Nous suivre

NBA 2020-2021

NBA : Qui est Jalen Suggs, potentiel Top 3 de la draft 2021 ?

Tom Compayrot

Publié le

Photo Michael Conroy / AP Photo

NBA Draft 2021 – Si le premier choix de la prochaine draft semble indiscutablement se diriger vers Cade Cunningham, d’autres joueurs se disputent les premières places. Jalen Suggs, meneur d’1m93, est un sérieux candidat à un podium de draft au même titre qu’Evan Mobley. Qui est-il, quel est son parcours, quelles sont ses qualités ? Voici notre focus sur un des meilleurs prospects de la Draft 2021. 

Jalen Suggs est un jeune joueur de 19 ans, venu au monde le 3 juin 2001 à Saint-Paul (Minnesota). Il est de la même génération que les LaMelo Ball, Anthony Edwards et autres Killian Hayes. Suggs est né dans une famille de sportifs professionnels, surtout du côté de son père Larry. Celui-ci était un athlète local, tandis que son cousin Terrell Suggs était un joueur de NFL (Défenseur de l’année en 2011 et double-vainqueur du Super Bowl) et que son autre cousin Eddie Jones était joueur de NBA (14.000 points en carrière et triple All-Star avec les Lakers et Hornets). D’autres membres de la famille Suggs ont joué au basket au niveau universitaire. Jalen a donc grandi dans un environnement qui l’a poussé à se diriger vers le sport de haut niveau.

Jeunesse et scolarité

C’est dans son Minnesota natal qu’il se lance dans cette voie. Mais alors qu’il y rejoint un lycée catholique, il hésite encore au moment du choix de son sport. En plus d’être une excellente recrue au basket, Suggs est en effet un remarquable joueur de football américain. Quarterback de formation – ce qui l’aide dans sa vision de jeu au basket – il a été une recrue 4 étoiles et a mené son équipe au titre d’État. Jusqu’à très tard, son cœur a balancé entre les deux sports.

[Au moment de faire un choix], c’était horrible. Pendant ma dernière saison de football américain, à chaque fois que j’étais sur le terrain je me disais « J’ai pas envie de laisser ça ». J’étais pas prêt à abandonner ce sport. Donc j’ai eu une longue discussion avec mon père. On a pesé le pour et le contre. Finalement, on a décidé que pour moi et pour ma famille, il fallait que je me concentre sur le basket. Il y avait beaucoup d’émotion parce que je m’apprêtais à abandonner un sport que j’ai adoré.

En 2020, après avoir été élu joueur de football américain de l’année dans le Minnesota, Suggs se lance donc à 100% dans le basket. À 18 ans, au moment de quitter le lycée pour l’université, il reçoit des offres de grosses facs du pays comme Georgia, Michigan State, Florida State ou Gonzaga. C’est cette dernière qu’il va choisir pour effectuer son année 2020/21, son unique saison en université.

Son parcours à Gonzaga

Quand Jalen Suggs accepte l’offre de Gonzaga le 3 janvier 2020, il devient la meilleure recrue de l’histoire de l’université. Jamais la fac – qui a pourtant déjà formé des joueurs comme John Stockton, Domantas Sabonis ou Rui Hachimura – n’avait accueilli une recrue placée aussi haut dans les classement nationaux. Ce n’est pourtant pas pour autant que Suggs va être au centre de l’équipe des Bulldogs. Il est en effet placé dans un effectif qui vient de finir premier de sa conférence pour la quatrième année de suite. Des joueurs comme Corey Kispert (4ème année, 13.9pts par match la saison précédente), Joel Ayayi (3ème année, 14.5pts par match) ou Drew Timme (2ème année, 19.1pts par match) sont déjà bien installés. Suggs arrive dans une équipe parfaitement organisée, avec un jeu léché et des rôles bien définis. À lui de trouver sa place.

