Nous suivre

MMA

Usman et Shevchenko au sommet, des Français en verve : le bilan 2021 de l’UFC

Publié le

Usman et Shevchenko au sommet, des Français en verve le bilan 2021 de l'UFC
Photo Icon Sport

MMA – L’UFC en ayant terminé avec ses galas pour 2021, il est l’heure de faire le bilan de l’année dans l’octogone. Et de décerner bons et mauvais points !

Tous les événements prévus ayant eu lieu, c’est l’heure pour nous de faire le bilan de cette année 2021 à l’UFC. Et dans l’ensemble, le spectacle a été au rendez-vous dans l’octogone. C’est parti !

Combattant de l’année : Kamaru Usman

C’était l’évidence même. Le champion du monde des Welters Kamaru Usman a tout écrasé sur son passage en 2021 avec ses 3 nettes victoires en 3 combats. La première obtenue sur son vieil ami Gilbert Burns, battu par TKO en février. Mais le succès le plus marquant est sans conteste le deuxième sur Jorge Masvidal. Après des semaines de trash-talk intense sur Twitter et en conférence de presse, le champion a remis son titre en jeu contre Gamebred le 24 avril. Et Kamaru Usman va marquer les esprits en s’imposant par KO grâce à une droite monumentale.

YouTube video

Déjà vainqueur deux fois dans l’année, le Nigérian ne s’est pas reposé et a accepté un nouveau combat contre Colby Covington en novembre. Et après une nouvelle promo riche en trash talk, insultes et provocations, Usman va nettement dominer son pire ennemi et s’imposer aux points. Un nouveau succès qui lui a permis de terminer numéro 1 toutes catégories confondues au ranking UFC. Et même si cela a moins de valeur, il vient d’être nommé combattant de l’année chez nous !

Jadis jugé mauvais au micro et ennuyeux dans l’octogone, The Nigerian Nightmare a prouvé à tout le monde cette année qu’il était capable de faire le spectacle. Aussi bien dans la cage qu’a l’extérieur !

Mentions spéciales : Charles Oliveira, Ciryl Gane, Alexander Volkanovski et Glover Teixeira.

Combattante de l’année : Valentina Shevchenko

Mais qui peut la stopper ? Invaincue depuis 2017, la Kirghize Valentina Shevchenko a conservé à deux reprises son titre de championne du monde UFC des mouches en 2021. Et à chaque fois, elle l’a fait avec la manière ! Opposée à Jessica Andrade lors du PPV UFC 261 en avril, Shevchenko, formée au Muay Thai et au Kick Boxing, va dominer le combat grâce à sa… lutte. Auteure de 7 takedowns pendant le combat (record de la catégorie), Bullet va finir le travail au deuxième round en plaçant de violents coups de coude dans la tête d’Andrade, immobilisée au sol.

Bis repetita en septembre lors de UFC 266. Opposée à Lauren Murphy, la Kirghize va dominer dans les grandes largeurs pendant 4 rounds. Puis de nouveau s’imposer par TKO grâce à des coups de coude au sol. Ces deux succès ont permis à Shevchenko de porter sa série d’invincibilité à 8 victoires d’affilée. Et de finir l’année numéro 1 mondiale féminine au classement toutes catégories de l’UFC, devant Rose Namajunas et Amanda Nunes. Tout ça vaut bien une petite danse !

Mentions spéciales : Rose Namajunas, Julianna Pena.

Le combat de l’année : Michael Chandler vs Justin Gaethje (UFC 268)

La guerre. Avec un G majuscule ! Opposés en ouverture de UFC 268 en novembre, les deux poids légers ont promis pendant des semaines qu’ils allaient se rendre coup pour coup, sans reculer, ni calculer. Et ils ont tenu parole ! Lors du premier round, Chandler et Gaethje se sont battus comme si leur vie en dépendait. Et comme s’ils avaient un cardio infini. Pas de calcul, de réflexion ou de game plan. Uniquement de la violence ! C’est au deuxième round que le combat va basculer : sur un énorme uppercut, Gaethje va envoyer Chandler au tapis. Au courage et à l’envie, l’ancien champion du Bellator va finir la reprise, mais ce Knock-down va durement l’amocher.

