Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA : Au Madison Square Garden, une atmosphère de playoffs retrouvée

Publié

le

NBA : Au Madison Square Garden, une atmosphère de playoffs retrouvée
Photo Icon Sport

NBA 2020/21 – Après un premier match à domicile perdu au buzzer, les Knicks se devaient de dominer les Hawks sur le Game 2. C’est chose faite pour la franchise de New York (102-91), qui a pu compter sur le soutien d’un public en folie. Le Madison Square Garden a rugi, que ce soit pour huer Trae Young ou pour célébrer les paniers des Knicks. Et ce pour la première fois depuis bien longtemps.

Les Knicks se sont réveillés. Sûrement encore sonnés par le splendide game-winner de Trae Young lundi, les coéquipiers de Julius Randle avaient pourtant bien mal commencé leur match. Celui-ci justement a encore une fois été parfaitement contenu par la défense d’Atlanta. Si bien que son compteur ne s’élevait qu’à 2 points à la mi-temps, tandis que son équipe était menée de 13 points.

Sous l’impulsion d’un Madison Square Garden en feu et d’un Derrick Rose qui s’est trouvé une deuxième jeunesse, les Knicks sont ensuite revenus au score à la fin du troisième quart-temps. Dans le quatrième quart-temps, quelques rebonds offensifs d’un impressionnant Taj Gibson suivis de trois points du sniper Reggie Bullock et la remontada était complétée. Les Knicks s’imposent finalement 101-92 en finissant par un 10-1. Trae Young, lui, en a pris pour son grade après la célébration insolente de son game-winner lundi. Le meneur d’Atlanta a été hué, chahuté et insulté par un public électrisé par la remontée de son équipe. Le genre d’ambiance absente depuis plus d’un an et qui manquait à tous les fans de NBA.

Fin d’une longue série

Pour les fans des Knicks, cette affiche de playoffs est d’autant plus excitante que leur franchise n’a plus atteint les phases finales depuis 2013. À l’époque, Carmelo Anthony était le leader d’une équipe qui a terminé deuxième de la conférence Est. Leur défaite au second tour face aux Pacers fut une déception. S’en sont suivies plusieurs saisons à végéter dans les bas-fonds des classements. Les Knicks (7) étaient avec les Suns (10) et les Kings (record avec 15) une des franchises avec le plus de saisons d’affilée sans playoffs.

Pendant ces années de disette, les coachs se sont succédés à la tête des Knicks. Derek Fisher, Jeff Hornacek, David Fizdale et Mike Miller auront essayé. Aucun d’eux n’a dépassé les 40% de victoires et la 11ème place de l’Est. Il aura fallu attendre l’intersaison 2020 pour qu’un héros du nom de Tom Thibodeau vienne sauver la franchise new-yorkaise. Embauché en juillet avec comme tâche de « construire un plan pour restaurer la compétitivité des Knicks », l’ex-coach des Bulls de Derrick Rose n’a pas eu besoin de bien longtemps pour y arriver. Quatrièmes à l’Est, les Knicks ont surpris beaucoup de monde cette saison. Ils sont allés chercher l’avantage du terrain avec cette place au pied du podium. Nul doute que la promesse d’un Madison Square Garden rempli de fans pour les playoffs a dû les motiver.

Un public à 90% vacciné

15.000 fans des Knicks étaient présents au Madison Square Garden cette nuit, soit 75% de la capacité de l’arène. Si un public aussi nombreux a pu se réunir, c’est que les autorités se sont assurées du faible risque sanitaire. Et pour cause, 90% du public présent était vacciné contre le Covid-19. Peu étonnant quand on sait que les trois-quarts des adultes ont reçu au moins une dose dans le quartier de Manhattan. Les 10% restants étaient répartis dans des sections à part, où masque et distanciation sociale étaient obligatoires. Ainsi, les fans ont pu tout donner pour supporter leur équipe, comme avant.

Dans ces playoffs, peu d’autres équipes peuvent compter sur un public aussi nombreux et motivé. Sur le premier tour, le Madison Square Garden compte parmi les enceintes qui peuvent accueillir le plus de fans. En comparaison, les fans de Denver ont été deux fois moins nombreux (7.750) tandis que ceux des Lakers seront quasiment trois fois moins nombreux (6.000). Selon la NBA, le calcul se fait « selon une variété de facteurs et selon des directives locales, qui varient d’un État à un autre. » De quoi poser des questions sur l’équité de la situation. Des questions que les fans des Knicks, eux, ne se posent pas, et à raison.


Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une