Ce qu’il fait dès son premier match. Pour sa première au niveau universitaire, le jeune meneur plante 24 points, 4 rebonds et 8 passes à 9/15 au tir. Il se montre auprès de ses nouveaux coéquipiers et des recruteurs NBA. Sa saison sera une succession de performances remarquables, sans pourtant prendre trop de place ni trop en faire. Ainsi, il termine la saison régulière à 14.4 points, 5.3 rebonds, 4.5 passes et 1.9 interceptions de moyenne à 50% au tir et 34% de loin. Les Bulldogs de Gonzaga sont invaincus et arrivent au tournoi final pleins de confiance. L’équipe passe étape après étape et Suggs enchaîne les bonnes performances jusqu’à réussir un exceptionnel buzzer-beater du milieu de terrain en demi-finale face à UCLA. Ils échouent cependant en finale malgré un bon match de Suggs (22 points à 8/15 au tir). Ce dernier remporte plusieurs récompenses individuelles à la fin de la saison et annonce le 19 avril 2021 se présenter à la Draft NBA.

Points forts et points faibles

Jalen Suggs est un meneur d’1m93 pour 93kg qui peut aussi jouer arrière. Il est très athlétique et monte facilement à l’arceau grâce à un premier pas tranchant. Son énergie sur le court est remarquable, autant en défense qu’en attaque. Il est un des meilleurs intercepteurs de NCAA. Près du panier, Suggs est un excellent finisseur qui profite de son très long hang time pour ajuster ses lay-ups. Son jeu de passe est brillant, surtout en transition. Il voit vite le jeu et voit quel coéquipier est dans la meilleure position pour marquer. Son passif de quarterback en football américain y est sûrement pour beaucoup. Au niveau de la mentalité, c’est un joueur intelligent qui ne va pas forcer ses tirs s’ils ne rentrent pas. C’est ainsi qu’il s’est parfaitement intégré à Gonzaga. Suggs a déjà fini plusieurs matchs de NCAA avec moins de cinq tirs tentés, chose beaucoup plus rare chez un Cade Cunningham. S’il fallait décrire les points forts de Jalen Suggs en trois mots, ce serait : athlétisme, vision de jeu et polyvalence.

Parmi ses défauts, il faut noter que son tir à distance doit encore être travaillé. Son pourcentage de 33.7% à 3pts n’est pas suffisant. Même chose pour le pourcentage aux lancers-francs (76.1%). Suggs perd aussi beaucoup de ballons (2.9 par match), même s’il compense avec ses interceptions. Ce sont des statistiques sur lesquelles il va devoir beaucoup travailler pour les améliorer, étant donné que les défenses en NBA seront bien plus pesantes qu’elles ne le sont en université. Suggs peut aussi passer des matchs trop en retrait pour un joueur de son calibre. Il va devoir plus s’affirmer s’il veut performer dans la grande ligue.

Pour en savoir plus sur le profil du joueur, nous ne pouvons que vous conseiller d’écouter le podcast d’Envergure, média référence sur le basket universitaire.

Un futur grand en NBA ?

Jalen Suggs est annoncé comme un top 3 de la Draft qui va se tenir le 29 juillet prochain. Il est, derrière Cade Cunningham, le meilleur meneur de cette cuvée. Son profil est comparé à des joueurs accomplis de NBA comme Jrue Holiday, John Wall ou anciennement Jason Kidd. Il va donc intéresser nombre de franchises. Reste à savoir laquelle sera la mieux positionnée pour le choisir.

Le choix de Suggs de rejoindre Gonzaga l’année dernière a montré un souhait de se mettre au service de son équipe. Il n’a pas voulu choisir une plus petite université, où il aurait sûrement eu de meilleures statistiques individuelles étant donné son talent. La situation parfaite pour lui serait ainsi d’intégrer une franchise stable et qui a un plan à long-terme. Il est probablement un peu tôt pour mettre Suggs aux commandes d’une équipe. Il ne devrait avoir aucun mal à sortir du banc pour dynamiser l’équipe de remplaçants. Le mieux serait qu’il soit épaulé d’un meneur vétéran pour l’accompagner dans son apprentissage en NBA. Il pourrait atterrir aux côtés de Collin Sexton à Cleveland ou de retour dans son Minnesota natal aux côtés de Ricky Rubio et d’Angelo Russell. Des équipes qui jouent un jeu rapide comme le Thunder ou les Rockets pourraient aussi plus convenir à son style de jeu. La liste des franchises dans lesquelles Suggs pourrait facilement s’intégrer est donc longue. Ce qui est bon signe pour son avenir en NBA.


Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une