Largement mené au score et sans solutions face à la boxe de Gaethje, Michael Chandler va profiter de la troisième reprise pour faire le spectacle. D’abord en passant un énorme takedown (le seul du combat). Puis en avançant sans garde vers son adversaire et en haranguant la foule en plein combat. À la fin des trois rounds, Gaethje a été déclaré vainqueur. Un succès qui lui a ouvert les portes d’un match de championnat en 2022. Mais même s’il a perdu, Chandler a profité de ce combat pour gagner le respect des fans de l’UFC.

Mention spéciale : Alexander Volkanovski vs Brian Ortega (UFC 266), Petr Yan vs Cory Sandhagen (UFC 267). 

Le KO de l’année : Jiri Prochazka vs Dominick Reyes

Aussi spectaculaire qu’efficace. Le coup de coude retourné du Tchèque Jiri Prochazka lui a permis de mettre KO Dominick Reyes le 1er mai de cette année. Ce KO hors-normes dès son deuxième combat à l’UFC a permis à Prochazka de se faire un nom à l’UFC. Et sûrement d’obtenir un match de championnat des mi-lourds contre le vétéran Glover Teixeira en 2022.

La recrue de l’année : Michael Chandler

UFC 262 : Michael Chandler ou Charles Oliveira, qui sera le nouveau roi des poids légers ?

Michael Chandler (à droite) – Crédit UFC

Bon OK, son bilan à l’UFC est pour l’instant négatif avec deux défaites en trois combats. Mais Michael Chandler (35 ans) a prouvé qu’il avait le niveau pour marquer les esprits dans la grande ligue. Arrivé à l’UFC fin 2020 après avoir été trois fois champion du monde des légers au Bellator, Iron Mike a débuté dans le plus célèbre des octogones en janvier 2021 contre un top 10 de la catégorie, Dan Hooker. Et ses débuts ont été fracassants avec un succès par KO au premier round et une grosse interview d’après combat ou il a défié tous les ténors de la catégorie. Après seulement un combat à l’UFC, Chandler a obtenu un match de championnat du monde pour le titre vacant face à Charles Oliveira.

Et la encore, les débuts ont été exceptionnels : l’Américain va nettement dominer le premier round et envoyer Oliveira au tapis. Alors que le chemin vers le titre semblait tracé, Chandler va se faire surprendre en contre au début de la deuxième et s’incliner par TKO face à Do Bronx.

Un échec amer, mais accepté par Iron Mike qui n’a pas caché vouloir obtenir rapidement une nouvelle chance pour le titre. Et à défaut d’une revanche immédiate, l’ancien champion du Bellator a eu droit à un combat contre Justin Gaethje. Un duel attendu de longue date par les fans de MMA en raison du style similaire des deux hommes, très portés sur le punch. Et comme on l’a évoqué plus haut, le combat a été à la hauteur des attentes. En dépit de cette nouvelle défaite, Michael Chandler a fait le spectacle dans l’octogone. Très à l’aise devant les micros, il est aussi capable de faire ce qu’il faut pour vendre ses combats et attirer l’attention du public sur lui. De belles choses l’attendent surement en 2022 !

L’année des français : Excellente année pour Ciryl Gane et Manon Fiorot

2021 a été dans l’ensemble un bon cru pour les Français de l’UFC. La plus grande réussite étant celle du poids lourd Ciryl Gane, vainqueur de 3 combats (contre Jairzinho Rozenstruik, Alexander Volkov et Derrick Lewis) et d’une ceinture par intérim des lourds. Mais Bon Gamin n’est pas le seul a avoir porté haut les couleurs de la France dans l’octogone.

Chez les femmes, Manon Fiorot a disputé ses premiers combats à l’UFC cette année. Et ses débuts ont été réussis puisque The Beast a elle aussi réussi un joli 3 sur 3 ! Classée quatorzième de la catégorie des mouches, Fiorot pourrait intégrer le top 10 dès l’année prochaine.

Autre satisfaction, Nassourdine Imavov. Le poids moyen s’est imposé à deux reprises cette année contre Ian Heinisch en juillet et contre Edmen Shabazyan dans la carte préliminaire de UFC 268 en novembre. Ces deux succès lui ont permis d’atteindre la douzième place du ranking de la très relevée catégorie des moyens. Un combat face à un top 10 semble possible dès le début d’année prochaine !

