°383) sont tombés contre les têtes de série n°14 et 20, le Monégasque Vacherot et le Sud-Africain Harris. Les deux tricolores sont tombés avec brio, poussant leurs adversaires dans leurs retranchements et passant tout près de l’exploit. Sacha Gueymard Wayenburg (n°482) a aussi subi la loi du plus fort contre l’Italien Gigante (n°137). Côté féminin, les wild-cards ont subi une véritable hécatombe. Les six engagées aujourd’hui ont perdu : Selena Janicijevic (n°218), Manon Leonard (n°283), Jenny Lim (n°499), Astrid Lew Yan Foon (n°601), Sarah Iliev (n°643) et enfin Daphnée Mpetshi Perricard (n°1273).

Dans les autres résultats tricolores, on peut aussi noter les défaites en deux sets secs de Benoît Paire (n°155), Calvin Hemery (n°218), et Carole Monnet (n°194) chez les filles. Ainsi que celle plus accrochée de Matteo Martineau (n°175), contre l’Italien Bellucci. Le bilan total de cette première journée est donc peu réjouissant : 6/15 chez les hommes et 1/8 chez les femmes. Dix-sept autres français seront sur les courts ce mardi, toujours pour le compte du premier tour.

Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *