Nous suivre

NBA 2023-2024

Bilan NBA 2024 : Shai Gilgeous-Alexander au sommet avec le Thunder

Paul Lalevee

Publié le

Bilan NBA 2024 Shai Gilgeous-Alexander au sommet avec le Thunder
Photo Icon Sport

SAISON NBA 2023-2024 – C’est déjà la fin de la saison régulière en NBA. Alors que les Finales ont déjà débuté, la plupart des équipes est en vacances pour les six prochains mois. L’heure est donc venue de faire le bilan de la saison de ces franchises. Aujourd’hui, place à une équipe qui a impressionné, portée par un génial soliste en la personne de Shai Gilgeous-Alexander.

Ce qu’il faut retenir de la saison du Thunder

Surprenante, impressionnante. Les qualificatifs manquent pour caractériser la saison du Thunder et celle de Shai Gilgeous-Alexander. Pour sa 6e saison dans la Ligue, le Canadien est tout simplement devenu l’un des tous meilleurs joueurs NBA. Il a d’ailleurs logiquement été nommé dans le Top 3 du Most Valuable Player et dans la All-NBA First Team (pour la deuxième fois). Excellent meneur d’hommes, SGA a porté une bande de jeunes qui a brillé tout au long de la saison.

Jalen Williams s’est révélé (on reparlera de lui plus tard), Chet Holmgren, après une année sans match, aurait pu être élu Rookie de l’année si un extraterrestre du nom de Victor Wembanyama n’avait pas croisé son chemin. 1e aux contres et à la réussite à 3 points, l’équipe du Thunder a proposé un basket altruiste, basé sur un jeu de passes sublimé par Shai. Seule petite déception, l’arrivée de Gordon Hayward à l’hiver. Il devait apporter son expérience aux jeunes pousses, il n’en a rien été. 14e en 2021-2022, 10e en 2022-2023, 1er en 2023-2024 : la progression d’OKC a surpris tous les observateurs NBA.



En Playoffs, les Pelicans n’ont été qu’une simple formalité (4-0). Mais la marche était trop faute face à Dallas, plus expérimenté. Le Thunder s’est incliné 4-2 en demi-finales de Conférence. Une frustration après une saison à 57 victoires mais guise d’espoir pour l’ensemble de l’effectif.



Notre prévision en début de saison : 8e  / Classement final : 1er


Le MVP : Shai Gilgeous-Alexander

Titulaire au All-Star Game, Top 2 au MVP. 30,1 pts, 5,5 rebonds, 6,2 passes, 2 interceptions. À 25 ans, Shai Gilgeous-Alexander est entré de plein fouet dans le club des tous meilleurs joueurs NBA. Il était tout proche d’être le deuxième Canadien élu MVP après Steve Nash (2005, 2006). Ses performances cette saison ont toutes été plus extraordinaires les unes que les autres. Il a joué 75 matchs, il a inscrit 30 points à 52 reprises, donc 6 fois plus de 40 points. Le jeu NBA en 2024 est essentiellement basé sur le tir extérieur. Mais Shai est l’antithèse de la star forte à 3 points. Il prend 19,8 tirs en moyenne par match, et 16,2 le sont à 2 points.

Mais il est impossible de catégoriser Shai à ses statistiques offensives. Il fait partie des tous meilleurs défenseurs de la Ligue sur les postes extérieurs. 7e au classement du Défenseur de l’année, il a largement contribué à faire d’OKC la 4e défense de la NBA. Alors que son contrat prend fin en 2027, une prolongation est déjà évoquée à l’été 2025. Et c’est Bobby Marks, expert du salary cap, qui a dévoilé le chiffre : Shai Gilgeous-Alexander, grâce à sa 2e nomination dans la All-NBA First Team, pourrait toucher plus de 80 millions de dollars la saison en 2030 !

Le MIP : Jalen Williams

Derrière SGA, Jalen Williams est devenu l’un des hommes les plus importants du collectif du Thunder. Deuxième scoreur de l’équipe (19 points par match, + 5 points en un an), le 12e choix de la Draft 2022 n’a cessé de progresser cette saison. 15,5 points en octobre, 17,9 en novembre, 18,8 en décembre, 19,9 en janvier, 22,3 en février, le joueur de 23 ans a trouvé un nouveau rôle. Alors qu’il n’y avait pas de véritable ailier fort cette saison, et malgré sa taille d’1,98m, Jalen Williams a défendu sur de nombreux postes 4 adverses, grâce à sa musculature et son sens de sacrifice. 4e au classement du Most Improved Player, il a également été très décisif en fin de match : 7,1 points de moyenne sur les 12 dernières minutes des matchs, avec 55 % de réussite à trois points.

Le DPOY : Luguentz Dort

Depuis des années, Luguentz Dort est considéré comme un des tous meilleurs défenseurs NBA. En 2022, Luka Doncic déclarait à son propos : « Il est l’un des trois meilleurs défenseurs de la NBA. C’est vraiment difficile de jouer contre lui« . Deux ans plus tard, c’est ce même Luguentz Dort qui a défendu la plupart du temps sur le même Luka Doncic en demi-finales de Conférence. Au 1er tour des playoffs, le Canadien a tout simplement éteint Brandon Ingram (New Orleans Pelicans), en le limitant à 14 points et 34,5 % au tir.

Avec un haut du corps très physique et de solides appuis au sol qui gênent ses adversaires, Dort a largement contribué à faire d’OKC la 4e défense de toute la NBA. Et ce n’est pas pour rien que les adversaires du Thunder ont le 28e taux de réussite au tir cette saison.

La déception : Josh Giddey

Un temps de jeu réduit en régulière, et encore pire en playoffs, et donc des stats en baisse (-4 points, -1,4 passe). La 3e saison de Josh Giddey en NBA n’est pas franchement des plus réussies. Alors que son esprit a dû être occupé une grande partie de la saison par l’affaire le concernant (une relation avec une mineure en 2022), avant que l’enquête menée par la NBA soit fermée, l’Australien a vécu sur les terrains des moments compliqués. Ciblé par Dallas en playoffs qui le laissait prendre des tirs extérieurs (33 % de réussite sur la saison), le grand meneur (2,03 m) est régulièrement cité dans les possibles trades cet été. Alors que son contrat compte une option d’équipe à 8,3 millions de dollars pour la saison 2024-2025, Josh Giddey pourrait bien apporter sa créativité dans le jeu à des équipes NBA.

Quel avenir pour le Thunder ?

Sam Presti va devoir faire des choix. L’effectif regorge de jeunes joueurs à fort potentiel. Mais tout le monde ne pourra pas être prolongé. Le temps venu, Chet Holmgren et Jalen Williams demanderont un gros contrat et peuvent négocier dès cet été (fin de contrat en 2025-2026). Shai Gilgeous-Alexander a déjà le sien. Jaylin Williams n’a pas de contrat garanti la saison prochaine. Isaiah Joe et Aaron Wiggins, qui ont eu un rôle important en playoffs, comptent une option d’équipe l’an prochain dans leurs contrats. Alors, que faire à OKC ? Le recrutement d’un vétéran pourrait apporter à cette bande de jeunes, notamment en playoffs. De quel niveau sera-t-il ? Il faudra sans doute inclure un jeune à fort potentiel dans le trade.

La bulle Disney pendant le Covid, le Tour 2019, la Coupe du monde 2018. Ces trois événements majeurs sont ancrés dans ma tête de fan de sport, négativement ou positivement. Passionné de sport depuis l'enfance, j'ai décidé de mettre ma passion de l'écriture au service de cette première passion.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *