Nous suivre

Tennis

Bilan ATP 2021 : Djokovic toujours au sommet, mais ça pousse derrière

Sébastien Gente

Publié le

Bilan ATP 2021 Djokovic toujours au sommet, mais ça pousse derrière
Photo Icon Sport

TENNIS – La saison est désormais terminée, et Dicodusport vous propose de revenir sur les grands moments de celle-ci. Coup de projecteur sur le circuit masculin, où Novak Djokovic a dominé la majeure partie de la saison. Mais son rêve de Grand Chelem s’est évanoui en fin d’année, et ses rivaux prennent de plus en plus confiance.

Le n°1 mondial : Novak Djokovic

On y a cru. On a cru que Novak Djokovic allait réussir le premier Grand Chelem calendaire depuis Rod Laver en 1969. Après un Open d’Australie maitrisé, il a remporté Roland-Garros pour la deuxième fois, après notamment une victoire d’anthologie contre Rafael Nadal en demi-finale. Pas inquiété à Wimbledon, il s’est présenté aux Jeux Olympiques en tant qu’archi-favori, afin de réaliser le « Grand Chelem doré » (les quatre tournois majeurs + les Jeux Olympiques).

Mais en demi-finales, il a complètement craqué alors qu’il avait le match en main face à Alexander Zverev. Reparti bredouille de Tokyo, il a pris sa revanche sur l’Allemand en demi-finale à New York. Mais il n’a pas su contrôler ses émotions en finale face à Daniil Medvedev et est passé à côté d’une occasion unique de réaliser une performance rare. Le Serbe a néanmoins repris son tennis en main en remportant le Masters 1000 de Bercy, devenant à cette occasion le recordman de titres dans cette catégorie de tournois (37). Désormais titulaire de 20 Grands Chelems (à égalité avec Federer et Nadal), il aura de nouveaux challenges à relever en 2022. Son année reste exceptionnelle, puisqu’il termine n°1 mondial pour la sixième fois, mais elle garde un goût d’inachevé.

Les tauliers du circuit

Le principal rival du Serbe se nomme bien évidemment Daniil Medvedev. Solide n°2 mondial, le Russe a enfin décroché le titre du Grand Chelem qui manquait à son palmarès lors de l’US Open, privant Djokovic du Grand Chelem, et prenant sa revanche après sa défaite en finale de l’Open d’Australie. Il a clairement franchi un cap à New York, ne perdant qu’un seul set pendant le tournoi et montrant une supériorité indéniable sur tous ces adversaires, comme lors de sa victoire au Masters 1000 de Toronto. Medvedev se positionne en principal challenger de Djokovic pour les saisons à venir, et peut espérer être celui qui déboulonnera le Serbe de son piédestal.

Alexander Zverev est l’autre grand rival du n°1 mondial. Même s’il n’a toujours pas de Grand Chelem à son palmarès, il est le joueur qui a remporté le plus de tournois en 2021 (six), dont deux Masters 1000, les Jeux Olympiques et les Masters, battant coup sur coup Djokovic et Medvedev pour soulever ce trophée pour la seconde fois. Sa constance sur toutes surfaces et son service ravageur sont ses principaux atouts, et il ne lui manque plus qu’un sacre en tournoi majeur pour se positionner comme le troisième homme officiel du circuit.

Derrière ce trio, Stefanos Tsitsipas a connu une première partie de saison de haut niveau, avec notamment sa première finale en Grand Chelem à Roland-Garros, battant Medvedev puis Zverev avant de mener deux sets à zéro en finale face à Djokovic. La suite de saison est moins glorieuse, puisqu’il n’a remporté aucun tournoi après juin. Matteo Berrettini a lui aussi disputé sa première finale en Grand Chelem à Wimbledon, et confirmé sa place dans le top, à l’instar d’Andrey Rublev, double finaliste en Masters 1000 et 5ème mondial en fin de saison.

Les révélations

La sensation de l’année se nomme Casper Ruud. 27ème mondial fin 2020, le Norvégien est désormais 8ème grâce à cinq titres cette saison, dont quatre sur terre battue, et deux demi-finales en Masters 1000. Il devra toutefois franchir un cap en Grand Chelem, puisqu’il n’y a atteint qu’une seule fois les 8èmes de finales.

Le Polonais Hubert Hurkacz a confirmé son titre surprise à Bercy en 2020 avec un titre au Masters 1000 de Miami et une 1/2 finale à Wimbledon, après avoir fait tomber Roger Federer en quart. S’il est encore un peu irrégulier, il progresse rapidement et tentera de maintenir sa position dans le top 10. Sa victime en finale à Miami, l’Italien Jannik Sinner a lui aussi réussi une saison exceptionnelle, avec quatre titres et beaucoup de promesses. S’il n’a toujours pas remporté son premier titre sur le circuit, le Canadien Félix Auger-Aliassime a terminé en boulet de canon, avec une 1/2 finale à l’US Open et une 11ème place finale.