Un autre Français sera à suivre l’année prochaine, le poids légers Farès Ziam. Le Lyonnais n’a pu combattre qu’une fois cette année et a obtenu un succès aux points contre Luigi Vendramini en juin. Il a également eu la malchance de voir son duel contre Terrance McKinney prévu en novembre être annulé le jour du combat en raison du test positif au COVID-19 d’un des coaches de son adversaire. Mais ce n’est que partie remise puisque le combat a été reprogrammé pour février 2022. Nul doute qu’un succès lui permettrait d’obtenir un nouveau combat intéressant plus tard dans l’année !

C’était plus dur pour Benoît Saint-Denis et Alan Baudot.

Malheureusement pour lui, Benoît Saint-Denis n’a pas eu la même chance que Manon Fiorot. Opposé à l’expérimenté Eilseu Zaleski Dos Santos à UFC 267, le poids Welters a été dominé dans les grandes largeurs par le Brésilien et a concédé sa première défaite en carrière lors de ses débuts à l’UFC. L’ancien militaire compte bien rebondir et a annoncé dans la foulée qu’il va descendre d’une catégorie pour évoluer en poids légers dans le futur. Espérons qu’il obtienne plus de réussite là-bas !

Et enfin, dernier Français aperçu cette année, Alan Baudot. Comme Saint-Denis, le poids lourds a combattu une fois et a concédé une défaite par TKO contre Rodrigo Nascimento. Défait lors de ses deux combats en carrière à l’UFC, Alan Baudot va devoir renouer avec la victoire en 2022 !

La grande question de 2022 : Conor McGregor peut il retrouver sa superbe ?

Zéro victoires en deux combats, une cote d’amour auprès du public en chute libre et une jambe cassée. Difficile de faire pire comme bilan…Si Kamaru Usman a vécu une grande année, ça n’a pas été le cas pour Conor McGregor. En janvier, The Notorious a subi le premier KO de sa carrière contre Dustin Poirier. Blessé dans son orgueil par ce revers, McGregor va sombrer dans l’infâme durant le build-up de la trilogie contre Poirier. L’Irlandais va s’attaquer verbalement à la femme du Diamond et a ensuite explicitement menacé de mort ce dernier lors de la pesée. Mais pendant le combat, une nouvelle blessure, cette fois-ci à la jambe va faucher l’ancien double champion du monde. Victime d’une fracture du tibia, Conor McGregor n’a pas pu terminer le combat. Et a vécu une fin d’année en béquilles.

Auparavant roi du monde, McGregor a quasiment touché le fond en 2021. Contrairement à une idée reçue provoquée par sa richesse, l’Irlandais a toujours envie de combattre. Mais pourra-t-il retrouver les sommets ? Quand on sait qu’il a pris 16 kilos depuis sa blessure et qu’il enchaîne les tweets désastreux, on en doute. Mais Conor McGregor a déjà prouvé que quand la motivation et la détermination sont là, rien ne peut lui résister. 2022 sera une année charnière pour l’Irlandais. À bientôt 34 ans, un nouvel échec pourrait sonner le glas de ses rêves de reconquête. Et définitivement ternir son héritage.

 

Passionné de sport depuis toujours, c’est tout naturellement qu’après avoir compris que je n’avais pas le niveau pour jouer à Manchester United, et pas la force nécessaire pour combattre à l’UFC que je me suis tourné vers le journalisme pour raconter les exploits et les histoires de ceux qui en sont capables. Le football, surtout quand il est joué en Angleterre, reste mon premier amour. Mais j’aime aussi veiller la nuit pour vous parler de KO et de victoires unanimes à l’UFC ou sur les rings de boxe. Mon côté fan de Wayne Rooney m’a également poussé à devenir polyvalent et à parler aussi de rugby (à XIII comme à XV) et occasionnellement de cyclisme. C’est donc logiquement que j’ai rejoint Dicodusport, pour pouvoir parler de l’actualité, sur tous les terrains.

Clique pour commenter
S'abonner
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments

Fil Info

Actus à la une