Nous suivre

Actualités

NBA Time #7 : la west side story

Klay

Publié

le

Tous les jeudis, retrouvez un point sur l’actualité de la NBA. Cette semaine, cap vers l’ouest dans une conférence dynamique, qui s’est renforcée lors de la dernière inter-saison et qui offre, cette année encore, un spectacle et des performances étourdissants. Alors que deux franchises dominent de la tête et des épaules les débats, le reste est indécis et la lutte pour les play-offs devraient nous tenir en haleine jusqu’à la fin de la saison régulière.

Quand on parle de la Côte Ouest des Etats-Unis, on pense tout de suite à la Californie, Los Angeles, la Silicon Valley, Las Vegas. Dans l’histoire de la NBA, la franchise majeure demeure les Los Angeles Lakers sacrés à seize reprises et trente-et-une fois finalistes. Depuis vingt ans, la donne a quelque peu changé. Les Lakers partagent le trône avec les San Antonio Spurs, avec cinq titres de champion chacun entre 1999 et 2014. Sur les seize titres décernés entre ces dates, onze ont donc été remportés par des franchises de l’Ouest – Dallas s’étant immiscé en 2011 parmi les deux épouvantails – les cinq autres vainqueurs étant des équipes de l’Est : Miami à trois reprises, Detroit et Boston. Ces trois dernières années, la NBA a pris un virage radical. Les Lakers et les Spurs ont laissé place à une nouvelle forme de domination. Cette domination a un nom : Golden State Warriors et pour résumer l’équipe de la Baie de San Francisco c’est une défense de fer qui « switch », menée par un intérieur de petite taille, Draymond Green – élu meilleur défenseur de la Ligue en 2017 après avoir terminé à la deuxième place les deux années précédentes – une attaque de feu avec son duo de « Splash Brothers » : Stephen Curry – double MVP en 2015 et 2016 – et Klay Thompson qui mise tout sur le jeu en transition et le tir primé, de l’extra-passe et des écrans qui arrivent de toutes parts. Rejoints depuis deux saisons par le MVP 2014, l’un des meilleurs joueurs de sa génération, Kevin Durant, les Warriors sont au sommet de la NBA maintenant et les records tombent du côté d’Oakland. Deux titres et trois finales en trois saisons, un effectif qui se renforce d’une année sur l’autre, seuls Cleveland et LeBron James ont réussi à les battre sur une série de play-offs. Qui sera en mesure de les faire chuter cette année ?

A cette question, la réponse la plus évidente semble être Houston. En effet, les Rockets sont, à l’heure actuelle, en tête de la NBA. Avec 53 victoires en 67 matchs (contre 51 succès pour Golden State), ils affichent le meilleur bilan de la Ligue et James Harden en est le garant. Le meilleur scoreur, qui devrait remporter – enfin – le titre de MVP cette saison et qui a vu l’arrivée de Chris Paul à ses côtés, veut conduire sa troupe jusqu’au bout, jusqu’au titre suprême. Derrière les deux géants de la saison, la bataille fait rage. Dans cette course magnifique, les Spurs sont en chute libre. Sans leur leader Kawhi Leonard et malgré un effectif expérimenté, la mayonnaise ne prend plus. Minnesota et Oklahoma City avaient de bonnes têtes de trublions dans cette conférence après leur renforcement massif de cet été, mais, la blessure de Jimmy Butler chez les premiers, et une incapacité à être régulier sur la longueur pour les seconds ont fait qu’ils se trouvent, à moins de quinze rencontres de la fin de la saison, dans un paquet de huit équipes qui se tiennent en quatre victoires. Seulement, parmi ces huit franchises, deux seront les « couillons »Au rythme où ils avancent depuis quelques semaines, Portland – 10 victoires de rang – New Orleans – 11 victoires lors des 13 dernières rencontres – et Utah – 7 succès série en cours – ne devraient pas faire partie de ces deux équipes qui seront déçues au moment de faire les comptes en avril. Emmenées par Damian Lillard et Anthony Davis qui sont, depuis le All-Star break, probablement les deux meilleurs joueurs de la NBA, les deux premières franchises filent vers la post-saison. Pour ce qui est du Jazz, sans leur pivot français Rudy Gobert durant plusieurs semaines, personne ne donnait cher de leur peau, mais maintenant les cartes ont été redistribuées et tant que le rookie Donovan Mitchell continuera d’évoluer à ce niveau, rien ne semble pouvoir les arrêter. Enfin, l’autre franchise de Los Angeles, les Clippers et les Denver Nuggets clôturent cette liste. Toujours en vie dans cette course, tous les espoirs leur sont permis. 

Alexandre Toussaint


Clique pour commenter

Poster un Commentaire

avatar
  S'abonner  
Me notifier des

Fil Info

Actus à la une