Nous suivre

Basket-ball

JO Tokyo 2020 – Basket-Ball : les notes des Bleus face à la Slovénie

Publié

le

JO Tokyo 2020 - Basket-Ball : les notes des Bleus face à la Slovénie
Photo Icon Sport

JO TOKYO 2020 – BASKET-BALL – L’équipe de France a battu la Slovénie 90-89. Voici les notes des Bleus sur cette demi-finale des JO de Tokyo.

Nicolas Batum (6,5) : Un match assez décevant mais un money-time incroyable pour Batum. Avec son contre lebronesque au buzzer, « Nico a fait du Batman » comme l’a dit Evan Fournier. Pourtant, l’ailier des Clippers n’a pas fait un match incroyable offensivement, avec seulement 3 points à 1/5 au tir. Mais on se souviendra tous de ce contre mythique, qui restera dans la légende de l’olympisme français, ainsi que de son travail tout-terrain sur Doncic durant le match.

Nando De Colo (8) : 25 points, 7 rebonds, 5 passes, un match XXL de Nando de Colo face à la Slovénie. Agressif offensivement avec 9 fautes provoquées, il a su être efficace au tir en finissant à 47% au tir. En défense ce fut plus compliqué à l’image de l’ensemble de l’équipe, notamment quand il a fallu défendre sur Doncic.

Evan Fournier (7,5) : Vavane a prévenu, il ne faudra pas que France TV zappe sur de l’équitation pendant la finale des Bleus. Le dégarni de Charenton a de nouveau porté les siens sur cette demi-finale avec 23 points dont 4 bombes derrière l’arc. Malgré un passage en force évitable sur la dernière possession française, Evan Fournier aura encore été le taulier attendu pour l’Équipe de France. On espère qu’il fera encore mieux en finale face aux Américains.

Guerschon Yabusele (4) : On est toujours mitigés sur les prestations de Guerschon. Sa contribution offensive est toujours aussi faible avec 9 points à 38% au tir et 33% a distance. Son +/- est de – 5 sur ses 24 minutes sur le terrain, et il ne prend que 4 rebonds sur l’ensemble de sa prestation. Alors il amène du muscle, de la défense et de l’énergie mais on le sent trop limité pour apporter plus que cela.

Rudy Gobert (6) : À son actif, 16 rebonds et 4 contres importants pour peser dans ce match. Si Rudy nous a excité avec ses beaux gestes défensifs, il nous a aussi frustrés à quelques reprises. Quelques rebonds offensifs laissés trop facilement aux Slovènes, 50% de lancers réussis seulement et seulement 9 points marqués à 3/8 au shoot. Allez, on retiendra le positif mais il faudra que Gobzilla soit à un niveau supérieur pour pouvoir concurrencer la Team USA sur cette finale des JO de Tokyo.

Timothé Luwawu-Cabarrot (7) : « No, I don’t want no scrubb ». Sur ce match, TLC n’aura clairement pas été un boulet pour les Bleus, bien au contraire. Avec de grosses séquences défensives en aide sur Luka et une très belle prestation offensive, Timothé aura été la belle surprise sortie du chapeau de Vincent Collet. En 21 minutes de jeu, il a scoré 15 points à 6/10 au tir dont 3/4 derrière l’arc.

Thomas Heurtel (3) : Personne n’a demandé le short de Thomas Heurtel aujourd’hui et on peut le comprendre vu le match décevant du français. Imprécis offensivement (29% au tir) avec des choix offensifs discutables, Heurtel n’aura pas été au niveau attendu face aux Slovènes. Vincent Collet l’a compris et ne l’a fait jouer que 14 petites minutes, signe du match moyen de l’arrière madrilène.

Moustapha Fall (5) : 9 petites minutes pour le pivot français qui ont permis à Rudy Gobert de souffler. Pas vraiment époustouflant mais il n’était pas là pour faire le show, juste pour amener de la taille dans la raquette et choper quelques rebonds. Mission réussie.

Franck Ntilikina (2) : 0/4 au tir, 0/2 à 3 points et donc un match fini avec un beau quintuple-double pour Frank Ntilikina : 0-0-0-0-0. Ok on est durs car Franky n’a joué que 7 minutes mais ce n’est pas ce genre de prestation qui lui assurera un contrat NBA l’an prochain.

Coach Vincent Collet (8) : Il a bien su adapter le temps de jeu de ses joueurs en fonction de leurs performances, en accordant notamment plus de temps de jeu à Luwawu-Cabarrot qu’à Heurtel par exemple. Il a joué un peu plus small-ball qu’à l’accoutumée et a chargé Nico Batum de défendre sur Doncic, ce qui a plutôt été convaincant vu l’efficacité moindre du Slovène au tir.

À lire aussi


Journaliste/rédacteur depuis septembre 2015 - Ma définition du bonheur ? Une galette-saucisse au Roazhon Park ou un café devant un Lakers/Celtics au petit matin. Fidèle membre de la team insomniaque de la rédac, j’ai le pouvoir de rester éveillé jusqu’à l’aube pour faire vivre aux lecteurs ma passion du sport. Ainsi, j’écris principalement sur la NBA, le biathlon, le cyclisme ou encore la F1. Comptez dans mes exploits sportifs le fait d’avoir fait gagner le Tour de France 2018 à Tony Gallopin sur Pro Cycling Manager, ou encore d’avoir mené l’équipe nationale de Bretagne en finale de Coupe du monde sur Football Manager.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une