Aslan Karatsev, sorti de nulle part, a choqué le circuit en atteignant les 1/2 finales à l’Open d’Australie en février, ce qui l’a ancré dans le top 20, tout comme le Chilien Cristian Garin, en constante progression. A 18 ans, Carlos Alcaraz a fait parler de lui en renversant Tsitsipas lors de l’Us Open, où il a atteint les 1/4 de finale. On peut également mentionner Alejandro Davidovich Fokina et Marton Fucsovics, quart de finalistes respectivement à Roland-Garros et Wimbledon, ainsi que Cameron Norrie, sensationnel vainqueur à Indian Wells.

Les interrogations

La première interrogation se nomme bien évidemment Roger Federer. L’année du Suisse a été compliquée, avec pour seul fait d’arme un quart de finale à Wimbledon, avant une blessure au genou qui a mis fin à sa saison. À 40 ans, sa carrière est en suspens, et même si par moments, on l’a vu évoluer à un niveau respectable, la fin est proche pour l’ancien n°1 mondial. On sait déjà qu’il ne disputera pas l’Open d’Australie en janvier.

Son meilleur ennemi, Rafael Nadal, est également dans l’expectative. Après un dixième titre au Masters 1000 de Rome, l’Espagnol est arrivé en tant que grand favori pour décrocher un 14ème sacre Porte d’Auteuil. Mais il a cédé en demi-finales face à Djokovic, et sa saison s’est quasiment arrêtée net, puisqu’il n’a disputé qu’un seul tournoi par la suite, avant de mettre fin à son année à cause d’une blessure au pied. Le temps fait son œuvre sur Nadal, qui a du mal à imposer son physique à 35 ans. Il sera bien à pied d’œuvre pour le début de saison.

Alors qu’il était considéré comme le leader de la nouvelle génération, Dominic Thiem a complètement disparu des radars en 2021. Sorti d’entrée à Roland-Garros, il a arrêté sa saison avec effet immédiat, à cause d’une blessure au pied et d’un mental suspicieux. On attend également des nouvelles de Stan Wawrinka, porté disparu depuis l’Open d’Australie, ainsi que d’Andy Murray, dont la tentative de comeback est peu fructueuse jusqu’ici.

La saison des Français

Neuf Français sont présents dans le top 100 en cette fin de saison. Le plus illustre d’entre eux est bien évidemment Gaël Monfils, 21ème, qui n’a pourtant pas connu une saison formidable, avec une finale à Sofia comme moment culminant. Il s’agit cependant de la 17ème saison d’affilée où il dispute une finale, record partagé avec Federer et Nadal.


Les autres « anciens » Tricolores ont également été peu performants cette saison. Benoît Paire n’a pas franchi le 1er tour en Grand Chelem cette saison, et n’a brillé que lors du Masters 1000 de Cincinnati (1/4 de finale). Adrian Mannarino a effectué une saison anonyme, avec trois matchs remportés en Grand Chelem et un seul en Masters 1000. Quant à Richard Gasquet, il a vu sa saison perturbée par les blessures et n’a pas remporté beaucoup de matchs, même en s’inscrivant dans des tournois de moindre importance.

Deux grosses satisfactions sont néanmoins à retirer de cette saison chez les Français. Ugo Humbert a remporté le troisième et plus grand titre de sa carrière lors du tournoi 500 de Halle sur gazon (le seul titre français sur le circuit cette saison), et s’est hissé à la 35ème place mondiale, confirmant son statut de grand espoir tricolore. Arthur Rinderknech, inconnu en début de saison, a déboulé dans le top 100 (58ème), grâce à plusieurs quarts de finale ATP et de bons résultats sur le circuit inférieur.

La révélation de la saison dernière, Hugo Gaston, a eu du mal à confirmer son statut, mais a toutefois disputé sa première finale sur le circuit à Gstaad, et a conclu sa saison par un magnifique 1/4 de finale à Bercy. Quant à Benjamin Bonzi et Corentin Moutet, ils sont encore jeunes et leurs meilleures années sont devant eux, mais ils devront singulièrement hausser leur niveau de jeu pour quitter leur statut d’espoir.

Quelle saison 2022 ?

A 34 ans, Novak Djokovic est encore en mesure de dominer le circuit la saison prochaine. Mais la concurrence devrait arriver encore plus affûtée, au vu de la fébrilité affichée par le n°1 mondial en fin de saison. Daniil Medvedev et Alexander Zverev semblent proches de leur potentiel maximal, et ils seront clairement les deux grands rivaux du Serbe en cette saison 2022. On pourrait assister à la fin d’une ère, avec éventuellement les derniers matchs de Roger Federer voire de Rafael Nadal, et Djokovic devrait rester le dernier rempart de l’ancienne génération à pouvoir empêcher la prise de pouvoir de la « Next Gen ». Quoi qu’il en soit, la saison s’annonce compliquée pour les Tricolores, puisque outre Monfils et Humbert, peu de joueurs semblent avoir le niveau nécessaire pour rivaliser avec les meilleurs.


John Stockton, Gianni Bugno, Zinedine Zidane, Steffi Graf, Frode Andresen, Stéphane Stoecklin, Davis Kamoga, Primoz Peterka, Werner Schlager et Aurélien Rougerie. Point commun entre ces sportifs? Ils m'ont fait rêver et ont bercé mon adolescence. Je suis un fondu de sports et j'essaie de retranscrire ma passion à travers mes articles. Originaire du Périgord, ma passion pour les Girondins, les Jaunards et les Jazzmen transpire dans mes écrits.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une