Nous suivre

Tennis

Coupe Davis 2022 : Grosjean s’appuie sur Monfils et Mannarino

Julien Correia

Publié le

Photo Icon Sport

COUPE DAVIS 2022 – L’équipe de France affrontera l’Équateur à Pau les 4 et 5 mars prochain. Pour cette opposition, Sébastien Grosjean s’est appuyé sur les joueurs en forme du moment.

La France devra passer par un tour qualificatif face à l’Équateur pour atteindre le tour principal de la Coupe Davis. Et pour cette rencontre, le sélectionneur tricolore a annoncé ses choix.

Une sélection logique de la part de Grosjean

Si les choix sont faits pour sans cesse être discutés, ceux de Grosjean ne le seront sans doute pas. En s’appuyant sur Gaël Monfils, Adrian Mannarino, Nicolas Mahut et Pierre-Hugues Herbert, le Marseillais fait confiance aux joueurs en forme en ce moment. Même si la rencontre aura lieu dans un mois et que le sélectionneur aura la liberté de convoquer un 5ème joueur. Quart de finaliste à l’Open d’Australie, Gaël Monfils a particulièrement brillé durant la quinzaine. S’il a été battu à Montpellier sèchement récemment, cela n’a pas influé le choix du sélectionneur pour autant. Adrian Mannarino quant à lui, a éliminé Hurkacz et Karatsev avant de rendre les armes face à Nadal à Melbourne. Enfin on ne présente plus la paire indéboulonnable en double composée de Herbet et Mahut.

Si les Bleus font figures d’archi-favoris, Sébastien Grosjean reste tout de même prudent. « Il ne faut pas sous-estimer notre adversaire. Je ne m’attends pas à une promenade de santé. Ils vont venir sans pression. » Cette sélection fait la part belle à l’expérience, mais le sélectionneur n’oublie pas pour autant les jeunes. « Pour l’instant, les jeunes doivent gagner en constance. Il faut leur laisser du temps, les accompagner et les encourager. » Encouragés, les Bleus le seront au Palais des Sports de Pau afin d’atteindre le tour principal de la compétition.


Journaliste/rédacteur depuis janvier 2019 - Tombé dans le monde du ballon rond étant petit, j’aurais pu devenir pro sans ces foutus ligaments croisés. Défilant sur les champs (mais pas Elysées) en 98, j’ai été bercé par les exploits de Mister George, piqué par la technique du Snake, grandi avec Captain Rai et Ronnie, mûri avec Pauleta et Edi. Mais Ibracadabra, je suis désormais reconverti en runner/traileur. Moins rapide que Bolt et moins endurant que Jornet, c’est donc plume à la main que je partage les exploits de ces athlètes !

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une