Nous suivre

NBA 2022-2023

NBA 2022/23 : Les joueurs français à leur plus bas depuis 15 ans

Tom Compayrot

Publié le

NBA 202223 Les joueurs français à leur plus bas depuis 15 ans
Photos Icon Sport

NBA 2022/23 – Les basketteurs français vivent une saison particulièrement difficile en NBA. Un seul d’entre eux, Rudy Gobert, dépasse les 10 points marqués par match. Ce qui n’était plus arrivé depuis la saison 2007/08 avec un certain Tony Parker.

Depuis la saison 2008/09, ils ont toujours été deux, voire trois au-dessus de cette barre. Tony Parker, Joakim Noah ou Nicolas Batum ont longtemps porté ce contingent. Mais cette saison, pour la première fois depuis 15 ans, un seul Français comptabilise au moins 10 points de moyenne en NBA : Rudy Gobert. Avec ses 13.5 points, ses statistiques sont en baisse par rapport à ses années précédentes au Jazz. Mais il est le seul tricolore qui parvient à s’imposer dans son équipe. Tous les autres ont des performances et un temps de jeu irréguliers. Les basketteurs français de la NBA vivent probablement leur pire saison depuis longtemps.

Evan Fournier, Théo Maledon et Frank Ntilikina en dégringolade

Le symbole de cette triste saison des Français en NBA n’est autre que Evan Fournier. Ces huit dernières saisons, l’arrière international a toujours dépassé les 10 points de moyenne. Il avait même frôlé les 20 lors de sa dernière saison à Orlando. Mais alors qu’il dispute sa deuxième saison complète à New-York, il est complètement sorti de la rotation de l’équipe sur décision du coach. Le n°13 des Knicks n’a joué que sept petits matchs en 2023. Ses statistiques ont logiquement dégringolé, avec moins de 7 points de moyenne.

Théo Maledon et Frank Ntilikina, eux, n’arrivent pas à s’imposer dans leur équipe. Le premier a eu sa chance avec les Hornets pendant une trentaine de matchs en début de saison. Mais n’a pas été suffisamment productif pour être indispensable (5.6 points de moyenne), et a été doublé dans la rotation par d’autres extérieurs. Aujourd’hui, en raison des limitations de son contrat two-way, il n’a plus le droit de jouer que 14 matchs en NBA. Frank Ntilikina, lui, vit sûrement sa dernière saison aux Mavericks. Son contrat de deux années se termine cet été, et au vu de son faible impact, il ne devrait pas être renouvelé. L’ancien des Knicks n’est utilisé que sur des courtes missions défensives. Son temps de jeu dépasse rarement les 10 minutes, et il ne culmine qu’à 2.3 points de moyenne.

Killian Hayes et Ousmane Dieng encore trop justes

Les deux jeunes français qui ont montré le plus de belles choses cette saison restent Killian Hayes et Ousmane Dieng. Le premier a réalisé deux bons mois cet hiver, mais a été en difficulté le reste du temps. Son niveau de jeu et plus particulièrement son scoring restent encore beaucoup trop dépendants de sa confiance. Quand il réussit à se lâcher, il dépasse régulièrement les 15 points. Le reste du temps, il peine à aller au-delà de 5 points. Le n°7 de la draft 2020 reste cantonné à 9.3 points de moyenne avec des faibles pourcentages au tir, mais compense avec un excellent jeu de passe et une défense correcte.

En ce qui concerne Ousmane Dieng, difficile d’évaluer sa saison rookie tant elle a été rocambolesque. L’ailier de 2m06 s’est fracturé le poignet, ce qui l’a tenu éloigné des parquets pendant un mois et demi. Le reste du temps, le Thunder l’a fait multiplier les allers-retours entre G-League et NBA. Il n’a donc pas pu prendre de rythme de croisière, mais a tout de même montré des flashs très intéressants. Sa moyenne de 5.3 points est en train de sérieusement augmenter ces derniers jours.

Patienter en attendant des jours meilleurs

Quant aux autres français, difficile de leur reprocher de ne pas dépasser la barre des 10 points. Avec ses Clippers, Nicolas Batum joue un rôle de couteau-suisse, dont la dernière des priorités est de marquer des points. Il score tout de même 6.1 points de moyenne, avec une efficacité redoutable à 3 points. Enfin, les deux derniers tricolores, Moussa Diabaté (2.9 points de moyenne) et Olivier Sarr (3.5 points), ont peu de temps de jeu. Étant en contrat two-way, leurs opportunités de marquer sont rares. D’autant plus que leur poste de pivot ne favorise pas le scoring.

Heureusement, le groupe français va se renforcer d’une tête d’affiche dès la saison prochaine : Victor Wembanyama. Celui qui est attendu comme le choix n°1 de la prochaine draft pourrait dès la saison prochaine être le meilleur marqueur tricolore en NBA. De quoi insuffler un nouveau souffle à ses compatriotes. D’autant plus qu’il ne viendra pas seul. D’autres jeunes talentueux devraient se présenter à la draft cette année : Rayan Rupert, Sidy Cissoko, voire même Bilal Coulibaly. Certains de leurs compatriotes plus âgés et draftés les années précédentes attendent aussi une opportunité de rejoindre la grande ligue. C’est le cas des Parisiens Juhann Begarin (avec les Celtics) et Ismaël Kamagate (avec les Nuggets). Les prochaines années de draft s’annonçent aussi radieuses côté français avec des prospects comme Zaccharie Risacher ou Alexandre Sarr. De quoi injecter une nouvelle dynamique au contingent tricolore, qui en aurait bien besoin.

Journaliste/rédacteur depuis mars 2017 - Amoureux de la petite balle jaune et du gros ballon orange qui traîne sa carcasse sur Dicodusport depuis 2017. Rafael Nadal et LeBron James sont les meilleurs joueurs de l'histoire.

Clique pour commenter

Laisser un commentaire

Vos commentaires sont pris en compte mais ne s'affichent pas actuellement suite à un souci technique.


Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *